image tome 4 couleur de peau mielJung toujours plus introspectif

Si on avait dit à Jung Sik-jun que Couleur de Peau : Miel, son roman graphique autobiographique, connaîtrait non seulement le succès mais surtout l’intérêt véritable du public, l’aurait-il cru ? Prévu, à la base, sur un seul tome, la vie de cet homme dont le cheminement passionnant s’étend désormais sur quatre volumes, mais aussi un film animé et, autant l’annoncer de suite, un cinquième ouvrage est d’ores et déjà prévu. Comme nous allons le voir avec ce Tome 4, bien des éléments expliquent cette réussite…

Couleur de Peau : Miel T4 raconte la suite du parcours, que l’on pourrait qualifier d’initiatique, de son auteur Jung. Le récit se divise en plusieurs chapitres, mais raconte en fait un seul et même récit : la quête d’identité d’un homme adopté, et plus précisément vendu depuis la Corée du Sud. Par le biais d’une rencontre avec sa mère belge d’adoption, que Jung n’avait pas vu depuis trois ans, ou encore de son quatrième voyage à Séoul afin d’accompagner la couverture médiatique du film animé tiré de sa série de romans graphiques, l’auteur raconte son métissage culturel avec franchise et, surtout, sans avoir recours au pathos.

Conscient de tenir là un thème d’une profondeur inouïe, Jung ne pouvait pas arrêter son introspection sous forme de roman graphique avec le troisième tome. Couleur de Peau : Miel T4 intervient donc pour continuer à faire la lumière sur ce que peut bien ressentir un être humain adopté, et même déraciné, passant d’une culture à l’autre à l’âge (5 ans) de l’apprentissage. L’auteur, qui choisit une forme « éclatée », ne cesse de s’interroger et, en réussissant à créer un lien avec le lecteur, ne le laisse pas en-dehors de ces réflexions. Habilement, il nous convie dans son quotidien de manière intime et, surtout, sans le maquillage que l’on peut parfois ressentir dans certaines œuvres autobiographiques.

Sans pathos, le message n’en est que plus touchant

Jung n’élude aucun sujet, et tout prend évidemment des proportions qui le rapportent à ce que le monde retient de lui : un être humain délocalisé. Les anecdotes délicieuses se succèdent dans Couleur de Peau : Miel T4, comme ce souvenir d’un petit boulot dans une charcuterie, ou encore tout ce passage sur son rapport avec les femmes. D’autres moments sont plus difficiles, et l’auteur confirme encore une fois qu’il est capable de fulgurances émotionnelles fascinantes. Comme cette case qui nous présente Jung face à la tombe de sa petite sœur Valérie, au terme d’une description de celle-ci qui nous aura touché au plus haut point par la retenue dont l’auteur fait preuve. C’est aussi une grande force de cette série autobiographique : elle n’en fait jamais trop, ne cherche pas à nous bourrer le crâne. Couleur de Peau : Miel T4 donne à penser, et rien d’autre.

Couleur de Peau : Miel T4 est, donc, une grande réussite fondamentale, mais aussi une œuvre à dévorer des yeux. Outre que la grammaire purement visuelle de Jung est irréprochable, jouant du découpage avec brio, on aime cet univers très réaliste, qui n’hésite d’ailleurs pas à faire appel au réel pour étoffer le propos (photos, extraits de documents relatifs à l’adoption). Les pérégrinations de Jung, qui nous invite dans son for intérieur, provoquent aussi quelques séquences surréalistes du plus bel effet, et la globalité laisse une impression puissante. Impossible de ne pas toucher un mot sur l’édition, assurée par Quadrants (un label dont le propriétaire n’est autre que Soleil), classieuse comme il se doit. Tout, des rabats au papier, marque la passion qui anime les personnes derrière ce bien bel objet.

Au final, Couleur de Peau : Miel T4 est une lecture d’intérêt, profondément intimiste, parfois terriblement touchante et même drôle (ah, les Ajumma !). Le thème du métissage a trop souvent été l’occasion de balancer des leçons de vie parfois trop didactiques, en fait très loin de ce que ressentent les premières personnes concernées. Voir ces dernières avoir l’occasion de prendre la parole, ou le crayon, afin d’exprimer leur ressenti sans que personne ne les représente à leur place est un véritable trésor à chérir. Jung, en ce sens, est un auteur important, dont l’œuvre atteint sans mal le statut d’immanquable.

Couleur de Peau : Miel T4, un roman graphique écrit et dessiné par Jung. Aux éditions Quadrants, 144 pages, 17.95 euros. Sortie le 12 octobre 2016. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato