image coffret american crime storyCaractéristiques

  • Créateurs: Scott Alexander et Larry Karaszewski
  • Avec: Cuba Gooding Jr., Sarah Paulson, David Schwimmer, Courtney B. Vance, John Travolta…
  • Éditeur : 20th Century Fox
  • Date de sortie Blu-Ray : 25 Janvier 2017
  • Durée : 420 minutes

Image : 3,5/5

Très bonne définition, les contrastes sont respectés. Les couleurs sont superbes et les noirs très bons. La profondeur de champ est aussi excellente. Nous avons là un master très beau. Le ratio 1.78:1 plein écran permet une très bonne immersion dans l’histoire. Par contre, sur le disque 1 il y a pas mal de saccades. Sur les disque 2 et 3  c’est moindre, mais on en dénombre malgré tout quelques uns. Le débit moyen image est excellent, 36.7 MBPS.

Son : 3,5/5

Attention, sur le boitier il est mentionné que la piste anglaise est en DTS-HD Master Audio 7.1 et la piste française en DTS-HD Master Audio 5.1, or ce n’est pas le cas.

La piste anglaise est en DTS-HD Master Audio 5.1, une piste très bonne, les dialogues passent par  l’enceinte centrale et sont très clairs. Les enceintes latérales et arrières sont peu utilisées (vu que la série est très bavarde) mais bien utilisées aux bons moments (musique et foules). Idem pour le caisson de basse, peu utilisé, mais aux bons moments. Le débit moyen de la piste est bon, 3.0 MBPS. La piste française est en DTS 5.1 (pas de HD). Pareil que pour la piste VO, les dialogues passent par l’enceinte centrale mais sont moins précis. Elle reste néanmoins très acceptable. Le débit moyen/max de la piste est 768 KBPS.

Bonus : 2,5/5

  • Le procès du siècle
  • Les faits: Chronologie interactive

Le procès du siècle est le making-of de la série qui revient sur l’histoire avec l’intervention des scénaristes et de l’auteur du livre, Jeffrey Toobin, dont a été tirée la série. Les acteurs interviennent également pour évoquer le casting, la course-poursuite sur l’auto-route et le procès. Un module de 29 minutes tout aussi passionnant que la série. Les faits: Chronologie interactive est un module interactif qui retrace tous les faits, avec les dates et heures compilées avec des extraits de la série. Un module intéressant, mais proposé en anglais sans sous-titres.

Synopsis

American Crime Story est une série d’anthologie, qui se centre sur des affaires judiciaires différentes à chaque nouvelle saison. La première tourne autour du procès controversé et ultra-médiatisé de O.J Simpson, qui a fait la Une des médias au cours de l’année 1995. La star du football américain est accusée du meurtre de son ex-femme, Nicole Brown Simpson et de son compagnon, Ronald Goldman. Dans les coulisses de l’affaire, les deux camps essayent de tirer leur épingle du jeu. Entre l’excès de confiance des avocats et la relation tendue de la police avec la communauté afro-américaine, le doute sème le trouble chez les jurés.

american crime story image

La série

American Crime Story est une série d’anthologie de dix épisodes, dont la saison 1 est l’adaptation du livre  The Run of His Life : The People vs O.J. Simpson  de Jeffrey Toobin. O.J Simpson est un ancien grand footballeur reconverti en tant qu’acteur. Mais sa vie bascule un jour de juin 1994, lorsqu’il est accusé du meurtre de son ex-femme et d’un ami de celle-ci. Le procès qui va en découler est considéré comme le procès du siècle aux USA.

La durée des épisodes varie de 40 à 60 minutes, chacun se concentrant sur un personnage en particulier, tout en faisant avancer l’affaire. Une bonne idée qui nous permet de découvrir plus en profondeur les personnages principaux. Aussi, on peut noter que l’avant-dernier se concentre sur le jury, généralement peu exploité dans les films ou séries tournant autour d’un procès.

L’intelligence, qui fait l’intérêt de la série, se mesure sur plusieurs point. En premier lieu, elle ne prend pas partie et laisse le spectateur se faire son idée quant à la culpabilité d’O.J. Simpson. Deuxièmement, le contexte. On ne reste pas dans la salle de tribunal, mais nous voyons l’influence qu’a eu ce procès aux États-Unis. La division entre les communautés étant au plus fort à cette époque (l’affaire intervenait 2 ans après l’affaire Rodney King et les émeutes de Los Angeles qui en découlèrent) font que cette affaire est devenue un combat entre les Blancs et les Noirs. Enfin, on ne peut que saluer la réalisation, qui permet une totale immersion dans l’histoire. On passe de point de vue en point de vue à chaque épisode. Mais nous avons également l’occasion de revoir les grands moments du procès à la manière d’une diffusion télé. Ce qui renforce encore plus cette impression de le vivre en direct. On pourrait croire que passer dix épisodes devant un procès serait quelque peu ennuyeux, or il n’en est rien. Il se passe tellement de choses, il y a tellement de retournements de situation que l’on  reste captivé tout du long.

american crime story sarah paulson image

Mais le gros point fort de la série est très certainement son casting. Sarah Paulson incarne une Marcia Clarke combative, pleine d’assurance, mais qui a aussi ses problèmes personnels. Elle mérite largement le Golden Globes reçu il y a quelques semaines. Cuba Gooding Jr, qui incarne O.J Simpson, le fait avec intelligence, de façon à ce qu’on puisse le croire coupable à un moment, et innocent à un autre. David Schwimmer signe ici son grand retour depuis Friends en incarnant Robert Kardashian. Un ami très proche de l’ex-footballeur, et aussi un de ses avocats, qui doute de l’innocence de l’accusé. Courtney B. Vance signe quant à elle une très belle performance en incarnant un Johnny Cochrane plus vrai que nature. Enfin, le casting est complété par le retour d’un grande star, à savoir John Travolta (aussi producteur de la série) qui montre qu’il a encore du talent dans le rôle de Bob Shapiro.

Cette première saison de American Crime Story est un bijou du petit écran. Elle aussi intelligente, immersive que passionnante. On espère que les autres saisons seront, au moins, de ce niveau. 

Guillaume Creis

Guillaume Creis

Adore le cinéma en général , que ce soit lesgros blockbusters ou les plus petits films .les séries TVet les jeux vidéo.
Guillaume Creis