image ps4 snow moto racing freedomCaractéristiques

Test

Que voilà un titre d’article qui met une sacrée pression sur les épaules d’un jeu issu d’un studio somme toute assez humble. Mais avançons-le : un soft de motoneige, des grands espaces, des points de passage, des courses, et une approche arcade… soit tout pour faire penser au classique édité par Microsoft Games, en l’an de grâce 1998 (et un, et deux, et trois zéro). Bon, ici ce n’est pas le géant de Redmond qui est à l’œuvre, mais Zordix AB, développeur et éditeur suédois qui a déjà une petite expérience dans le genre de la course hors des sentiers battus, avec notamment Aqua Moto Racing 3D et Snow Moto Racing 3D sur Nintendo 3DS. Voilà que le studio nordique tente une percée sur Steam et Playstation 4, avec un Snow Moto Racing Freedom qui dénote en ce début de printemps ensoleillé.

Histoire : /

image jeu snow moto racing freedom

Image issue du Playstation Store.

Snow Moto Racing Freedom ne propose aucun scénario, aucun mode carrière, juste une création de personnage très limitée. Les cinq points en jeu sont remisés dans le critère Gameplay.

Gameplay : 5/10

Snow Moto Racing Freedom est un jeu de très typé Arcade, avec une volonté de proposer des courses rythmées, et ce avant toutes autres considérations. Les commandes sont on ne peut plus simple : on accélère, on freine, une touche pour le turbo, une autre pour changer de vue (trois au total, dont une subjective), et le joueur a aussi la possibilité de se lancer dans des figures de style qu’on peut qualifier d’attendues. Plutôt classique dans la forme donc, même si on est plutôt agréablement surpris de ce turbo, véritable boost qui se régénère de différentes manières : en passant les check points, en conduisant tout simplement, mais aussi en réussissant un départ parfait (en accélérant au bon moment lors du top).

Snow Moto Racing Freedom a le bon goût de se prendre en main rapidement, même si l’absence de profondeur dans le gameplay pourra porter préjudice au bout de quelques heures de jeu. Le soft propose plusieurs modes, mais concentrons-nous ici sur les types de courses : Sprint League et Snocross. La première s’apparente à un « rush le check point« , au sein de maps assez larges, créant ainsi plusieurs possibilités d’approche. Il s’agit certainement des courses offrant les meilleures sensations au sein du jeu : le gameplay simple s’y trouve bien utilisé. Le Snocross est plus problématique, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, on sent bien que le concept est limité de base : les délimitation des parcours peuvent être « coupées » allégrement et, s’il y a bien des contrebas pour punir les petits malins, il y a tout de même des possibilités d’allégrement tricher sur certains virages. Ensuite, les sensations simples deviennent ici handicapantes, ne permettent pas de perfectionner les trajectoires, ne procurent pas le challenge désiré autrement que par le biais d’une intelligence artificielle parfois bien abusée.

Côté sensation de conduite, Snow Moto Racing Freedom ne brille pas par son jusqu’au-boutisme, c’est le moins que l’on puisse écrire. Mis à part les remous dus aux reliefs, on ne ressent pas assez le terrain. La neige, qu’elle soit bien poudreuse ou plus solide, n’apporte pas d’impact sur la conduite, et les traces laissées par les motoneiges sont imperceptibles. Il est clair que Zordix AB a voulu se concentrer sur le fun avant tout, ce qui permet par exemple de se réceptionner sans encombres après une chute vertigineuse, seulement il manque clairement quelques limites à cette volonté. Par exemple, notre athlète au volant peut se faire éjecter suite à un impact violent, mais cette réaction est tellement aléatoire, et parfois surréaliste, qu’on perçoit plus cela comme une punition injuste que comme un danger qui nous pend au nez.

Technique et ambiance sonore : 3/5

image playstation 4 snow moto racing freedom

Image issue du Playstation Store.

Snow Moto Racing Freedom n’est pas moche, même s’il pourra évidemment faire tiquer les intégristes de la texture parfaite. Le jeu est plutôt stable, et la neige est assez convaincante pour créer de bonnes impressions. Seuls les arbres dénotent, font vraiment datés, mais pour le reste cela dépasse même nos attentes : modélisation des motoneiges, amas de neige pendant les courses, ça le fait. Aussi, Zordix AB a inclus des conditions météorologiques, certes limitées mais tout de même bien présentes. Vous pourrez participer à des courses de jour, au crépuscule et en pleine nuit, mais aussi par temps neigeux. Enfin, saluons la vue interne, dont la sensation de vitesse est une belle réussite. Par contre, la qualité de la bande originale, assurée par Mornindew Media, va du générique au désagréable, le tout formant un ensemble sonore très oubliable. Et le bruitage des engins manque peut-être de différentes tonalités, mais on se contente du résultat.

Durée de vie : 3/5

image snow moto racing freedom

Image issue du Playstation Store.

Là aussi, c’est plutôt une bonne petite surprise. Entre les différents Championnats, les Événements simples, le multijoueur local et en ligne, il y a de quoi faire. Seule retenue : l’online est vide, désert au possible et nous n’avons pu tester cette partie de Snow Moto Racing Freedom. On n’y reviendra pas une fois le jeu bien essoré, mais écrivons que le contenu évite de se confondre en légèreté.

Note finale : 11/20

Snow Moto Racing Freedom est ce genre de jeu que l’on peut s’offrir sur un coup de tête, achat compulsif à l’occasion des soldes sur les différentes plateformes où le titre est disponible. En gardant à l’esprit que le soft est loin d’être parfait, et souffre de lacunes parfois handicapantes, sachez tout de même que le résultat offre tout de même une dose de fun bienvenue, et une durée de vie satisfaisante malgré un mode en ligné déserté. Pas de quoi s’en relever la nuit, mais pas inintéressant non plus. On est donc loin de tenir le Motocross Madness enneigé de nos rêves, mais si Zordix AB continue dans cette voie, en perfectionnant certains aspects du gameplay, cela pourrait bien changer. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato