image croquemitaines t1Une figure légendaire réinventée

Les meilleures idées sont parfois les plus évidentes, et celles qui animent Croquemitaines, nouvelle série de chez Glénat Comics (Lady Mechanika T1, Sons Of The Devil T1), sont sans aucun doute parmi les plus limpides que nous ayons pu observer depuis un moment. Figure légendaire, s’il en est, le croquemitaine terrorise les enfants au moins depuis le début du quatorzième siècle, période à laquelle il fut enfin donné un nom à ce monstre sorti de l’obscurité, celle qui règne sous nos lits ou dans nos armoires. Et ce personnage hautement maléfique va certainement vous surprendre dans les quelques pages que vous vous empresserez de dévorer. Attention, coup de coeur.

Croquemitaines T1 est évidemment un tome d’introduction, mais les éléments se mettent si vite en place qu’on est de suite projeté en plein récit captivant. On fait la connaissance d’Elliott, un jeune garçon passionné de lecture, qui va voir sa vie être pour le moins chambouler par un drame terrifiant : il est témoin du meurtre sanglant de ses parents. Cette soirée dramatique, l’enfant n’est pas prêt de l’oublier, car non seulement il observe l’innommable, mais il doit aussi se faire une raison : les croquemitaines existent. Et, en cette nuit pluvieuse, il va devoir se rallier à l’un d’entre eux, le « Père-la-Mort », afin de survivre à l’attaque combinée d’autres de ces monstres, menés par le redoutable « Bonhomme Sept-Heures »…

Qu’il est bon de découvrir ce genre d’oeuvres, certes très référentielles mais qui peignent un ensemble hautement original. Croquemitaines T1 est clairement l’une des séries les plus enthousiasmantes du moment, car elle se base sur une idée simple mais redoutable : développer l’univers de ces monstres séculaires, assoiffés de peurs, tout en racontant une histoire fichtrement efficace. En quelques pages, le petit Elliott devient tout autant notre protégé que celui de « Père-la-Mort », croquemitaine Ancien qui s’élève contre les forfaitures de ses plus jeunes congénères. Après le meurtre initial, voilà l’enfant et le monstre rassemblés, dans un duo qui n’est pas sans rappeler le film Un monde parfait, et l’action, finement rythmée, procure au lecteur certaines clés afin de comprendre l’important background.

image critique croquemitaines t1« Quand sur ton lit, ton ombre s’étend »

Car on sent bien que Mathieu Salvia a pris grand soin d’instaurer une mythologie : guerre fratricide (voire même générationnelle) entre les croquemitaines, besoin vitale de collecter des « Petites Sœurs » (coucou l’excellent Bioshock) : cet univers se base sur un lourd vécu interne, mais aussi sur des règles. Lesquelles ont, pour la plupart, volé en éclat quand les monstres les plus récents ont décidé de s’affranchir de certaines. L’écriture est tout bonnement fascinante, car elle participe grandement à créer une sorte de poésie macabre, qui rappelle fortement celle de notre chouchou Neil Gaiman (L’océan au bout du chemin, Le premier meurtre). Les dialogues percutent, ne se font jamais intrusifs dans le ressenti que se fabrique le lecteur. Bien évidemment, l’intrigue se développe, et l’on sent bien que l’auteur prend plaisir à imager les frayeurs de l’enfance. Ces dernières se forment face à un monde qui n’a pas grand chose d’agréable, à hauteur de bambin, il va bien falloir l’admettre.

Les dessins de Croquemitaines T1 sont signés par le talentueux Djet (L’île de Puki), lequel livre non seulement un trait mémorable, mais aussi une mise en scène qui joue un grand rôle dans le page-turning élevé. Son rendu du mouvement est aussi d’une force peu commune. Chacun des monstres restent comme imprimés sur les rétines, comme la très inquiétante « Grand-Mé », et l’on boue en sachant qu’il va falloir attendre le prochain tome afin que nous soient présenter d’autres de ces affreux. Signalons, enfin, la magnifique édition signée Glénat Comics, qui prolonge le plaisir avec des bonus très, mais très intéressants (ne passez surtout pas à côté), qui ont même le bon goût d’encore travailler cet univers qu’il nous tarde de découvrir encore plus profondément. Vite, la suite !

Croquemitaines T1, un comics scénarisé par Mathieu Salvia, dessiné par Djet. Aux éditions Glénat Comics, 128 pages, 17.95 euros. Sortie le 12 avril 2017

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato