image what's next focus

Les 23 et 24 Février dernier eurent lieu un événement presse incontournable dans l’univers du jeu vidéo : le What’s Next de Focus. Il fallait beaucoup de place, à l’Atelier Richelieu afin de présenter les nouveautés à venir de l’éditeur, qui a décidément bien grandi depuis ses débuts et, on s’en souvient avec une belle nostalgie, leurs travaux sur le logiciel musical eJay. Aujourd’hui, c’est l’univers vidéoludique qui intéresse ces parisiens, et, dorénavant, assoient leur savoir faire à l’international. Très en forme après les succès aussi bien publics que critiques de Styx, Sherlock Holmes : Crimes and Punishments, Divinity Enhanced ou encore l’incontournable licence des Farming Simulator, Focus est, mine de rien, attendu au tournant. Voici notre compte-rendu de ce que nous avons pu voir, et on vous le dit dores et déjà : certains jeux sont à surveiller de très, très près.

Call Of Cthulhu (2017)

image what(s next focus call of cthulhu

Call Of Cthulhu… Un titre qui provoque des bouffées de chaleur chez les fans d’épouvante. Comme nous nous comptons parmi eux, vous pouvez imaginer avec quel passion nous avons pu prendre l’information d’une telle sortie. Il s’agira d’un jeu d’enquête, avec évidemment une ambiance lovecraftienne que nous avons pu découvrir via un trailer plus qu’alléchant. Le joueur incarnera Edwards Pierce, un détective privé mis sur la trace d’une artiste disparue, ainsi que sa famille. La piste le mène jusque sur une île, au large de Boston, où il ne semble pas vraiment le bienvenue.

Étant donné la date de sortie très éloignée, nous n’avons pas énormément d’informations, même si les quelques précisions glanées nous font dire que ça sent très bon. Tout d’abord, le jeu comportera bel et bien des confrontations avec des entités indicibles, et n’espérez pas vous en débarrasser avec une mitraillette… Mais c’est bien l’investigation qui dominera l’intrigue, et le développeur Cyanide Studio nous a un peu parlé d’un système très intéressant : vous devrez manager une équipe d’enquêteurs à votre service. On a hâte d’en savoir plus à ce sujet. Surtout que, pour bien nous faire saliver, il nous a été dévoilé qu’un système de « sanity » sera de la partie. Les fans du culte Eternal Darkness sur GameCube savent à quel point cet élément est bourré de potentiel, le changement de perception lié à la peur, la folie croissante du personnage apportant une dose de paranoïa qui a toute sa place ici. On n’en peut plus d’attendre d’en savoir plus sur ce jeu très prometteur, dores et déjà prévu sur consoles et PC.

The Surge (2017)

image what's next focus the surge

Ce terme reviendra souvent dans cet article : grosse attente. The Surge, le studio Deck 13 (Lords of the Fallen, Venetica) revient avec un action-RPG plein de promesses. Nous avons pu en voir du gameplay, dans une version peu avancée, afin de se faire une idée du concept. Celui-ci est à la fois nerveux et malin, avec un univers qui trouve un écho directement dans le gameplay. Dans un monde en perdition, les machines ont remplacé les Hommes dans la plupart des domaines. Les maladies dues aux problèmes environnementaux atteignent la plupart des habitants de mégalopoles atrocement surpeuplées. Alors, afin d’accentuer leur ardeur au travail, les employés utilisent des exosquelettes.

Les combats, brutaux, étaient mis en avant lors de la présentation. Et pour cause, puisque c’est là que l’on trouve l’une des très bonnes idées du jeu : il va falloir faire évoluer votre exosquelette grâce aux membres mécaniques que vous arracherez à vos ennemis. Si l’on ajoute à cela une ambiance visuelle qui nous projette en pleine dystopie, vous obtiendrez un jeu qui fut l’une des grosses sensations de ce What’s Next de Focus. Sortie prévue sur PC et consoles.

The Technomancer (2016)

The Technomancer est un RPG ambiance science-fiction, que nous avions découvert via de jolis artworks lors de l’exposition L’Art dans le Jeu Vidéo. Ici, nous passons du rendu en dessin à des phases de gameplay, issues d’une version assez avancée pour que l’on puisse la prendre au sérieux côté technique. Pas de doutes, ce RPG sera une date pour le 2016 des amateurs du genre. Si la présentation était très centrée sur les confrontations dynamiques, les arbres de compétences et autres styles de combat, nous avons pu recueillir des propos intéressants sur ce qui fait la sève d’un jeu de rôle : les différentes possibilités d’aborder ses quêtes. Notamment concernant les dialogues, qui pourront régler certaines situations sans que les armes ne soient sorties. Vous pourrez, aussi, crafter pour améliorer vos équipements, et compter sur votre équipe pour vous aider, du moins si vous en prenez soin.

Techniquement, ce qu’on en a vu était d’une belle facture, l’ensemble promet une aventure aussi riche dans son background que dans son visuel. Mais tout le sel de The Technomancer se trouve ailleurs, notamment dans un scénario riche et complexe, qui vous fera quitter vos anciens maîtres pour voyager à travers Mars. Le jeu est prévu sur PC et consoles.

Styx : Shards of Darkness (2016)

image what's next focus styx

Si vous n’avez pas touché au premier Styx, il est toujours temps de vous y mettre avant que cette suite ne sorte. Une fois que vous aurez pris votre pied, avec ce soft d’infiltration à l’ambiance heroic-fantasy délicieuse, vous pourrez comprendre notre impatience face à cette séquelle qui se met en tête de se perfectionner sur certains points. Tout d’abord, ceux qui ont été un peu déçu par le scénario du premier, certes en retrait, seront ici ravis d’apprendre qu’il a fait l’objet d’un soin particulier. Le gobelin-assassin revient pour infiltrer Körangar, la cité des Elfes Noirs, afin de déjouer les plans diaboliques d’un mystérieux groupe.

Énormément de nouveautés sont à prévoir : des décors plus vastes, un mode multijoueurs coopératif, de nouvelles compétences, de nouveaux ennemis. Aussi, signalons que cette suite marque une vraie évolution technique, avec un passage à l’Unreal Engine 4, et ça se voit notamment dans la gestion des lumières. Ce qu’on a vu promet une infiltration jouissive, avec des approches toujours aussi variées des situations. La verticalité, notamment, est bien mise en valeur. On nous a aussi promis un jeu plus dur ou, du moins, qui va revoir certaines possibilités qui facilitaient trop le premier jeu.

Vampyr (2017)

Voici certainement le gros morceau de ce What’s Next de Focus. Vampyr est un action-RPG développé par Dontnod, les petits génies derrière Remember Me et Life Is Strange. L’histoire prend place en 1918, à Londres, alors que la grippe espagnol est entrain de ravager la ville. C’est dans cette atmosphère très sombre que vous intervenez, Jonathan Reid, vampire de votre état. Si le jeu est prévu pour 2017, on peut déjà vous conseiller de surveiller ce jeu de très près, tant son potentiel est faramineux. L’Unreal Engine 4 donne des effets de lumière déjà incroyables, et le scénario promet une aventure dramatique.

Mais surtout, on attendait de voir ce que la condition de vampire allait provoquer sur le gameplay, voir le game design. La réponse est alléchante. Commençons par les effets bénéfiques d’avoir de longues canines : sucer le sang vous rapportera de l’XP. Votre soif est donc poussée par votre propre envie d’évolution, mais il faut savoir qu’un PNJ tué ne reviendra pas, et cela aura de fortes conséquences dans la narration. En découle un vrai questionnement du joueur, qui devra bien peser chacune de ses actions. Ce jeu, très ambitieux, est prévu sur PC et consoles.

Farming Simulator 17 (2016)

image what's next focus farming simulator 2017

Ah, Farming Simulator ! Aborder ce jeu, c’est aussi se frotter aux idées reçues. « C’est du jeu casual, le cancer du jeu vidéo, vous n »avez pas honte ? ». Nous avons voulu vérifier par nous même, à l’occasion de la présentation de cette future mouture, dorénavant annoncée « avant la fin de l’année 2016 ». L’ambiance qui se dégage du soft, paisible, nous a carrément séduit, et l’on comprend pourquoi des joueurs, sur PC, comptabilisent des centaines et des centaines d’heures passées sur cette licence. Ici, pas de scénario, c’est au joueur de se faire le sien : celui d’un fermier qui a, à sa charge, de pérenniser son affaire.

Le terrain de jeu sera énorme, et prend place dans le Nord des USA. Ça sent la chemise à carreaux et l’arbre coupé à la tronçonneuse, mais pas que. Les possibilités semblent assez phénoménales, et les points à gérer très nombreux. De nouvelles marques arrivent, ainsi que de nouveaux animaux, pour un univers de plus en plus dense. Ça nous a donné envie de s’y coller sérieusement… Sortie prévue sur PC et consoles.

Space Hulk : Deathwing (date de sortie non annoncée)

Focus et Warhammer, c’est une histoire d’amour et de confiance. D’ailleurs, Games Workshop exposait quelques artworks au sein de ce What’s Next de Focus, c’est dire si les liens entre ces deux entreprises sont solides. Ici, on est dans l’univers « 40 000 », et le joueur doit prendre les commandes d’un Space Marine, dans son armure de Terminator. Développé sur Unreal Engine 4, ce FPS tactique au long développement nous a bien plu pour le rendu des sensations liées à l’armure que le joueur endosse. Nous ne pourrons malheureusement pas trop juger de la bonne tenue de l’univers, n’ayant pas de spécialistes de Games Workshop sur Culturellement Vôtre, mais la gestion des capacités du personnage semble aussi assez poussée. Prévu sur PC et consoles.

Shiness (2016)

On aborde les jeux indés, avec ce RPG à la direction artistique qui en met plein la vue. Nous l’avions déjà croisé lors du dernier Paris Games Week, et nous en avons toujours cette impatience à l’idée de s’y essayer. La présentation qu’on en a eu lors de ce What’s Next de Focus faisait la part belle aux combats. Avec étonnement, on fait face à un système qui emprunte autant aux action-RPG qu’aux jeux de baston type Street Fighter, de par les combos à réaliser. On n’a pas pu en voir beaucoup plus, et c’est bien dommage, mais Shiness porte des espoirs qui devront être confirmés à sa sortie.

Seasons After All (2016)

Deuxième jeu indé présenté, Seasons After All confirme la grande forme artistique de ces petits studios. Ici, l’univers envoûtant nous fait incarner un renard sauvage, qui contrôle les saisons. Ce jeu en 2D demande aux joueur de venir à bout de puzzles en utilisant les particularités de chacune des saisons, interchangeables à n’importe quelle moment et avec une fluidité tout simplement magique. La narration se fera selon la volonté des joueurs, et la difficulté du soft sera tout sauf punitive, avec des énigmes simples, mais fun à élucider. Il faudra voir sur la longueur, mais beaucoup de belles sensations ont été ressenties à l’approche de ce soft prévu sur PC et consoles.

En vrac

Nous avons aussi croisé, mais malheureusement pas eu le temps d’approfondir d’autres jeux. On pense à Insurgency Sandstorm, FPS coop et guerrier, visiblement très exigeant : une seule balle bien placée peut vous abattre sur le champs. Battlefleet Gothic : Armada, jeu de stratégie spatiale typiquement PC, issu de l’univers de Warhammer 40 000. Mordheim : City of the Dead, un tactical RPG là aussi dans l’univers de Games Workshop, profite d’une ambiance très sombre. Terminons avec Space Run Galaxy, qui vise d’avantage de contenu que le premier et pourrait bien créer la surprise tant son concept semble poussé dans ses retranchements. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato