image nba 2k17Caractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Genre : Simulation de basket
  • Distributeur : 2K
  • Développeur : Visual Concepts
  • Sortie France : 16 septembre 2016

Test

FIFA 17, PES 17, F1 2016, inlassablement la ronde des simulations sportives reprend chaque début de saison, juste après les vacances estivales. Et, depuis quelques années, un rendez-vous incontournable s’est ajouté au calendrier : celui de la naissance du tout dernier NBA 2K, licence devenue au fil du temps la référence des simulations de basket. Alors que la domination de cette série développée par Visual Concepts est clairement sans partage, il faut tout de même préciser que ce millésime 2017 est attendu au tournant. La version 2016, toujours aussi démente côté gameplay, a pu tout de même décevoir sur un point : le mode Carrière, pourtant supervisé par Spike Lee, n’était pas aussi fignolé que ce que l’on pouvait espérer : trop linéaire, trop intrusive, trop lourde même tant le metteur en scène déployait ses violons habituels. Une expérience en demie-teinte alors que ce mode est, très clairement, l’attraction attendue par les fans, et l’une des meilleures expériences de jeu proposée par une simulation sportive complète et exigeante. NBA 2K17 se devait, donc, de se relever de ce constat de semi-échec, mais aussi d’apporter quelques retouches afin que les joueurs ne se lassent pas. Bref, rien n’était écrit à l’avance, même si notre preview nous avait bien rassurée.

Histoire : 5/5

image visual concepts nba 2k17

Image issue du Playstation Share.

Ouf, avec NBA 2K17 on laisse derrière nous l’ego-trip embarrassant et les séquences émotion interminables imposées par Skipe Lee. On retrouve un mode Carrière digne de ce nom, et même plus que cela : il s’agit certainement du meilleur de toute l’histoire de la licence, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord le « story-telling« , propre et sans fioritures. On incarne un joueur depuis sa carrière universitaire (rappelons que la démo vous faisait vivre les premiers matchs en jeune) jusqu’à, si tout se passe bien, les cimes de la NBA. Le scénario ne se fait jamais trop prégnant, et surtout l’histoire est un prétexte pour emmener, petit à petit, de véritables nouveautés. Notre avatar, dont le nom est à votre choix même si le surnom de « President » (ou Pres’) deviendra vite très doux à vos oreilles, est bien entendu personnalisable et vous accompagnera tout du long, alors attention à bien le travailler. Alors qu’il débute son ascension, il se lie d’amitié avec Justice (incarné par l’acteur Michael B. Jordan), et au fil du temps ce rapport privilégié se transformera en véritable duo sur le terrain, qui donnera naissance au « Jus d’orange » (curieux, mais vous comprendrez bien assez vite) qui vous permettra de contrôler… les deux joueurs. Une nouveauté qui provoque une véritable évolution dans NBA 2K17 : même si l’avatar reste notre intérêt premier, l’esprit d’équipe devient plus important que par le passé.

Et ce n’est pas tout. On apprécie beaucoup cette nouveauté, et Visual Concepts en profite pour faire de NBA 2K17 un véritable miroir de ce qu’est la vie d’un sportif professionnel. Vous allez certes gérer votre joueur comme une véritable entreprise, via les contrat publicitaires et de possibles transferts, mais vous allez voir que rien ne sera possible sans une forte dose d’entraînement. Le but avoué du développeur est de coller à la mentalité de Kobe Bryant qui, rappelons-le, figure en jaquette de l’édition collector. Pour cette légende du basket, qui vient de prendre sa retraite, les heures passées à travailler sans relâche, seul ou en équipe, était la clé du succès. Et elle sera aussi la vôtre. Il va donc falloir se retrousser les manches et bosser vos tirs ou votre vitesse via des exercices dédiés , lesquels rempliront une jauge « Doin’ Work » vous permettant de faire évoluer les capacités de votre avatar. Il se dégage une belle saveur RPG du mode Carrière NBA 2K17, que l’on qualifie sans mal d’exemplaire, de must.

Gameplay : 5/5

image team usa nba 2k17

Image issue du Playstation Share.

Le socle sur lequel s’appuie NBA 2K17 est d’une telle qualité qu’on ne voyait pas trop ce qui pouvait être amélioré, à part dans le secteur défensif où les un contre un était parfois trop déséquilibrés à cause de statistiques à l’influence parfois exagérée. Attardons-nous sur ce secteur précis, puisque bien des améliorations sont au programme. Tout d’abord, n’espérez plus passer votre vis-à-vis comme s’il s’agissait presque d’un plot (on exagère le trait), et ce même si vous incarnez une star monstrueuse. Tout d’abord, la pression a été rééquilibrée, et plus que jamais chacune des décisions prises par un joueur en mode défensif se doit d’être pensée : un mouvement injustifié, et l’adversaire en profite de suite pour filer au panier. Par contre, NBA 2K17 vous donne des possibilités pour garder la tête froide, notamment en vous laissant maîtriser le jeu de corps en opposition. Une nouveauté très attendue, qui ravira celles et ceux qui trouvaient ces instants de défense pas assez à la charge du joueur.

Le joueur se rend très vite compte que NBA 2K17 offre toutes les possibilités pour réellement penser ses approches. Outre les défenses plus justes, le système de dribbles a été là aussi amélioré. Le mot d’ordre est le même : laisser aux joueurs la capacité de pouvoir inventer, tenter, réussir et donc échouer. Le stick droit va vite devenir votre meilleur ami quand vous maîtriserez une balle qui n’aura jamais été aussi fluide… une fois le gameplay maîtrisé. Car il faut bien écrire que cette licence n’est pas des plus faciles à rejoindre en cours de route. Heureusement, une autre des grosses nouveautés est ce mode training là encore exemplaire (un qualificatif qui revient souvent) tant il permet aux nouveaux-venus de pouvoir s’accrocher au wagon avec dignité. Sous la protection du Coach K, en fait Mike Kryzewsky le désormais ex-coach de la Team USA, le novice pourra apprendre de ses erreurs, et avoir accès à la liste (vertigineuse) de mouvements utiles. Alors certes, il faudra lutter contre une impression de grandeur qui peut effrayer au point de faire fuir les plus poltrons. Mais qui s’accroche, cravache, sera récompensé…

Pour les plus fins connaisseurs, NBA 2K17 approfondi certains éléments, voire même complique certaines approches. Par exemple, réussir un layup ne se fera plus en mode quasiment automatique, mais en câlinant le shot meter, ce qui peut créer quelques difficultés dans les premiers temps. Après un travail d’adaptation, le constat est sans appel : le fait que la réussite du moindre shot soit à votre crédit provoque une véritable sensation de maîtrise très grisante. Aussi, si les phases défensives sont plus rigoureuses, les offensives ne sont pas en reste : dorénavant le joueur peut forcer la faute, aller au contact. Voilà encore une nouveauté qui donne à NBA 2K17 cette incroyable profondeur de jeu, laquelle nous fait dire qu’il sera cette fois-ci compliqué d’atteindre un niveau encore plus réaliste, sous peine de devenir beaucoup trop alambiqué. En tout cas, que les fans en soient sûrs : on est là devant la simulation de basket la plus poussée de tous les temps.

Technique et ambiance sonore : 3/5

image 2k nba 2k17

Photo issue du Playstation Share.

Autre fait avéré quand on aborde cette licence : techniquement on est proche d’un rendu photogénique, et les animations prodigieuses en mettent plein la vue. NBA 2K17 ne déroge pas à la règle, et c’est toujours une véritable baffe graphique même si, et c’est la première année où on le ressent de la sorte, on ne ressent pas réellement d’évolution depuis le 2016. Le fait d’avoir modélisé des tonnes de sneakers apporte réellement quelque chose aux plus fins connaisseurs, et le rendu des modèles 3D ne peuvent qu’en profiter bien évidemment. Mais on sent bien qu’on atteint un plafond, une cime impressionnante qu’il sera difficile de dépasser. Par contre, il faut aborder une retenue : le jeu est certes bien carré niveau finalisation, il n’en reste pas moins que certains détails peuvent faire tiquer. Quelques bugs ont été rencontrés, rares mais tout de même parfois un peu gênants, comme un lancement de match qui ne s’effectuait pas, ou un public qui disparaissait tout à coup. Rien de bien méchant car cela reste ultra marginal, et NBA 2K17 sera à coup sûr très suivi par le développeur, lequel n’hésitera pas à patcher son soft autant qu’il le faudra.

Côté sons, NBA 2K17 pourra toujours faire tiquer sur l’absence de commentaires en français qui, selon nous, reste assez incompréhensible. Alors oui, cela donne évidemment la cerise sur le gâteau d’un total accent mis sur le réalisme, mais on aurait apprécié un effort à ce niveau. Autre regret, on aurait tellement aimé que les avant-match soient sous-titrés… Sinon, globalement cela reste satisfaisant, les doublages sont bien calés, la playlist sélectionnée par Puff Daddy envoie du bois, et est assez vaste pour que l’on n’ait pas trop l’impression de répétition. Écrivons que 2K a assez de marge pour travailler sur la prochaine édition et parfaire encore plus l’ambiance sonore.

Durée de vie : 5/5

image shot nba 2k17

Photo issue du Playstation Share.

Voilà un jeu qui vous accompagnera tout au long de la saison sans le moindre mal. Les plus expérimentés, ceux qui essorent chaque millésime jusqu’au trognon, en auront pour leur argent avec NBA 2K17. Le mode Carrière vous occupera des dizaines et des dizaines d’heures, et les plus complétistes n’en verront pas le bout avant d’avoir atteint la centaine, à coup sûr. Le jeu de carte MyTeam apporte quelques nouveautés, notamment au niveau du deck de base. Fini la trop grosse prise de tête sur les versions précédente, l’équilibre est bien meilleur et, du coup, on a beaucoup plus envie de s’y investir. Ajoutons à cela un mode MyGM toujours aussi phénoménal, et encore revu à la hausse au niveau de la liberté donnée aux joueurs. On peut gérer sa franchise NBA dans les moindres détails, en créer une de A à Z ou se rapprocher d’une ancienne pour se plonger dans nos souvenirs, et les améliorations liées aux draft plus réalistes font qu’on n’a plus trop cette impression de hasard qui pouvait gêner auparavant. Évidemment, le online est de la partie avec MyPark, globalement la même expérience très complète que par le passé. On en a pour un nombre incalculable d’heures, et on ne parle même pas des nouveaux-venus qui ne sauront plus où donner de la tête…

Note finale : 18/20

image gameplay nba 2k17

Photo issue du Playstation Share.

NBA 2K17 est donc à la fois une grande simulation sportive et un grand jeu vidéo tout court. Visual Concepts s’est repris sur le mode Carrière, beaucoup plus plaisant que dans la version 2016 car mettant au centre des attentions le joueur, et non la vision un peu individualiste d’un réalisateur pas vraiment dans le coup. Les nouveautés de gameplay, ou plutôt l’approfondissement de celui-ci, poussent encore le réalisme du jeu dans des retranchements que l’on ne soupçonnait pas. Les défenses sont moins permissives, les attaques plus tranchantes, et les tirs sont désormais tous à la charge du joueur. On regrette juste quelque bugs, très rares mais tout de même étranges, mais rien qui puisse faire changer la donne : vous êtes partis pour un nombre d’heures de jeu absolument gargantuesque, bien aidé par des modes encore plus complets. Et pour les novices qui avaient peur de se lancer, il n’ont plus d’excuses avec l’excellent didacticiel 2KU, bien complet et formellement impressionnant. Vous l’aurez compris, avec NBA 2K17 on tient un hit en puissance, un incontournable de la simulation sportive. 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato