Quand construire se fait méchamment drôle

Si vous êtes du genre à avoir passé pas mal de temps sur des jeux de stratégie divers et variés, vous connaissez certainement Constructor. Sorti en 1997, aussi bien sur PC que sur Playstation, ce soft signé System 3 (et, en son temps, édité par feu Acclaim) se démarquait par son humour noir à l’époque assez unique. Resté dans les mémoire pour son ambiance et sa difficulté prononcée (mais pas inutile), le jeu revient dans une version remasterisée, sobrement baptisée Constructor HD, histoire de fêter les vingt ans du titre en fanfare.

Vingt ans certes, et pourtant le costume de gérant d’une entreprise de construction est toujours aussi plaisant. Qu’on se le dise, System 3 a cherché à redonner aux joueurs, qu’ils soient nostalgiques ou pas, les sensations du jeu d’origine. Ainsi, et même si on aura remarqué que l’ensemble est un peu plus abordable (merci les quatre modes de difficulté), moins expéditif pourrait-on écrire, Constructor HD est de ces jeux qui, sous couvert d’un concept plutôt simple, va développer ses mécanismes à tel point que l’expérience s’avère profonde. Du moins sur l’heure que l’on a pu essayer, c’est à préciser. On incarne, donc, un escroc de la pire espèce un gérant de compagnie de construction. Et, vous l’aurez compris, le but est de s’en mettre plein les fouilles afin d’écraser les adversaires. Pas de partenariat ici, il faut remporter la guerre et pour ce faire il va falloir redoubler d’une bien belliciste ingéniosité.

Un jeu qui multiplie les mécaniques

image preview constructor hd

Constructor HD ne s’embarrasse pas de son scénario : le jeu s’attache surtout, dans les premiers instants, à ce que le joueur découvre les quelques mécaniques qu’il va vite falloir maîtriser. Un tutoriel qui met les formes, bien agréable à exercer, qui n’oublie jamais l’humour en route. Après avoir été guidé afin de construire le quartier général, à l’aide d’un contremaître et de la basse main d’œuvre de dévoués constructeurs, il sera temps de se lancer dans la production de ressources. Là encore, on envoie des ouvriers se surpasser à la tâche. Précisons ici que l’interface, testée à la manette, est satisfaisante alors qu’on se faisait un peu de souci pour elle. Visiblement, System 3 a bien compris que la prise en mains sur les versions consoles se devait d’être limpide, et elle l’est : à base de raccourcis, d’onglets assez lisibles pour bien être déchiffrés à distance d’un écran de télé.

Bon, on a construit la base et les ressources ne manquent plus. Comme dans tout jeu de stratégie, il va maintenant falloir construire pour faire fructifier, et c’est exactement là que Constructor HD devient ce city-builder riche, profond, peut-être même un peu désarçonnant quand on le prend en mains pour la première fois. On a du bon terrain pour faire pousser des maisons un peu glauques, mais cela suffira pour poser notre empire immobilier sur de bon rails. Une fois que les ouvriers qualifiés ont rempli leur part du contrat, il nous reste le principal : trouver des locataires. On a le choix, et pour la démo on a opté pour un couple prolétaire, à forte tendance Bidochon, mais qui prend soin de son intérieur. Comme ça, pas trop de travaux à prévoir. Une fois les beaufs bien installés, il faudra veiller à leur bien-être, car une famille heureuse est une famille… qui se reproduit ! Et, au bout du compte, qui produit de la future main-d’œuvre bien docile. Donc, il ne faudra pas hésiter à faire évoluer l’intérieur des maisons, notamment le centre névralgique : la chambre.

Hippies Ki-yay, motherfucker !

image article  constructor hd

On décrira bien plus en détails lors du prochain test, mais sachez que cette gestion jubilatoire ne s’arrête pas là. Oh que non : dans Constructor HD, il faudra faire attention à la qualité de vie générale (une habitation à côté d’une scierie, plaintes garanties !), ne pas hésiter à planter des arbres, gérer les taxes et les loyers (attention, les gens n’aiment pas les hausses). Puis, quand il faudra penser à s’étendre, ce sera le moment de la guerre immobilière, où tous les coups sont permis. Pourquoi ne pas construire un baraquement pour attirer quelques hippies et les envoyer casser les bonbons aux locataires des autres propriétaires ? Effet garanti, mais priez pour que ces indésirables ne se retournent pas contre vous. Attention, car la vengeance des ennemis peut être terrible, et on peut vite se retrouver avec, par exemple, des poltergeists dans les chaumières. C’est là qu’il faudra bien connaître les mécaniques, en envoyant dans les maisons hantées un clown qui délivrera le lieu.

Et ce ne sont là que quelques exemples de ce que Constructor HD propose en terme de mécaniques et de contenu. On rentrera plus dans les détails très bientôt, notamment pour revenir sur l’amélioration du cadre de vie, un élément capital. On ne peut pas vous quitter sans avoir abordé la refonte technique du jeu. L’amélioration est, bien entendu, visible comme un nez au milieu du visage. Une 3D certes loin d’atteindre celle des cadors du genre mais à la direction artistique impeccable. Quand à l’ambiance sonore, elle a clairement fait l’objet d’un soin particulier, et notamment pour les différents doublages : 18 comédiens par langage. Parmi ceux-ci, on est d’ailleurs très heureux de pouvoir compter sur une version entièrement localisée en français. Encore une très bonne nouvelle pour ce Constructor HD qui, du coup, a retenu notre attention.

Constructor HD, un jeu développé par System 3, distribué par Koch Media France. Sortie le 28 avril 2017 sur Playstation 4, Steam et Xbox One. Le jeu sortira aussi sur Nintendo Switch à une date non annoncée.