[Test] Northgard : un portage console sans fioritures

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Shiro Games
  • Editeur : Merge Games
  • Date de sortie : 11 octobre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Un 4X ouvert à tous les joueurs

image test northgard
Il faut de suite construire des baraquements.

Après vous avoir proposé le test d’Evoland Legendary Edition, on continue de découvrir les travaux de Shiro Games. Sorti en mars 2018 sur PC, où il s’est forgé une bien solide réputation (près de quinze mille évaluations très positives sur Steam, c’est tout sauf un détail), Northgard a pris à revers celles et ceux qui s’intéressent de près à la trajectoire de ce studio français, et bordelais pour être plus précis. On pensait, entre nous, que la recette de la licence Evoland aurait mérité un troisième opus d’une ampleur encore plus grande. Mais il faudra ronger votre frein, car leur prochain soft, Darksburg, se dirige plus vers l’action zombiesque qu’en direction de l’hommage aux RPG. En attendant, voilà que l’on accueille Northgard sur consoles, et on a eu la chance de pouvoir le tester sur PlayStation 4 et Nintendo Switch.

Précisons de suite que les différences entre les deux plateformes se jouent uniquement au niveau de la pure technique et des sensations provoquées par l’ergonomie, point sur lequel nous reviendrons plus bas dans cet article. Replaçons, pour le moment, le contexte de Northgard. Après le jeu de rôle, Shiro Games a décidé de démontrer à quel point ils ont compris les mécaniques d’un genre hautement difficile d’accès, mais ici simplifié : le 4X. C’est donc ce mélange de stratégie et de gestion qui propulse le soft, bien plus que son scénario. Mais attention, n’allez pas croire que le récit n’a pas été finement pensé : il est idéalement construit pour vous pousser à l’aventure. On peut parler de situation plus que d’une histoire : à force d’explorations, les Vikings ont découvert un continent qu’il baptisèrent Northgard. Une terre merveilleuse, possiblement couverte de trésors, mais aussi de dangers. Car cet endroit n’est pas vierge et, de plus, il attire d’autres regards… Il est à noter que la campagne se veut assez courte, dans le but de vous pousser au plus vite vers le mode bac à sable, dans lequel le concept du titre prend tout son sens.

Northgard invite donc le joueur à penser tout autant stratégiquement qu’humainement. Tout d’abord, sachez qu’il faudra choisir entre six Clans, tous représentés par une divinité nordique et accompagnés de spécificités intéressantes. Par exemple, l’ours Bjarki vous permet non seulement de ne pas recevoir de pénalités pendant l’hiver, mais aussi de gagner en résistance au cours de cette bien rude saison. Après ce choix, le besoin de combattre la méconnaissance des lieux se complète agréablement avec celui qui vous somme de faire attention à vos travailleurs. Comme dans tout jeu de gestion, il va falloir construire différentes structures, histoire non seulement de donner un toit aux Vikings (sinon, c’est la colère assurée, et un bon Viking est un Viking heureux), mais aussi de les permettre de se spécialiser. Shiro Games a pris le parti de rendre la mécanique très simple, claire dans son exécution, et c’est une bonne chose. Ainsi, on comprend très vite qu’il va falloir exploiter l’environnement afin de récolter des matières premières indispensables à votre survie. Car ce continent n’est pas fait pour qu’on y reste immobile.

Un gros effort porté sur l’ergonomie

image gameplay northgard
Envoyez vos troupes pour vous débarrasser des ennemis.

Si l’on devait conseiller un 4X à des joueurs qui voudraient découvrir ce genre si particulier, ce serait Northgard sans la moindre hésitation. On y comprend parfaitement les quatre piliers : exploration, expansion, exploitation et extermination. Un Viking, ce n’est pas un enfant de cœur, il n’est pas là pour prendre racine dans un appartement meublé et miteux. Alors, envoyez des troupes aux alentours, car il est primordial de conquérir le terrain petit à petit. Cette tâche est effectuée automatiquement par les troupes mais, parfois, vos éclaireurs rencontrent des embûches. Auquel cas, il est temps de faire parler les muscles et envoyer les guerriers, accompagnés de l’esprit de votre clan. Les combats figurent parmi les belles qualités de ce soft : le bestiaire varie au fil du temps, et l’on doit parfois se lancer dans des batailles imposantes face à des monstres qui le sont tout autant (ah, ces Valkyries). Parfois, il faudra faire face à l’invasion d’un autre clan, et c’est votre rapidité de réaction qui fera toute la différence, plus que la pure stratégie. Enfin, on vous conseille de ne surtout pas sous-peser l’apport de la science, glanée quand vous envoyez des Drakkars en mission.

Northgard se veut abordable, aussi bien dans sa prise en mains que dans son ergonomie. Là, on touche à l’exploit : on ne pensait pas qu’un 4X puisse un jour être apprécié à ce point sur une console (on n’est pas tout à fait fan de l’adaptation de Civilisation VI, même s’il faut reconnaître un gros effort). Et encore moins en mode nomade. Que ce soit sur Switch ou PlayStation 4, Shiro Games s’est concentré sur la lisibilité des menus. Si elle est évidemment plus confortable en mode nomade sur  la machine de Nintendo, l’expérience reste tout à fait satisfaisante, intuitive. La sélection des bâtiments se fait de manière très fluide, ainsi que celle des troupes. On ne se perd pas dans des statistiques à n’en plus finir, et c’est une très bonne chose sur ce genre de support (bien entendu, c’est différent sur PC, où le 4X reste le plus idéalement jouable). Par contre, côté contenu ce portage fait le strict minimum : les DLC n’ont pas fait le voyage, et c’est bien dommage. La durée de vie reste costaude, il vous faudra une trentaine d’heures pour en faire à peu près le tour.

D’un point de vue purement technique, Northgard reste mieux fignolé sur PlayStation 4 que sur Nintendo Switch. Et ce même si, sur cette dernière, le mode nomade propose un rendu qui ne démérite absolument pas. Mais il y a quand même une vraie différence de textures, cela se ressent surtout quand la neige est de la partie. Cependant, si vous recherchez la meilleure visibilité possible, celle proposée par la Switch, en portable, se révèle de meilleure acabit, de par la proximité du jouer et de l’écran. Sinon, cela reste tout à fait charmant dans la direction artistique, notamment grâce à un character design qui impose bien l’ambiance Viking. Enfin, la musique signée Camille Schoell accompagne bien le concept, avec ce qu’il faut de notes aventurières. Tout juste pourra-t-on regretter que les thèmes ne soient pas assez nombreux. Signalons ici que le jeu est entièrement sous-titré en français, et avec soin.

Note : 15/20

Vous êtes curieux de découvrir le genre 4X, mais il vous effraie de par sa complexité de prise en mains ? alors jetez-vous sur Northgard, qui parvient à simplifier la recette, mais sans la rendre fade pour autant. Certes, on regrettera que ce portage ne soit pas accompagné de tous les DLC sortis sur PC à ce jour. Mais le gros travail effectué sur l’ergonomie des menus est idéal pour ne pas se retrouver noyer sous les statistiques et autres structures à construire. Aussi, sachez que la version PlayStation 4 est plus solide techniquement, mais que la lisibilité reste meilleure sur Nintendo Switch. De quoi rassurer les possesseurs de l’une ou l’autre de ces consoles.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *