Playlist: petite sélection de reprises réussies et inattendues (1ère partie)

Je n’avais jusque-là jamais proposé de playlists musicales sur mon blog, préférant généralement écrire des articles détaillés dans lesquels j’insérais des vidéos You
Tube
. Je n’avais rien contre cette idée, au contraire j’avoue être accro à iTunes et j’ai toujours au moins une trentaine de playlists différentes que je
modifie régulièrement. A tel point que j’en ai pour à peu prêt tout: liste spéciale détente, liste de chansons rageuses quand je suis énervée, les chansons dont les paroles me parlent à un niveau
personnel, celles qui me mettent de bonne humeur, mes préférées, mes préférées parmi mes préférées,… Bref, je suis une monomaniaque des playlists (et des listes en général je dois
dire) et il est donc étonnant que je n’ai l’idée de vous en proposer que maintenant…

Je dois remercier Cachou (passez faire un tour sur son excellent blog si ce n’est pas
déjà fait) pour cela: il y a quelques jours elle a posté une très belle reprise de “Creep” de Radiohead par Damien Rice, que j’adore, ce qui m’a donné envie de
me replonger dans ma discothèque pour réécouter mes reprises préférées. La liste, même pas exhaustive (je suis sûre que j’en ai oubliées plein) est d’une longueur infernale, donc j’ai décidé de
faire le tri et de publier une liste en plusieurs parties, de façon à ce que vous puissiez écouter les différents titres et avoir le temps de les digérer.

C’est une liste pop-rock dans l’ensemble, avec des chansons de divers artistes… et (attention, surprise!) beaucoup beaucoup de Tori Amos! Je ne les publierai évidemment pas
toutes en même temps mais pour une playlist “reprises”, celles de la rousse sont incontournables, pas seulement parce-qu’il s’agit de mon artiste préférée, mais surtout parce-que personne (enfin,
peu de personnes) ne sait réinterpréter les chansons des autres mieux qu’elle: de manière puissante et épurée et/ou de manière totalement inattendue, elle s’approprie les titres et n’hésite pas à
en déconstruire le rythme ou la structure pour donner une vision personnelle à vous remuer les tripes de la même façon qu’elle peut émouvoir avec ses compositions personnelles.

Il y a également parmi ces titres des interprétations qui sont tellement connues ou ont tellement fait date qu’on croit souvent qu’il s’agit d’originales et non de reprises. J’ai néanmoins limité
la présence de ces chansons histoire de privilégier des versions moins connues.

Si vous avez des suggestions de reprises à inclure pour les prochains posts n’hésitez pas à me le mettre en commentaire.

Autre précision: j’ai essayé de privilégier les live et plus particulièrement les vidéos live, de la meilleure qualité que j’ai pu trouver mais il y a quand même quelques titres où il n’y a que
l’audio ou des versions studio. Pour une partie des reprises de Tori Amos (+ celle de Beyoncé et celle de Björk et P.J. Harvey)
il n’existe pas de versions studio. Pour ceux qui ne jurent que par les versions studio, rassurez-vous: tous les live (issus de passages TV ou de bootlegs) présentés ici sont excellents
et les artistes assurent! Lorsque j’avais le choix entre plusieurs vidéos, j’ai écouté les différentes versions pour sélectionner la meilleure (en termes d’audio et de vidéo). Enjoy!

 

On commence par la reprise de “Smells Like Teen Spirit” par Tori Amos, la 1ère en date, 1 an seulement après la sortie de l’album de Nirvana. Une version
dépouillée magnifique  qui a fait date et inspiré de nombreuses reprises du même type (clip de la version
originale
):

 

 

Pour rester dans les reprises de titres à la base très rock, en continue avec la reprise de “Satisfaction” des Rolling Stones par Björk et P.J.
Harvey
aux Grammy Awards en 1994. Très déroutante mais enthousiasmante au final (version
originale, live
):

 

 

“Whole Lotta Love” est une des chansons les plus connues de Led Zeppelin, groupe de rock mythique mené par les ô combien charismatiques Robert Plant et
Jimmy Page. Cette chanson très rock au riff de guitare plus que connu a été repris de nombreuses fois par Tori Amos en concert,  couplée avec la non moins
magnifique ballade “Thank You” du groupe. Toujours seule au piano, elle donne de ces deux morceaux une interprétation dépouillée, puissante et sexy. ( Whole Lotta Love et Thank You  par Led Zeppelin):

 

 

Durant les dernières années de sa vie, Johnny Cash a publié une anthologie en plusieurs volumes sobrement intitulée American où il reprenait des
chansons américaines, classiques ou plus surprenantes. Sur le papier, une reprise de “Hurt” de Nine Inch Nails par l’homme en noir avait de quoi étonner, mais à l’écoute de sa
version, ce choix sonne comme une évidence, d’autant plus poignante que le clip a un clair ton testamentaire, près d’un an avant la mort de l’artiste, qui ne survécut à sa femme June
Carter
que l’espace de quatre mois. Une interprétation magistrale, belle à en pleurer:

 

 

“I’m On Fire” n’est pas la chanson la plus connue de Bruce Springsteen (ni sa plus réussie dans sa version studio ), mais cette ballade sexy très masculine ne pouvait qu’intéresser Tori Amos, toujours prête à donner une
version personnelle de standards rock masculins avec puissance et ainsi démontrer qu’il n’y a pas de chansons d'”hommes” ou de “filles” (la chanson commence à 45s):

 

 

L’an dernier, Bat for Lashes (dont je ferai bientôt la critique des deux premiers albums) a proposé sa reprise de la chanson de Springsteen, très différente de
celle de Tori Amos, plus expérimentale et tout aussi envoûtante:

 

 

Dans la catégorie, reprises qu’on n’attendait pas, Beyoncé a choisi d’interpréter une partie de la très célèbre chanson  “Oughta Know” d’Alanis Morissette
lors de sa tournée l’an dernier! Elle a intégré celle-ci au milieu d’une interprétation tour à tour enjouée et sensible de son tube “If I Were a Boy”, créant un medley au contraste des plus
surprenants. Et elle assure grave, si bien qu’elle ferait à coup sûr un carton si elle sortait un album de reprises rock. La chanson d’Alanis commence à 2mn35 (clip de la version originale ):

 

 

Parmi les chansons que tout le monde connait sans nécessairement savoir qui les chante ou comment elles s’appellent, “Song to the Siren” est un cas d’école. D’autant plus que la plupart d’entre
nous connaissent uniquement cette sublime reprise des Cocteau Twins au sein du projet This Mortal Coil, concept-album collaboratif datant de 1984!
 La chanson originale (magnifique) date en fait de 1970 et est signée Tim
Buckley
, le père de Jeff, autre singer-songwriter de légende américain. Ceux qui ont vu Lost Highway de David Lynch se souviendront
que c’est la chanson qu’on entendait (interprétée par les Cocteau Twins) dans la séquence dans le désert à la fin, où la femme fatale Alice (Patricia Arquette)
envoûtait le héros en lui faisant l’amour avant de se retirer de manière perfide en murmurant: “Tu ne m’auras jamais!” Une scène d’une beauté magistrale! C’était aussi la chanson de la pub pour
le parfum “Noa” de Cacharel.

 

 

Reprise inattendue et rigolote, “Fernande” de Georges Brassens par Carla Bruni! Malheureusement, ce live date d’avant sa rencontre avec
Sarkozy: il aurait été très drôle de l’entendre l’interpréter lors de sa dernière tournée promotionnelle en 2008, surtout pour les paroles du dernier couplet: “Je vais mettre un
point final / à ce chant salutaire /  En suggérant au solitaire / D’en faire un hymne national”  Avant de
commencer la chanson, elle dit d’ailleurs au public: “on m’a déconseillé de la chanter”. Dommage qu’elle ne puisse pas se le permettre maintenant, j’aurais bien aimé voir les réactions des gens
et des ministres! (Version
originale
 )

 

 

Et pour finir, Tori Amos encore, en audio seulement cette fois-ci: “Don’t Look Back in Anger” d’Oasis, alors qu’elle était en concert à Manchester, berceau natal
des deux frangins, en 2005. La chanson commence au bout de 2mn et quelques et pour les non-bilingues, elle parle du chanteur Morrissey (ex-leader de The Smiths)
au public au début: lors de cette tournée, le public lui soumettait des propositions de reprises par Internet et elle en choisissait deux à chaque concert. Ici, les gens essayaient de deviner ce
qu’elle allait chanter comme elle leur dit que le groupe “était d’ici” , ce qui a provoqué des cris affolés de la part d’un fan des Smith selon toute vraisemblance. Elle explique
alors (avec humour) qu’elle ne chantera pas une chanson des Smiths ou de Morrissey car elle avait complimenté celui-ci sur sa musique il y a longtemps (en 1991
en fait) en le croisant dans les coulisses d’une émission en Angleterre et il l’avait insultée en lui demandant “ce qu’elle pouvait bien connaître à la bonne musique”, d’où un échange d’insultes
entre les deux. Ironiquement, cette magnifique reprise d’Oasis s’intitule “Don’t Look Back in Anger” et elle la dédie à l’icône peu aimable en l’intégrant aux paroles: “You’re
never gonna burn my heart out, Morrissey!” (clip de la version originale, qui sample “Imagine” de
John Lennon; les paroles font en outre référence à Lennon: “So I start a revolution from my bed…”)

 

Cécile Desbrun

Cécile Desbrun est une journaliste culturelle spécialisée dans le cinéma, la musique et l'image de la femme dans la culture. Elle créée Culturellement Vôtre en 2009 et écrit parallèlement pour plusieurs publications en ligne. Elle achève actuellement l'écriture d'un livre sur la femme fatale dans l'oeuvre de David Lynch et est la créatrice du site Tori's Maze, dédié à l'artiste américaine Tori Amos, sur laquelle elle mène un travail de recherche approfondi.
/10