[Critique] Life – Origine Inconnue : Un bon mix entre Gravity et Alien

Caractéristiques

  • Titre original : Life
  • Réalisateur(s) : Daniel Espinosa
  • Avec : Jake Gyllenhaal, Rebecca Ferguson, Ryan Reynolds, Hiroyuki Sanada, Ariyon Bakare et Olga Dihovichnaya.
  • Distributeur : Sony Pictures Releasing France
  • Genre : Science Fiction, Thrille
  • Nationalité : Américain
  • Durée : 104 minutes
  • Date de sortie : 19 avril 2017

Critique

Si le genre avait subi un lifting  avec Alien en 1978, il faut dire que depuis, les thriller horrifiques de science-fiction ont recyclé les ingrédients qui ont fait le succès du film de Ridley Scott. Pas toujours de manière inspirée d’ailleurs, puisque la plupart sortent directement en vidéo. C’est donc avec curiosité que nous nous sommes rendus à la projection de Life – Origine Inconnue, qui arrive dans nos salles ce mois-ci. Réalisé par Daniel Espinosa (Enfant 44) avec à son casting Jake Gyllenhaal (Demolition), Rebecca Ferguson (Mission: Impossible – Rogue Nation) et Ryan Reynolds (Deadpool), le film raconte l’histoire de six membres d’équipage d’une station internationale qui récupère une sonde revenue de Mars. Dans celle-ci, ils découvrent un organisme unicellulaire et donc la preuve d’une vie extra-terrestre. Mais, alors que cet organisme grandit, il devient une menace pour l’équipage, mais aussi pour l’humanité.

Passé une première scène en plan-séquence en apesanteur qui permet une présentation en douceur de la station et des personnages, la tension monte direct. La récupération de la sonde revenue de Mars s’avère être une opération délicate et l’équipage est sur le pied de guerre. Il ne nous en faut pas plus pour nous mettre dans le bain. Passé les trente premières minutes du film, l’alien commence son massacre, avec une tension toujours présente jusqu’à la fin du film.

image life origine inconnue jake gyllenhaal

Si le scénario s’appuie sur une mécanique bien connue, il s’avère efficace sans pour autant renouveler le genre. Les personnages sont stéréotypés (Ryan Reynolds est l’astronaute marrant par exemple) et leur background est survolé. On regrette que les dialogues, quand ils ne sont pas explicatifs sur la créature ou scientifiquement (le film le fait bien), sont d’un vide intersidéral, ce qui rend les interactions entre les personnages peu crédibles. Les acteurs tentent d’ailleurs de s’en sortir comme ils le peuvent. Autre point faible du film : son dernier tiers, dont la fin. Juste avant la conclusion, le métrage accuse un coup de mou et ce n’est pas le twist final, que l’on voit venir à des kilomètres, qui arrange les choses. Enfin, on regrettera le relatif manque d’hémoglobine dans un film série B malgré une ou deux scènes assez sanglantes.

Le film est cependant sauvé par une réalisation carrée et inspirée, qui donne vraiment l’impression au spectateur de se trouver dans la station avec l’équipage. Le film ne lésine pas sur les plans de la créature, qui devient de plus en plus menaçante en grandissant. Les effets spéciaux sont quant à eux de bonne qualité et la musique de Jon Ekstrand accompagne bien le film, sauvant même certaines scènes. Le montage insuffle le bon rythme et permet à la tension de rester constante. Du coup, les 1h44 du film passent assez vite et ne laissent pas l’ennui s’installer.

image life origine inconnue rebecca ferguson

Les acteurs font le job à minima, Ryan Reynolds est toujours aussi fun mais arrive néanmoins à montrer une autre facette de son jeu lors d’une scène. Jake Gyllenhaal fait le minimum dans le rôle d’un astronaute dépressif et Rebecca Ferguson est elle aussi en roue libre. Seul Hiroyuki Sanada tire son épingle du jeu car son personnage, qui vient juste d’avoir un enfant, est le seul envers lequel on puisse avoir de l’empathie.

S’il ne renouvelle pas le genre, ni ne joue de ses codes, Life – Origine Inconnue s’avère être un thriller spatial somme toute assez efficace malgré ses défauts.

Guillaume Creis

Guillaume Creis

Adore le cinéma en général , que ce soit lesgros blockbusters ou les plus petits films .les séries TVet les jeux vidéo.
Guillaume Creis

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *