[Preview] F1 2017 : la très bonne base de 2016 sublimée ?

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
  • Développeur : Codemasters
  • Editeur : Codemasters
  • Date de sortie : 25 août 2017

Après la renaissance, la confirmation ?

Après une édition 2016 qui nous a séduit sur bien des points, faisant du jeu le meilleur, côté Formule 1, depuis bien des années, la licence de Codemasters se devait d’embrayer sur un millésime encore plus chiadé. Dès lors, quand on nous a accordé quelques premiers tours de piste sur F1 2017, c’est à toute berzingue que l’on s’est emparé de l’occasion. Au menu, de premiers instants passés avec le mode Carrière, mais aussi la découverte de bolides historiques. Et autant vous le dire de suite : ces quelques nouveautés ont produit leurs effets sur votre dévoué serviteur.

Tout d’abord, attardons-nous un peu sur le début du mode Carrière de F1 2017, qui connaît effectivement quelques évolutions. Vous vous rappelez de ces instants, entre les courses, où nous rejoignions notre pilote, assis, en vue subjective, avec comme activités principales celles d’écouter les dirigeants et d’accéder à l’ordinateur ? Écrivons que le principe ne connaît pas de grande révolution, mais qu’il se bonifie sans aucun doute. Le lancement de la partie est à peu près le même, toujours aussi aisé à comprendre et mettre en place. Ensuite, c’est surtout l’animation de la Carrière qui a été retravaillée, avec des épreuves proposées entre les courses. Par exemple, le représentant d’une marque est venu solliciter le pilote, histoire qu’il participe à un événement marketing. Dès lors, il faut choisir entre deux épreuves, comme remplir un objectif de dépassements, ou une remontée fantastique à effectuer au volant d’un bolide plus puissant que les autres. Remplir l’une de ces conditions apportera quelques récompenses, dont de précieux points de ressource.

Quelques nouveautés bienvenues

D’ailleurs, F1 2017 continue sur la lancée de la précédente itération, en reprenant un système de points à glaner, plus ou moins nombreux selon le niveau sélectionné, et appliqué à l’intelligence artificielle. Toujours aussi efficace, et l’on peut comparer notre niveau avec celui des amis qui joueront à ce soft. Il est clair que Codemasters a voulu développer l’impression de progression, afin d’amoindrir la sensation de répétition, inhérente à un jeu de course. Aussi, ils ont accentué leurs efforts sur les choix de réglages techniques. Les béotiens pourront très bien s’en passer, via des préréglages qui feront leur effet pendant l’apprentissage, et les fondus de maîtrise pourront laisser court à leurs volontés. Bloc propulseur, boîte de vitesses, attribution des pneumatiques du week end, vous pourrez tout surveiller. Aussi, le département de Recherche et Développement devra obligatoirement attirer votre attention, du moins si vous désirez dominer une course à haut niveau. Et ne pensez pas que tous ces réglages sont de l’ordre de la perfection maniaque : une bonne décision a un impact direct sur la conduite, toujours aussi agréable par ailleurs.

Parmi les éléments qu’il nous tarde de creuser, l’arbre de compétence figure en bonne place. En effet, on pourra y développer la longévité, le châssis, l’aérodynamique et la chaîne motrice. Il ne fait aucun doute que F1 2017 va proposer un contenu assez costaud, en progrès depuis le dernier opus. Parmi les petits détails toujours aussi bonnard, l’option de ralenti, en cours de course, qui permet aux perfectionnistes de reprendre la course en flashback. Pour faire simple, vous observez vos dernière secondes de course, et en pressant Carré vous rejoindrez l’instant exact que vous aurez sélectionné, après un temps de chargement quasiment imperceptible. Une feature qui fait toujours bonne impression, du moins techniquement. D’ailleurs, il faut aussi préciser que le jeu semble avoir été encore peaufiné visuellement, notamment avec des conditions climatiques encore plus crédibles, alors qu’elles avaient déjà atteint un très bon rendu l’année dernière. On attendra, par contre, de vérifier si le boulot de modélisation des circuits, et de leurs environnements, a été revu à la hausse par rapport à la version 2016. Mais les bonnes sensations dominent amplement. Si l’on ajoute des bolides historiques très intéressants à conduire, offrant des sensations très différentes (et une pointe de vitesse parfois terrible), alors vous comprendrez qu’on a hâte de tester de fond en comble F1 2017

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato

Les derniers articles par Mickaël Barbato (tout voir)

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *