[Test – Playstation 4] Fortnite : un mélange des genres rafraîchissant

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
    • Mac
  • Développeur : Epic Games
  • Editeur : Epic Games
  • Date de sortie : 25 juillet 2017 (Accès anticipé)
  • Acheter : Cliquez ici

Introduction

Quand on aime les jeux vidéo, il est impossible de ne pas connaître l’imposant Epic Games. Outre que le studio développe le moteur de jeu le plus connu du milieu, l’Unreal Engine (qui en est à sa quatrième version, actuellement), il est aussi à l’origine de deux des licences les plus renommées de l’univers vidéoludique : Unreal et Gears Of War. Désirant renouveler leurs franchises, Epic Games n’a pas hésité à lancer Bulletstorm, un soft qui n’aura pas connu le succès escompté, et ce malgré de bien belles qualités. Mais le studio ne baisse pas les bras, et aujourd’hui il édite Fortnite, un titre à la saveur multijoueur, en accès anticipé payant, avant de devenir un Free-to-play courant 2018.

Histoire : 2/5

image test fortnite
© Epic Games

Fortnite donne clairement dans le scénario d’œuvre bis, qui pourrait très bien servir de base à un bon film de série B à l’ancienne. Dans un futur indéterminé, la planète n’a pas été seulement victime du réchauffement climatique. Nicolas Hulot doit se faire une raison : la fonte des glaces, c’est alarmant, mais ce n’est pas grand chose face aux effets dévastateurs d’une tempête d’énorme ampleur, sobrement nommée Storm. Cette dernière détruit tout sur son passage, et manque de peu l’éradication totale de l’espèce humaine. Le joueur incarne un survivant, et le but sera de construire des fortifications, plus précisément un moyen de se défendre et de se protéger au plus vite. Car, tout droit sortis de la tempête, les « carcasses », zombies affamés de chair humaine, forment une véritable menace. Il ne faut pas espérer beaucoup plus que cela dans le développement du cheminement, Fortnite se concentrant bien vite sur ce qui est sa première qualité : son gameplay. Dommage, car un plus gros effort sur l’écriture aurait pu apporter un certain charme narratif.

Gameplay : 4/5

image playstation 4 fortnite
© Epic Games

Comme vous pouvez vous l’imaginer, Fortnite a encore le temps de s’améliorer, d’ici sa sortie en Free-to-play. Dès lors, la note ne peut qu’être temporaire, mais on peut d’ores et déjà juger de la base proposée. Celle-ci est plutôt solide : on se trouve face à un jeu en vue à la troisième personne, qui mélange construction et action. La première phase est sans aucun doute la plus passionnante : avec votre équipe (jusqu’à quatre joueurs), vous allez devoir élaborer une base, grâce à des matériaux que vous devrez récupérer. Pour cela, il va vous falloir visiter votre environnement, mais aussi réussir divers quêtes secondaires, et de vos succès dépendront de bien belles rétributions. Aussi, vous obtiendrez de temps en temps des Piñatas, qui renferment un contenu parfois un peu trop élaboré : on a un peu l’impression d’être enseveli sous les récompenses, ce qui fait toujours plaisir, mais ça simplifie pas mal le soft et notre cheminement. Vous devrez aussi chérir votre base en lui faisant gagner des niveaux, vous ouvrant la porte de certaines quêtes…

Les personnages que vous incarnerez dans Fortnite sont aussi très importants. Outre qu’ils construisent tel des MacGyver des temps modernes, ils devront repousser des vagues de zombies plus ou moins hargneux. Attention, il ne faudra surtout pas sous-évaluer l’importance du choix de classe, parmi les quatre disponibles : Constructeur, Ninja, Aventurier et Soldat. Elles sont idéalement complémentaires, et surtout s’adaptent bien à tous types de joueurs et d’approches. Aussi, vous vous rendrez vite compte que votre avatar est un nid à évolutions. Bien entendu, son niveau augmentera au fil du temps, et l’arbre de compétences fleurira au fur et à mesure, mais ce n’est pas tout. Vous pourrez débloquer d’autres classes, pour votre personnage, complexifiant pas mal l’approche des situations. Les armes sont aussi améliorables, ce qui force à toujours aller de l’avant. Précisons ici que Fortnite démontre bien que rien n’est perdu, tout se transforme, grâce à un système de recyclage bien pensé.

La seule véritable retenue que nous émettons est la relative facilité à un certain niveau. Si le début de Fortnite nous a paru bien équilibré, au bout de quelques heures on a déjà l’impression d’incarner un véritable GrosBill, que même les plus imposants des zombies ne pourront qu’effleurer. Nul doute qu’Epic Games reverra ce souci d’ici la sortie en Free-to-play, du moins c’est vivement espéré. Quant à la justesse de l’expérience, c’était un pari risqué que de proposer plusieurs Starter Pack. Et, comme prévu, on trouvera quelques différences flagrantes entre un joueur ayant investi 39€, et un autre à 89€. Mais bon, c’est le jeu ma pauvre Lucette, et il faudra s’en accommoder. En l’état, Fortnite propose une expérience agréable, manette en mains, et le studio a pensé à de petits détails qui font plaisirs. Comme la possibilité de compléter son groupe par un bot, à l’intelligence artificielle satisfaisante, sans qu’on en soit à la qualifier de tête d’ampoule. Le genre d’attentions qui forment une globalité plus que convenable.

Technique et ambiance sonore : 3/5

image fortnite
© Epic Games

Sans nous en mettre plein la vue, et ce n’est jamais le cas, Fortnite dispose d’une direction artistique colorée, très typée dessin animé, et reste plutôt stable dans son ensemble. On remarque bien quelques textures un peu datées, mais ce serait faire preuve de mauvaise foi que d’en faire tout un plat. Dans l’ensemble, on est charmé par cette personnalité bien marquée que le titre met en place, et les animations finissent de nous convaincre. Un peu en retrait, l’ambiance sonore va du moins bon au plus efficace. Les compositions de Rom Di Prisco (Guacamelee, Spy Hunter 2) n’ont rien de mémorables, par contre on est agréablement surpris par la bonne qualité des doublages français.

Durée de vie : 4/5

image jeu fortnite
© Epic Games

Difficile de chiffrer la longévité de Fortnite, tant elle dépendra aussi de votre passion pour le jeu. Pour le genre, on peut s’avancer en signalant qu’elle est largement satisfaisante. Vous aurez cinq environnements à découvrir, générés procéduralement qui plus est, des tonnes de missions secondaires, et nul doute que vous voudrez maîtriser toutes les classes. Pousser à fond l’expérience vous demandera une grosse implication, même s’il faudra qu’Epic Games rajoute une dose de challenge, surtout à haut niveau.

Note finale : 13/20

Epic Games qui se lance dans un jeu de coopération en ligne, le résultat était forcément attendu. S’il faudra revenir vers Fortnite en 2018, lors de son lancement en Free-to-play qui devrait redéfinir certains contours, on ne peut que souligner les qualités de gameplay qui sautent aux yeux. On pourra pester contre le manque de challenge à haut niveau, et regretter les grosses différences entre les Starter packs (évidemment normales, c’est le but de l’opération), mais le système est globalement très bien rodé. Looter, farmer, recycler, ce sont là des mécaniques qui répondent au poil, le tout bien soutenu par une direction artistique délicieuse. Si le studio revoit la difficulté à la hausse, ose distiller un peu plus de narration, et si le passage en Free-tot-play ne dérègle pas tout, alors on tiendra un bon petit soft bien charmant. Actuellement, il est assez fun et bien fignolé pour intéresser les amateurs du genre.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *