[Vite joué] PGW 2017 : on s’est amusé avec la gamme PlayStation Playlink

Pour que le jeu vidéo s’adresse vraiment à toutes et tous

image logo playlink

 

Pour la plupart sortis au cours du mois d’octobre, les jeux typés casual gaming, de la gamme Playlink, se sont dévoilé à nous à deux occasions, dont une prise en mains à la Paris Games Week 2017. Rappelons qu’il s’agit de jeux édités par Sony Interactive Entertainment, et sont disponibles en exclusivité sur PlayStation 4. Et, afin de soulager les joueurs, le constructeur a pensé à une solution brillante : faire en sorte que chacun puisse jouer, sans se trimballer sa manette, ni même espérer que l’hôte possède une ribambelle de Dual Shock 4. Comment cela est-il possible ? Eh bien, grâce à l’objet du quotidien par excellence : notre smartphone. Oui, celui-là même qui se trouve actuellement à vos côtés, ou dans votre poche, et qu’importe sa marque. Ou même votre tablette, c’est aussi une solution. Il suffit de télécharger l’application qui se rapporte au jeu en question, sur Android ou iOS, et c’est parti mon kiki. Pas de réglages hyper compliqués, tout se fait le plus simplement du monde et, en un clin d’œil, on se retrouve face à un party game facile à prendre en mains. Restait à vérifier que le concept est aussi ludique qu’on l’espérait.

Qui es-tu ?

image dossier qui es tu

Disponible depuis un petit moment, et offert dans d’anciens programmes PlayStation Plus, Qui es-tu ? est un magnifique porte-étendard. Si vous ne deviez n’en choisir qu’un, ce serait très probablement celui-ci. Le concept est aussi simple qu’efficace : les joueurs (de 2 à 6) vont faire face non pas à des questions de culture générale, mais des interrogations à propos des amis avec lesquels la partie est lancée. C’est bourré de mini-jeux à mourir de rire, les parties s’enchaînent à la vitesse de la lumière, et surtout… ça fonctionne ! On ne vous le cachera pas : quelques frayeurs se sont emparées de votre humble serviteur quand nous avons découvert le principe même des jeux Playlink. En terme d’ergonomie, par exemple. Sachez que Qui es-tu ? balaye tout questionnement. Il suffit de faire glisser une photo, de notre smartphone à l’écran, pour comprendre que la magie opère. Amusant, et titillant.

Knowledge Is Power

image dossier knowledge is power

Disponible depuis fin octobre, Knowledge Is Power a aussi réussi à nous séduire, mais à un degré moindre. Cette fois-ci, il est question de culture générale, donc l’originalité du concept aurait pu en prendre un coup. Mais c’était sans compter sur quelques bonnes idées, qui en font un party game tout à fait recommandable. Présenté par le truculent Max, tout heureux de se voir doublé entièrement en français, le jeu peut accueillir jusqu’à six concurrents. Et, vous l’aurez compris, ils devront répondre à des questions, via leur smartphone ou tablette. Mais attention, car vos amis ont la possibilité de vous rendre la tâche plus compliquée, en vous balançant des handicaps, tels des bombes, du liquide vert nommé blop, ou du gel. Il vous faudra, donc, vous défaire de ces embûches, avant de répondre. De quoi pimenter un ensemble qui devrait plaire à un public de jeunes adultes, tant le mélange de questions geeks, et parfois plus pointues, pourra répondre à leurs attentes.

Hidden Agenda

image dossier hidden agenda

Disponible depuis fin octobre, Hidden Agenda est le jeu le plus sérieux, dans la tonalité. Fini les présentateurs expressifs, ici il est question de prendre le rôle d’un policier, et de mener une enquête. Il faut d’abord préciser que le soft est développé par Supermassive Games, studio que l’on connaît pour le mémorable Until Dawn. Il s’agit clairement du titre le plus ambitieux de cette gamme, tant le principe regorge de possibilités. Jouable jusqu’à six, le jeu vous donne un objectif secret, puis vous lance dans la traque du Trappeur, un tueur en série. Ambiance sombre et choix à la majorité sont au programme de ce thriller bien écrit, et si intéressant qu’une sortie au format physique est à noter. Pour faire simple, vous allez devoir prendre des décisions à la volée, lesquelles auront un impact direct sur la suite des événements. Un soft narratif jouable en groupe, voilà une bonne idée, et ce même si la durée de vie n’est pas spécialement à la hauteur : il s’agit plus d’une expérience, qui se renouvelle avec de nouveaux joueurs, et assez longue pour occuper une soirée.

Singstar Celebration

image dossier singstar celebration

Singstar, tout le monde connaît. On fait face à un jeu de chant tout ce qu’il y a de plus basique, et de plus amusant, surtout si vous supportez les fausses notes de vos amis. La grande différence est, qu’ici, le micro n’est plus convié à la fête. Si l’on comprend le point de vue pratique, qui fait que chacun pourra se lancer dans une partie, sans avoir à partager l’objet, on ne peut nier qu’un smartphone est moins charismatique qu’un miccro, et cela retire un peu de magie du soft. Outre cette facilité d’accès, un peu désenchantée, la playlist contient une trentaine de titres, regroupant des artistes comme Britney Spears, ou encore Amy Winehouse. Signalons que le soft est sorti depuis fin octobre.

Frantics

image dossier frantics

Frantics est le genre de titre qui a encore besoin de progresser, avant sa sortie. Cela tombe bien, sa parution est prévue pour mars 2018. Pas que le jeu ne soit pas prêt : il l’est, et son concept nous paraît assez carré pour que l’ensemble soit compris dès la prise en mains. On fait face à des minis-games, somme toute assez basiques. On a pu en tester trois : une course très courte, dont le but était surtout d’arriver en un seul morceau. Puis une sorte de jeu de personnages-tamponneurs, qui voyaient chacun des protagonistes essayer de virer l’autre de l’écran. C’était sans doute le plus amusant, car le joueur pouvait continuer d’embêter les participants, même après avoir été envoyé hors des limites, via des objets à balancer. Enfin, on a fini par un défi de domination, qui demandait à ce qu’on prenne place dans un canon, avant d’être projeté sur la plateforme à conquérir, avant de protéger celle-ci des vils envahisseurs. Dans l’ensemble, on ne peut pas écrire qu’on ne s’est pas amusé, seulement les réactions des personnages nous ont paru un peu molle. Il faudra revoir tout ça avec une version plus définitive, et en attendant on peut signaler une direction artistique assez atypique, très pâte à modeler, pleine d’humour. Du potentiel, donc.

Au final

On est sorti de ces découvertes avec de bonnes impressions. La cible visée par la gamme Playlink, un grand public pas spécialement gamer, mais sans être réfractaire au jeu vidéo, saura s’y retrouver. C’est pour nous une certitude. Le prix de chacun des softs se situe sous la barre symbolique des 20 euros, ce qui ajoute à l’impression de se trouver là face à une offre bien pensée. Si l’on n’a pas spécialement raffolé de Frantics, sans non plus oublier que le titre est encore en cours de développement, et se peaufinera d’ici la sortie, le reste nous a paru de facture satisfaisante, voire plus. La star, pour nous, c’est Qui es-tu ?, dont le principe est de suite digéré, et dont les parties s’enchaînent avec un plaisir non dissimulé. Hidden Agenda se positionne juste après, mais vraiment d’un chouïa, tant son concept de jeu narratif en groupe nous a séduit. Knowledge Is Power et Singstar Celebration ont des qualités, mais sont moins originaux, plus attendus. On termine ce tour d’horizon en espérant que Sony Interactive Entertainment aura de la suite dans les idées, car la gamme ne demande qu’à prendre de l’ampleur, si le succès est au rendez-vous.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *