[Test – Playstation 4] Let’s Sing 2018 : une itération de transition

Caractéristiques

    • Playstation 4
    • Nintendo Switch
    • Wii U
  • Développeur : Voxler
  • Editeur : Ravenscourt
  • Date de sortie : 20 octobre 2018
  • Acheter : Cliquez ici

Introduction

image louanne let's sing 2018

La fin d’année approche, et vous vous tâtez pour l’achat d’un jeu social qui pourrait remplir les nombreuses soirées qui s’organisent, chez vous notamment (et peut-être même sans que vous ne soyez spécialement au courant, true story) ? Alors, vous devez savoir que le jeu de chant est une valeur sûre, apte à éponger bien des situations, autour d’une situation assez comique pour que l’ambiance soit plus ou moins exquise (ça dépendra des talents en présence). Ainsi, c’est avec panache qu’on attend, chaque année, le nouveau millésime de la licence Let’s Sing, qui accouche d’une nouvelle itération chaque année, toujours développée par Voxler et éditée par Ravenscourt. Cette version 2018 vaut-elle le coup ?

Histoire : /

image playstation 4 let's sing 2018

Vous vous en doutez, la seule scénarisation dont vous profiterez, en jouant à Let’s Sing 2018 : hits français et internationaux, c’est celle de votre propre soirée. Du coup, les cinq points sont remis en jeu dans le critère du gameplay.

Gameplay : 7/10

image ps4 let's sing 2018

La premier effet attendu, quand on lance Let’s Sing 2018, est la bonne utilisation du micro. Si vous avez choisi un package qui comprend ces extensions, vous n’avez qu’à les brancher à la console, comme une manette tout à fait classique. Mais Voxler a eu la bonne idée de ne pas penser que tous leurs joueurs, souvent occasionnels, vont avoir l’envie de s’acheter plusieurs de ces engins. Dès lors, c’est avec joie qu’on accueille l’idée de transformer nos smartphones en micro, ce qui était déjà le cas dans l’itération précédente. Il suffit d’installer l’application, de se connecter au réseau Wi-Fi de la pièce, et c’est aussi simple que ça. Alors certes, cette (bonne) idée ne remplacera pas la sensation d’un vrai micro, mais quand on est lancé, à quatre, croyez votre humble serviteur : on ne voit pas la différence.

Plus dommageable, on remarque que Let’s Sing 2018 fait toujours passer le rythme devant l’exactitude de la prononciation. Ce point précis pourra un peu énerver quand on teste le jeu, seul, comme un hardcore gamer abandonné. Mais il est fort à parier qu’aucun ami ne tentera les mêmes subterfuges qu’un rédacteur un peu bougon. Oui, tenir le tempo suffit pour gagner des points, prononcer les paroles est finalement une sorte de luxe. Mais qui tricherait, une fois le micro empoigné (et la tequila descendue) ? On se prend au jeu, et peu importe, finalement, de savoir qu’un programme régit le tout. C’est ici, précisément, que le jeu fait un bon choix car, sûr de la bonne fois des joueurs, il se concentre sur la tonalité. Ce qui, en fin de compte, construit un gameplay pas vraiment exigeant, mais distrayant et plutôt efficace.

Let’s Sing 2018 : Hits français et internationaux apporte quelques légères modifications de gameplay, par rapport à une édition 2017 tout de même assez proche, dans le fond. Ce qui saute aux yeux, c’est l’ergonomie des menus. Si elle était déjà assez claire auparavant, elle se simplifie encore plus, sans doute afin de ne pas faire fuir les chanteurs les moins patients. C’est plutôt réussit, lisible, et parfaitement fonctionnel : vous n’aurez même pas besoin de vous habituer à une quelconque manipulation. C’est comme la Cristaline : ça coule de source. La progression, via les points d’expérience, apporte un petit plus, avec des éléments à débloquer. Aussi, Let’s Sing 2018 accueille de nouveaux modes de jeu. Même si, dans les faits, il est plus juste de signaler qu’ils remplacent d’autres, désormais absents, et poussés dans de nouveaux retranchements. C’est ici que le bât blesse, car on a l’impression qu’on perd un peu au change. Le mode Par Cœur manque cruellement, tandis que le mode TV s’avère une roue de secours un peu rachitique. Et le tout manque de nouveautés.

Technique et ambiance sonore : 4/5

image test let's sing 2018

Let’s Sing 2018 : Hits français et internationaux utilise les clips officiels des chansons sélectionnées, et ce dans une définition satisfaisante. Dès lors, difficile d’écrire à propos de la technique pure du soft, même si certains effets apparaissent. Ceux-ci savent mettre en avant la matière recherchée par les modes de jeu. On pourra un peu pester sur l’impact qui atteint la lisibilité de l’écran, mais globalement tout y reste très clair. Quant à la playlist de Let’s Sing 2018, on se gardera d’émettre un avis sur la mauvaise qualité de la musique moderne, le caractère simpliste et terriblement superficiel des compositions. Oups. Plus objectivement, les différents morceaux ont été soigneusement sélectionnés, en accord avec notre époque. Et, malgré une poignée de chanson qui souffrent de l’exercice du chant (RIDSA, quelle calamité), la plupart s’y prête sans aucune fausse note. Enfin, sauf de votre part.

Durée de vie : 2/5

image ravenscourt let's sing 2018

C’est ici que Let’s Sing 2018 : Hits français et internationaux peut faire chanter faux. Une quarantaine de titres est au programme (retrouvez la liste exhaustive en toute fin de test), ce qui reste tout à fait valable, en comparant aux précédentes itérations. C’est surtout le manque de diversité dans les modes, et les titres déjà disponibles sous forme de DLC, qui peuvent faire tiquer. Potentiellement, le soft peut largement couvrir plusieurs soirées, mais on en voudrait encore plus…

Note finale : 13/20

image voxler let's sing 2018

Let’s Sing 2018 : Hits français et internationaux est clairement un opus charnière pour Voxler. Si la recette fonctionne encore, il est certain qu’il s’agit là d’un jeu de transition. Les modes de jeu restent efficaces, mais ne réussissent pas à convaincre outre mesure, et surtout ne sont pas assez diversifiés pour totalement convaincre. Et, plus dommage, le contenu n’est pas spécialement à la hauteur, même si le titre est vendu à bas prix (39 euros). Loin de ces retenues, il faut aussi écrire que le but le plus basique est atteint. Il suffit de voir ses amis s’époumoner sur Vivre pour le meilleur, de Johnny Hallyday, pour s’en convaincre. Mais il va falloir que le concept se renouvelle, c’est désormais primordial.

Playlist

image playlist let's sing 2018

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *