[Critique] Kinotayo 2017 : Perfect Revolution

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Jumpei Matsumoto
  • Avec : Lily Franky, Nana Seino, Eiko Koike, Amane Okayama, Kimiko Yo
  • Genre : Drame
  • Nationalité : Japon
  • Durée : 117 minutes
  • Date de sortie : 2017

L’amour donne des ailes, à tout le monde

Parmi les film présentés lors du Kinotayo 2017, le festival du cinéma japonais contemporain, Perfect Revolution faisait clairement figure de curiosité. De par son pitch pour le moins surprenant, et adapté d’une histoire vraie, l’intérêt fut éveillé. Puis, de manière plus anecdotique, le fait que Sono Sion ait adoré l’un des précédents films du réalisateur, Still Human Beings, nous a aussi mis la puce à l’oreille. Et le résultat, à l’écran, confirme ces bons pressentiments.

Lui, Kuma, est paraplégique et obsédé par le sexe. Elle, Ryoko, est bipolaire et se prostitue. Lorsqu’ils se rencontrent, c’est le coup de foudre et ils décident de défier la société qui juge leur union impossible. Cependant, si la société et leur entourage ne sont pas toujours encourageants, leurs conditions respectives se révèlent difficilement compatibles et l’équilibre de ce couple atypique ne tient qu’à un fil.

De puissantes émotions, notamment grâce à un excellent casting

image critique perfect revolution

Perfect Revolution avait tout pour s’avérer plombant. Nombreux sont les films traitant du handicape et peu, finalement, peuvent se targuer d’une tonalité autre qu’ultra-dramatique, ce qui provoque parfois de véritables clichés. Jumpei Matsumoto, le metteur en scène, a su éviter le piège de la sur-dramatisation. Comme il nous a confié lors de la présentation qu’il a animé, son film se veut d’abord un divertissement, même s’il raconte aussi les grandes difficultés que rencontrent les personnes à mobilité réduite, ou atteintes d’une maladie mentale. Ici, il est question de révolution, du moins dans l’esprit de la jeune femme, Ryoko. Petit à petit, Kuma rejoindra cet état d’esprit, non sans garder un état d’esprit bien plus terre à terre. Ce couple, tout d’abord improbable, va prouver que tout ne réside pas toujours dans la faisabilité d’une relation. Petit à petit, l’amour va se construire, pour devenir si solide qu’il ne peut que provoquer une sorte de défi, dans l’entourage proche de ces deux âmes.

Perfect Revolution contient un souffle de vitalité que l’on prend plaisir à se prendre en plein visage. Outre que le casting est globalement solide, ce sont les personnages, et leur écriture, qui nous séduisent. Sans chercher à nous rendre les handicapés obligatoirement sympathiques, plus gentils que tout le monde, le réalisateur réussit à nous les rendre profondément humains. Les problématiques tournent autour de sujets qui nous touchent toutes et tous, comme le rapport au sexe, à la confiance accordée, au doute face à l’adversité. Le tout baigne dans un rythme élevé, qui enchaine les situations comiques et plus tragiques, jusqu’à un final un peu maladroit, qui enchaîne les conclusions sans travail sur leur succession. On pardonnera aisément, puisque règne tout de même une émotion très forte, qui pourra faire surgir quelques larmes.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *