[Critique] Arctic : Survival Mads

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Joe Penna
  • Avec : Mads Mikkelsen et Maria Thelma Smáradóttir
  • Distributeur : Les Bookmakers / The Jokers
  • Genre : Aventure, Thriller
  • Nationalité : Islandais
  • Durée : 97 minutes
  • Date de sortie : 6 février 2019

Un survival minimaliste mais intense

Premier long-métrage de la star de YouTube Joe Penna et qui a été présenté en séance de minuit lors du dernier Festival de Cannes, Arctic est un thriller d’aventure qui se déroule en Arctique, où la température peut descendre jusqu’à moins –70°C. Dans ce désert hostile, glacial et loin de tout, un homme lutte pour sa survie. Autour de lui, l’immensité blanche, et une carcasse d’avion dans laquelle il s’est réfugié, signe d’un accident déjà lointain. Avec le temps, l’homme a appris à combattre le froid et les tempêtes, à se méfier des ours polaires, à chasser pour se nourrir… Un événement inattendu va l’obliger à partir pour une longue et périlleuse expédition pour sa survie. Car cette terre gelée ne pardonne aucune erreur.

Il y a des films qui ont un scénario simple mais efficace, c’est le cas d’Arctic. Joe Penna et Ryan Morrison qui l’ont écrit ne font pas de fioritures. Un homme, Overgard, survit depuis quelques temps déjà dans le désert glacial de l’Arctique. On voit sa vie quotidienne : pêcher, essayer de contacter des secours, etc… Mais ce qui rend le film assez spécial, c’est qu’on nous ne dit rien. Le film est silencieux, il n’y a quasiment aucun dialogue. On ne sait pas comment l’avion dans lequel était Overgard s’est écrasé. Pas de flashback explicatif… Et ce n’est pas plus mal ! Il y a assez d’indices à l’écran pour que le spectateur devine, par exemple, depuis combien de jours le personnage principal est en mode survie. En cela, la première demi-heure est un modèle du genre.

Mais, évidemment, un événement imprévu va l’obliger à faire une longue et dangereuse expédition pour s’en sortir. Les dangers sont divers et variés : tempête de neige, des obstacles impossibles à franchir qui obligent à prendre une route différente ou encore un ours. Cela nous permet d’être pris dans cette aventure, et de nous identifier à Overgard. On retrouve bien les codes du genre survival. On regrettera tout de même une fin légèrement classique, qui nous laisse dans l’expectative.

Un Mads Mikkelsen magnétique

 

image mads mikkelsen arctic

Côté réalisation, Joe Penna n’en fait pas trop, privilégiant le côté réaliste — même s’il y a quelques plans où il  se fait plaisir — à la surenchère. Les décors d’Islande, où le film a été tourné dans de difficiles conditions durant 20 jours, sont superbement mis en avant… Le réalisateur préfère aussi rester proche de son acteur pour raconter son histoire, afin qu’on puisse se sentir en danger avec lui. Il est bien aidé par la superbe photo de Tomas Örn Tomasson qui capture bien le côté réaliste de l’histoire. Autre atout : il y a très peu de musique, le film se concentrant sur du bruitage réaliste. La composition musicale de Joseph Trapanese (The Greatest Showman) s’avère du coup discrète, mais toujours juste. Enfin, le montage du film donne un rythme lent mais efficace, même si on peut sentir une ou deux longueurs au milieu du film. Mais, dans l’ensemble, les une heure trente sept de durée passent assez vite.

Concernant le casting, Mads Mikkelsen trouve ici tout simplement l’un de ses meilleurs rôles. Charismatique, magnétique, émouvant, l’acteur se donne pleinement. Une excellente performance. Maria Thelma Smáradóttir a peu de temps à l’écran mais offre également une interprétation de qualité. Au final, Arctic est un excellent survival minimaliste, baigné par de superbes décors naturels, avec une réalisation réaliste et un Mads Mikkelsen stupéfiant.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *