article coup de coeur

[Test] Monster Hunter World Iceborne : une extension ultime

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
  • Développeur : Capcom
  • Editeur : Capcom
  • Date de sortie : 6 septembre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Givre Éternel, immense et riche en nouveau contenu

image capcom monster hunter world iceborne
Le bestiaire est largement revu à la hausse.

Presque deux ans après avoir asséné l’une des grosses claques de l’année 2018, les équipes de Capcom récidivent avec Monster Hunter World : Iceborne, une extension si attendue, si riche, qu’elle est l’objet d’un lancement en grande pompe. Qui connaît cette licence sait que l’exercice est assez habituel, on a souvent eu droit à des version Ultimate (voire G, pour le tout premier opus), qui rajoutaient une bonne masse de contenu. On se trouve dans ce cas, avec toute une gamme de nouveautés qui s’additionnent au contenu d’origine. Pour jauger de celui-ci, nous vous dirigeons vers notre test de ce grand hit qu’est Monster Hunter World.

Avant d’aborder Monster Hunter World : Iceborne en lui-même, il est bon de rappeler comment vous pourrez y accéder. Tout d’abord, il faut posséder Monster Hunter World. Vous ne pourrez pas atteindre le Givre Éternel sans avoir découvert le jeu d’origine. Pour bien appuyer ce fait, sachez que la mission qui vous mènera vers cet énorme contenu, déclenchable au marché d’Astera, ne peut être lancé que si vous avez terminé l’histoire principale. Sans oublié d’avoir atteint le fameux rang 16, l’objectif de tout bon chasseur. On est donc totalement dans l’esprit d’une extension même si, comme on va le voir, certaines modifications ont aussi un impact sur le soft d’origine. Du coup, cette sortie nous semble aussi idéale pour les passionnés qui ont retourné le Nouveau Monde dans tous les sens, que ceux qui profiteraient de l’occasion pour le découvrir. Pour eux, la Master Edition, qui embarque le jeu et son extension, est évidemment très conseillée.

Monster Hunter World : Iceborne nous convie à un nouveau voyage. Le choix de mots n’est pas anodin, car il va falloir s’embarquer pour une destination pour le moins glacée. Cette envie de voir du pays n’est pas anodine. Elle est consécutive, encore une fois, à une migration étonnante : celle d’un impressionnant groupe de Legiana. Leur comportement est clairement intimé par l’intervention d’un phénomène inexpliqué, comme un chant lointain et captivant, peut-être provoqué par un Velkhana, dragon légendaire qui, selon les dires, contrôlerait le froid. Voilà qui ne pouvait que mettre en appétit les chasseurs, en quête du meilleur équipement possible, mais aussi afin d’enfin atteindre le rang de Maître. Oui, le scénario a la saveur d’un accompagnement, et non d’un grand récit. Mais justement, on apprécie cette volonté de donner une motivation par l’écriture, sans pour autant qu’elle ne soit envahissante.

Monster Hunter World : Iceborne, c’est l’exemple typique de l’extension qui ne se fiche pas des joueurs. Tout d’abord, signalons que Give Éternel est plus vaste, en superficie, que les zones précédentes. Déjà, ça pose les belles prétentions du jeu. Et ce n’est pas un fait anodin, car le territoire regorge de possibilités, d’endroits à dénicher. On a droit à une nouvelle ville, la capitale Seliana. Son level design s’avère exemplaire, avec des échoppes qui se condensent idéalement. On y trouve tout autant l’intendance que la cuisine (cette fois-ci tenue par Mamie Félyne), ainsi que l’éternelle forge. À cela s’ajoutent pas mal de nouveautés, comme une maison beaucoup plus grande pour votre avatar, et des mini-jeux histoire de souffler un peu entre deux chasses particulièrement éprouvantes. Le Vaporium, lui, est un nouveau lieu indispensable : il permet de recycler des matériaux qu’on juge sans intérêt. Très bonne idée. Globalement, ce hub est d’une efficacité redoutable, tant on apprécie d’y passer du temps.

De quoi replonger pour un moment…

image test monster hunter world iceborne
Ne sous-estimez pas l’importance du grappin…

Bien entendu, il va falloir s’aventurer hors des murs de Seliana. Monster Hunter World : Iceborne double carrément le casting des bêbêtes à chasser. On sait à quel point la découverte des espèces (et sous-espèces, ici très représentées) est un moment sacré pour les fans, donc nous resterons évasifs. Mais sachez tout de même qu’on retrouve pas mal de monstres très appréciés, issus d’anciens opus. Parmi les plus intéressants, on notera le gros travail effectué sur le Yian Garuga, né avec l’épisode Freedom, et pas spécialement des plus apprécié de par sa nature très… frénétique, écrirons-nous. On retrouve ce trait de caractère ici, mais Capcom a su l’enrober d’un véritable plaisir de chasse, tout droit hérité de World. D’ailleurs, on retrouve tout le sel né en 2018 : de la traque au combat on boit du petit lait. Avec, ici, un focus mis sur l’utilisation du grappin, très efficace non seulement pour monter les bêtes, mais aussi s’offrir de bons angles d’attaque.

Monster Hunter World : Iceborne va aussi jusqu’à revoir le comportement des quatorze armes du jeu. Alors que l’on a atteint le endgame, on estime ne pas avoir maitrisé toutes les subtilités, c’est dire. Beaucoup d’éléments ont été revus ou corrigés : on a droit à de nouvelles offensives. On vous conseille de vous atteler à la Grande épée, dont le nouveau coup s’avère incroyablement puissant, même si pas facile à sortir. L’équilibrage des dégâts a aussi un peu changé. Ce qui réjouira la plupart des joueurs, sauf peut-être les fondus de l’arc, dont l’efficacité nous a paru en chute libre. Tout cela vous permettra de vous lancer dans les combats en ne ressentant pas de sensation rébarbative. D’ailleurs, ce fut la principale tâche de Capcom : garder l’intérêt intact. Ne vous inquiétez pas, avec le rang Maître en ligne de mire la motivation est toute trouvée. Cela va vous emmener à vous relancer dans l’amélioration de l’arsenal, et dans la quête des joyaux.

Monster Hunter World : Iceborne inclus aussi les montures. Et ce n’est pas anodin, tant Givre Eternel se révèle une zone particulièrement étendue. Monter un Jagras, par exemple, est possible, que ce soit à Givre Éternel, ou dans le jeu de base. Sachez simplement que la « conduite » se fait automatiquement, ce qui peut faire l’effet d’une petite déception. Signalons aussi l’ajout d’un mode photo (intitulé Photomatou, ça ne s’invente pas), qui donne lieu à une série de missions bien marrantes. Côté durée de vie, cette extension continue de nous impressionner. L’histoire principale se boucle en un peu moins de quarante heures. Par contre, si vous voulez tout voir, il va falloir multiplier ce chiffre. Car le endgame, qu’on vous laisse découvrir, s’avère pour le moins fou. Au programme, une nouvelle zone appelée Fief Glorieux. Mais chut, ce qu’il s’y passe est une surprise.

Techniquement, Monster Hunter World : Iceborne se place dans la droite lignée du jeu d’origine. C’est surtout dans l’intelligence des sources de lumière qu’on a senti une légère avancée, même si la chose était déjà de haut niveau à la base. Cela reste fichtrement beau, avec des textures incroyablement détaillées, et pas une trace de vraies baisses de fluidité. La direction artistique reste toujours aussi impressionnante, surtout dans les sets d’armures, très soignés. Et si l’on se souvient du nom des monstres, c’est aussi parce que leur apparence imprime directement notre mémoire. Quant à l’ambiance sonore, il s’agit toujours d’un plaisir d’esthète du sound design. Les nouveaux thèmes collent parfaitement non seulement avec l’ambiance enneigées, mais aussi, et c’était plus difficile, à la difficulté du jeu. Il fallait des musiques aptes à rendre compte de l’ardeur des combats, et c’est bien le cas.

Note : 18/20

Monster Hunter World : Iceborne est un modèle d’extension réussie, qui ne prend pas les joueurs pour des vaches à lait. Son casting de monstres plaira non seulement aux nostalgiques, mais aussi aux chasseurs en recherche de nouveaux défis. L’objectif du rang Maître pousse aussi à se réinvestir totalement dans la recherche des meilleurs sets possibles, et il va falloir les mériter : le soft est dur, mais pas injuste. Aussi, vous pourrez compter sur une belle dose de nouveautés dans le gameplay, dont des montures, de nouveaux coups, et un mode photo. C’est bien simple : Iceborne ne fait qu’ajouter des forces à un hit déjà solide comme un roc…

9/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *