[Test] Into The Dead 2 : quand le jeu mobile débarque sur Switch

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • iOS
    • Android
  • Développeur : PikPok
  • Editeur : Versus Evil
  • Date de sortie : 25 octobre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Un runner pas dénué d’intérêt

image gameplay into the dead 2
Tuez les zombis, ou évitez-les.

Sorti en octobre 2017 sur Android et iOS, Into The Dead 2 a particulièrement marqué les esprits des amateurs de jeux destinés aux plateformes mobiles. C’était bien mérité, tant le soft signé PikPok (ici édité chez Versus Evil) a fait preuve d’un grand nombre de qualités. Et ceci malgré quelques handicaps qui, à nos yeux, sont particulièrement puissants : l’inscription dans un genre simpliste et archi-usité jusqu’à la moelle (le runner), une situation qui ne l’est pas moins (une apocalypse à base de morts-vivants), et un modèle free-to-play qui, on ne le cache pas, n’est pas notre tasse de thé. Deux ans plus tard, la Nintendo Switch en accueille l’adaptation.

Détaillons tout d’abord le concept d’Into The Dead 2 car, à la vérité, il est plus intéressant qu’il n’y paraît. Oui, il s’agit d’un runner, donc votre personnage court automatiquement. Mais la vue à la première personne apporte déjà un peu de fraîcheur, même si ce n’est pas une originalité. Plus fort, on a du shoot et une certaine liberté de mouvement. En effet, il faut dézinguer les zombies qui vous barrent la route ou les éviter, et récupérer des munitions en route. Donc, nécessairement, il fallait que les niveaux, agencés comme des couloirs, proposent assez de largeur afin de permettre au joueur un peu de stratégie, de contourner les affamés. Voilà qui est très simple sur le papier, et pour cause : le principe est fait pour divertir un joueur sur smartphone. On a donc des sensations très franches du collier, et c’est sans doute la grande qualité de ce soft.

Au-delà même de sa prise en mains agréable, Into The Dead 2 est surprenant à plus d’un titre. Tout d’abord, le concept est bien soutenu par une certaine générosité du contenu. On court, on flingue, mais tout ça avec le choix des armes. Plusieurs sont au programme, du simple flingue au gros fusil à pompe, en passant par de la mitraillette. L’arsenal est complété par le meilleur ami de l’Homme. Oui, un chien qui cavale à nos côté, et nous fait profiter de ses capacités (tuer des zombis, trouver des bonus etc). Et tout cela est évolutif : plus vous les utilisez, plus flingues et clébard gagnent de l’expérience et passent des niveaux, ce qui renforce les statistiques. Quand on vient à bout de l’un des soixante niveaux de l’aventure, on a le choix entre plusieurs récompenses : un surplus de grenades, un bonus à utiliser quand bon nous semble (plus de munitions pour fusil dans les caisses, par exemple), ou de l’or. Celui-ci permet d’acheter de nouvelles pétoires, un chien de meilleure constitution, mais aussi de valider les niveaux gagnés. Vous imaginez bien que tout cela va vous pousser à relancer certains niveaux, pour vous lancer dans des phases de levelling parfois salvatrices.

Cette version manque de contenus spécifiques à la Nintendo Switch

image test into the dead 2
Au loin, la fumée signifie la présence de caisses de munitions.

Soixante niveaux, c’est beaucoup, mais Into The Dead 2 avait bien besoin de ça pour ne pas trop faire naître une impression de lassitude. Laquelle a tout de même réussie à pointer le bout du nez, mais de manière bien moins prononcée que ce qu’on redoutait. C’est peut-être aussi dû au fait qu’une histoire accompagne la progression. Alors certes, elle n’est pas hyper travaillée et parfois un brin clichée, mais elle apporte tout de même une dose de motivation. Surtout qu’elle n’est pas intrusive : elle se narre en début et fin de chaque niveau. Aussi, sachez que les stages sont assez bien travaillés pour tenir en haleine. Oui, c’est une grande course en avant, mais vous aurez constamment l’attention éveillée. Vous le comprendrez quand, par hasard, vous tomberez sur une tronçonneuse, arme redoutable mais qui ne se dénichera qu’en ayant les yeux bien ouverts. D’autres niveaux font preuve d’originalité, comme ceux qui proposent de monter sur un véhicule et d’utiliser une sulfateuse embarquée. Sachez aussi que chaque parcours s’accompagne de cinq objectifs, comme tuer un certain nombre de zombis avec une arme spécifique, ou traverser une grange. Cela vous débloque des étoiles, qui seront nécessaires notamment pour acquérir de l’or en bonus.

Ajoutons un mode arcade, surtout présent pour nous permettre de souffler entre deux itinéraires du mode scénarisé. Il permet, aussi, d’aller droit au but et d’engranger encore plus d’or. Tout cela provoque une durée de vie assez étonnante, qui dépasse amplement le résultat normal d’un jeu destiné aux smartphones. Par contre, on pourra tout de même regretter que cette édition d’Into The Dead 2 n’inclue pas de les deux DLC, consacrés à La Nuit Des Morts-Vivants et SOS Fantômes. Il faudra passer à la caisse pour les ajouter si vous optez pour la version numérique, ce qui nous semble bien peu généreux. Ajoutez à cela un tarif pas hyper amical, et l’on obtient une adaptation d’un soft généreux mais qui oublie que les joueurs consoles ne peuvent pas se contenter d’un titre au contenu similaire à la version mobile. Laquelle est gratuite, de surcroît. Seuls ajouts pensés pour la Switch, l’ours (!) et le le lanceur de lames ne sont pas non plus aptes à révolutionner l’expérience.

Techniquement, Into The Dead 2 version Nintendo Switch ne vous décochera pas la mâchoire, c’est certain. Le jeu a évidemment fait l’objet d’un lifting avant d’arriver sur une vraie console, mais c’est tout de même assez minime. Les textures au sol manquent de détails, la profondeur de champ se révèle parfois très douteuse. Les modèles 3D des zombis s’avèrent plutôt réussis, et c’est une bonne chose car certains présentent des spécificités à exploiter (plus ou moins résistants, rapides etc). Par contre, on aurait apprécié encore plus de diversité. Il faut aussi préciser que le soft est fluide en toutes circonstance, ce qui reste d’une importance capitale dans un runner. Quant aux musiques, on n’en a aucun souvenir. Elles ne sont jamais gênantes, mais cela manque de thèmes immédiatement reconnaissables.

Note : 13/20

Into The Dead 2 est un jeu agréablement surprenant sur beaucoup d’aspects. Son mélange de shooter et de runner fonctionne bien mieux qu’espéré, et ce même sur une console bien plus noble qu’un smartphone. Le contenu du jeu d’origine était très costaud, et cela se vérifie sur Nintendo Switch : les soixante niveaux, tout comme la quête au meilleur armement, forment une durée de vie très conséquente. Aussi, la prise en mains s’avère immédiate et plaisante. Par contre, on ne peut que regretter le manque de bonus pour cette édition, et la cruelle absence des deux DLC, déjà disponibles à l’achat…

6/10

Réactions (2)

  1. Les dlc sont disponibles uniquement en version boîte.
    Il faut vérifier vos sources avant de rédiger vos test..

    1. Archi faux, Jigsaw.
      Pour être plus précis, ils sont ici : https://www.nintendo.fr/Jeux/Jeux-a-telecharger-sur-Nintendo-Switch/Into-the-Dead-2-1631320.html#dlcItems
      Et comme on est gentils, voici les détails : https://www.nintendo.fr/Contenu-telechargeable/Into-the-Dead-2-SOS-Fantomes-Extension-1631362.html et https://www.nintendo.fr/Contenu-telechargeable/Into-the-Dead-2-La-nuit-des-morts-vivants-de-George-A-Romero-1631358.html. Dans le détail : 4,99€ chacun.
      Comme nous l’avons écrit, ces DLC, disponibles sur le eShop, ne sont pas inclus dans le jeu de base. Il faut les acheter. Donc, pour le coup, on vous retourne votre remarque : vérifiez vos sources avant de rédiger vos commentaires…

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *