[Test] Zumba Burn It Up : dépensez-vous devant la Switch

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Kuju Games
  • Editeur : 505 Games
  • Date de sortie : 22 novembre 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Zumba Burn It Up plaira à son public

image gameplay zumba burn it up
Les professeurs de Zumba Burn It Up sot tous des stars de cette pratique.

Il est d’une logique imperturbable dans la parution de Zumba Burn It Up sur Switch. Tout d’abord, parce que cette sorte de mélange entre musique latino et aérobic est entrain de cartonner depuis quelques mois en France, et même à travers le monde avec une quinzaine de millions de pratiquants. Il faut bien dire que cette activité s’avère effectivement assez fun, en faisant passer l’effort sous le prisme d’une danse qui relève plus de l’amusement que de l’effort. Ensuite, le studio de développement Kuju Games, ainsi que son éditeur 505 Games, ne s’y trompent pas : les consoles Nintendo ont cet ADN du jeu de fitness (terme générique, la Zumba n’est pas du fitness, mais il rentre dans cette catégorie), et ce depuis la Wii (les premiers essais remontent à bien plus loin, mais c’est bien cette console qui a popularisé le concept), jusqu’à tout récemment avec le très sympathique Ring Fit Adventure. Une sortie qui tombe sous le sens donc, et dont les qualités pourraient bien surprendre son public.

Mais avant d’aborder les qualités, débutons par ce qui est, de notre point de vue, l’élément le plus regrettable (et pas spécialement décevant, il y a nuance) de Zumba Burn It Up : son manque de mise en contexte. Nous citions, plus haut, Ring Fit Adventure, et ce n’est pas pour rien : ce jeu a su intelligemment distiller des éléments scénaristiques, certes très légers mais tout de même entrainants. Le soft de Kuju Games est dépourvu de cette contextualisation, et fait place nette à l’activité physique. Ce n’est clairement pas handicapant : qui veut pratiquer la Zumba ne devra pas s’arrêter là. Aussi, et toujours dans le titre de Nintendo, on apprenait petit à petit à mieux effectuer les différents gestes, mieux se positionner etc. Zumba Burn It Up ne prend pas la peine de nous décrire les pas, par exemple dans une sorte de tutoriel qui aurait pu faciliter l’accès à un public moins pointu. Là encore, c’est dommage.

Au-delà de cet impair, Zumba Burn It Up réussit là où il est attendu : faire bouger toute cette graisse accumulée au fil du temps (ndlr : ce n’est pas le temps le coupable, mais la malbouffe !). Suite à notre précédent paragraphe, vous aurez bien compris que les premiers pas sont abruptes, et les novices pourraient bien se sentir un peu mal à l’aise. Mais rassurez-vous : votre humble serviteur n’avait jamais tenté l’expérience auparavant, et pourtant ça fonctionne. La raison tient à une valeur typique du jeu vidéo : le gameplay. Eh oui, même pour un jeu de Zumba ! Kuju Games a bien compris qu’il ne fallait pas miser sur l’exactitude quasiment scientifique de la reproduction des pas de danse, donc l’important est avant tout l’utilisation des Joy-Con. Leur positionnement, non pas en timing avec le retour de l’écran, mais en cohérence avec le mouvement, suffit pour s’attirer les grâces d’une bonne notation. Aussi, l’affichage se veut assez dénué d’effets pyrotechniques hors de propos, ce qui assure une meilleure visibilité de la jauge, et du professeur. Soulignons ici que la qualité des vidéos ne souffre d’aucune retenue.

La licence officielle apporte de la crédibilité

image test zumba burn it up
L’effort est plus important que le rythme.

Zumba Burn It Up est un jeu officiel, et ce fait implique pas mal d’éléments importants pour la crédibilité de l’expérience. Cela se répercute sur les professeurs à l’écran, tous bien connus des pratiquants de ce sport (pour votre humble serviteur, ils sont d’illustres inconnus). Mine de rien, c’est déjà un gage de qualité, puisque l’exemplarité, dans ce genre d’activité, s’avère primordiale. Aussi, le soft propose une trentaine de chansons (les originales, pas de reprises), avec pas mal de styles différents : bacata, salsa, cumbia, warm up, cooldown etc. Une playlist variée, et plutôt bien fournie en artistes bien connus des amateurs de Zumba : Daddy Yankee, Steve Aoki, Ciara, Cardi B, Bad Bunny & J Balvin, etc. Certes, on en voudrait toujours plus, mais croyez nous : refaire des dizaines de fois le même morceau, au fil des jours, c’est utile pour mieux digérer la chorégraphie.

Ces chansons sont disponibles dans trois modes de jeu. Single song, comme son titre l’indique, vous propose de vous concentrer sur une seule chanson de la playlist, histoire de mieux la maitriser. Full class est le mode principal du soft. C’est un cours complet, que l’on pourra adapter à notre bon vouloir en terme de durée et de difficulté. Enfin, Fitness party embarque des amis dans le délire, jusqu’à quatre joueurs s’ils ont eux aussi des Joy-Con. Ici aussi, Zumba Burn It Up peut laisser quelques regrets, tant cela nous paraît finalement assez rachitique. Heureusement, Kuju Games a pensé à agrémenter tout cela d’un intérêt à l’application du joueur. Celui-ci pourra se créer son profil, et héritera d’objectifs à atteindre, qu’ils soient journaliers ou autres, comme attendre un certain nombre d’étoiles par exemple. Voilà qui pousse à l’effort, et ce n’est jamais un mal.

Note : 14/20

Qu’on ne s’y trompe pas : Zumba Burn It Up s’adresse à un public qui a envie de bouger, de perdre du poids. Si c’est votre cas, alors le jeu de Kuju Games pourra vous intéresser. Mais attention, car son manque de contextualisation, et même d’apprentissage, pourra rendre l’expérience un peu abrupte dans les premiers temps. Cependant, gardez à l’esprit que le gameplay, permissif mais tout de même un minimum porté sur la précision, met surtout en avant le fait de devoir se trémousser. Du coup, on se prend assez vite au jeu et, c’est surprenant, on y revient tous les jours pour une petite leçon.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *