[Test] Rigid Force Redux : dans la lignée de R-Type

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • Xbox One
  • Développeur : Com8com1
  • Editeur : Headup Games
  • Date de sortie : 5 juin 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Rigid Force Redux nous rappelle agréablement R-Type

image test rigid force redux
Rigid Force Redux est un shmup horizontal traditionnel, mais qui tente des choses.

Il y a plusieurs façons de tester la personne qui se trouve en face de vous, si elle vous assure qu’elle joue depuis belle lurette, qu’elle est de la race des « true gamers » (drôle de concept). Parmi les licences à invoquer pour vérifier si l’habit dialectique fait ou pas le moine vidéoludique, R-Type se pose là. Qui a connu le jeu de Irem ne peut que regretter l’époque bénie du shmup tout-puissant. On était à la fin des années 1980, et le genre allait connaitre un véritable pic créatif… avant de disparaitre assez soudainement. Quelques dizaines d’années plus tard, les enfants de cette séquence sont désormais bien installés au sein des studios de développement. Et certains oeuvrent en fonction de cet amour qu’ils continuent d’éprouver. On citera Yoko Taro, directeur de NieR : Automata, qui ne cache jamais sa passion pour les shoots. Le domaine indépendant s’exprime aussi dans ce sens, notamment avec Rigid Force Redux, développé chez le studio allemand com8com1, et édité par Headup Games.

Première bonne surprise : Rigid Force Redux nous propose un emballage scénaristique assez soigné. Il est question de prendre les commandes du Rigid Force Alpha, un vaisseau spatial à la technologie plus que de pointe. Cela emmènera une armée adverse à s’intéresser à son existence, ce qui plongera l’univers entier à la guerre. Il sera donc question de calmer tout ce beau monde, et notamment en prenant soin de sauver la planète Therra. Dans cette tâche, vous serez aidés par Psye, une intelligence artificielle qui se charge rendre les objectifs plus clairs. Soit, on ne fait pas face au récit du siècle. Mais tout de même, on sent un petit background et, surtout, l’envie de ne pas être trop intrusif. Aussi, sachez que les sous-titres sont traduits en français, c’est une bonne chose.

La grande force de Rigid Force Redux se situe évidemment dans son gameplay. Sachez tout d’abord que le « Redux » du titre signifie « refait ». Et com8com1 n’a pas menti : le jeu, déjà sorti en 2018 sur Steam, se voit ici transfiguré. Tout a été revu par le prisme du nouveau moteur, car les développeurs sont passés sur Unity, ce qui fait toute la différence. La prise en mains reste aussi bonne qu’à l’époque, etr mieux encore : on gagne en précision du fait de la meilleure fluidité. Rappelons ici que l’on fait face à un shmup à scrolling horizontal. On y trouve tous les codes du genre, avec un tire automatique, une récolte de power up ayant un vrai impact sur l’efficacité du vaisseau, et des patterns pensées pour vous faire suer dans un level design idéalement maitrisé entre phases larges et passages plus étroits.

Un gameplay tout sauf rigide

image gameplay rigid force redux
Les boss sont impressionnants, mais peu résistants.

Sur cette base, Rigid Force Redux brode des mécaniques qui vont vous étonner. Si l’on a invoqué R-Type, en début d’article, ce n’est pas pour rien. En effet, le vaisseau est complété d’un module qui ressemble furieusement à celui du grand classique ici cité. Par contre, il n’est pas question de le propulser vers l’avant, mais plutôt de le faire basculer. D’une simple pression de gâchette, le matériel va se positionner sur les flancs pour assurer une meilleur zone de tir, mais aussi sur l’arrière du vaisseau, histoire de briser les adversaires qui apparaissent à revers. On joue donc souvent avec cette notion, ce qui donne un petit aspect tactique sympathique. Aussi, les belligérants laissent derrière eux des orbes vertes, lesquelles remplissent une jauge nécessaire au déclenchement d’une super attaque, mais aussi d’une arme au corps-à-coprs notamment utile afin d’effacer certaines boulette trop aventureuses.  Pour récupérer ces orbes, on peut utiliser un aimant. Mais attention : une fois activé, il ralenti fortement le vaisseau. Com8com1 fait en sorte de provoquer la décision du joueur, de le pousser à la prise de risque, et c’est une bonne chose.

Rigid Force Redux est ce genre de shmup que l’on aimerait voir plus souvent, même si tout n’est pas parfait. Notre principal grief porte sur la durée de vie, trop courte pour ne pas laisser un petit sentiment d’amertume. Il vous faudra une heure pour venir à bout des six niveaux, et ainsi boucler l’aventure. C’est certes dans la moyenne du genre, mais on a finalement été que peu mis au défi par une difficulté pas assez poussée pour convaincre les gros habitués du genre. On pourra tout de même se tourner vers le mode Arcade, dont les niveaux se débloquent en même temps que vous les découvrez dans le scénario, et les amateurs de quête au score le plus élevé seront aux anges. On a aussi un Boss rush, qui d’ailleurs met en avant l’autre retenue : les boss s’avèrent certes impressionnants, mais pas très résistants.

Techniquement, Rigid Force Redux est d’une propreté indiscutable. La fluidité ne connait aucun soubresaut, les effets comme les explosions sont impressionnants juste ce qu’il faut pour ne pas gêner la visibilité, et les textures n’ont aucun mal à s’afficher. Ceci étant écrit, on aurait tout de même pu attendre plus d’originalité dans les environnements. Mais bon, on chipote. Côté musiques, Dreamtime (que l’on découvre à cette occasion) livre des thèmes très à l’ancienne dans l’esprit, mais pas dans le style rétro. On apprécie tout particulièrement la musique d’ouverture, qui nous rappelle certaines musiques très épiques des meilleurs shmups.

Note : 14/20

Rigid Force Redux est un bon shmup, c’est une évidence. Si l’on regrette quelques petites anicroches, comme des environnements trop classiques et les boss impressionnants mais peu endurants, on s’est tout de même beaucoup amusé grâce à des mécaniques agréables. On pourra conseiller ce titre non seulement aux fans de R-Type, lesquels y retrouveront des éléments très référentiels, mais aussi aux amateurs de shoots horizontaux pas trop difficiles.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *