[Test] MXGP 2020 : une bonne échappée sur PS5

Caractéristiques

    • PlayStation 5
    • Playstation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Milestone
  • Editeur : Deep Silver
  • Date de sortie : 14 janvier 2021
  • Acheter : Cliquez ici

MXGP 2020, le meilleur de la licence

image test mxgp 2020
Les démarrages sont toujours aussi spectaculaires.

Les années se suivent et se ressemblent pour Milestone, studio milanais récemment acquis par Deep Silver. Ces véritables spécialistes du jeu de course, et plus particulièrement de l’univers moto, peuvent être qualifiés de purs stakhanovistes. Entre Gravel, paru en tout début de l’année 2018, et MXGP 2020, ce ne sont pas moins de douze autres jeux que l’entité a pu sortir, avec des licences comme Ride ou MotoGP à la clé. Pas n’importe quoi, donc. Bien entendu, le risque que l’on voit venir est une activité telle que l’on se demande si le rythme ne vient pas en contradiction avec la nouveauté. Un peu comme un FIFA ou un NBA 2K, le trop-plein ne provoque-t-il pas une lassitude ? On va voir que deux éléments viennent tout bouleverser : le gameplay et la PlayStation 5.

Pourtant, le premier contact n’est pas des plus engageants. Et pour cause : dans son contenu, MXGP 2020 ressemble beaucoup à l’édition 2019, même si le très nordique Playground vient en contrepoids. Tout d’abord, le joueur est invité à se créer un avatar, en choisissant son pays, quelques petits détails cosmétiques, rien de bien novateur. Ensuite, on est invité à découvrir le mode carrière. Et là, effectivement, il ne faut pas attendre de révolution. On se penche sur le sponsor, lequel propose différentes récompenses en fonction d’objectifs plus ou moins exigeants. Ensuite, c’est parti pour un enchainement de courses dans diverses catégories de championnats. Tout ceci simplement entrecoupé de passages au garage pour soigner les réglages : ce sera là la seul activité à attendre. Par contre attention : c’est aussi le premier indice concernant l’une des deux grosses qualités de ce jeu.

En passant du temps à régler des éléments de la plus haute importance (accélérateur, rapport de transmission etc), on se rend compte que Milestone a cherché à encore perfectionner le gameplay. C’est très net : MXGP 2020 est l’opus le plus plaisant de la licence, et ce d’assez loin. Si les amateurs de précision passeront donc du temps au garage, que les joueurs plus fonceurs se rassurent : ils trouveront aussi leur bonheur. Même s’il faut prévenir quant au caractère du soft, qui tire désormais un peu plus vers la simulation que vers des sensations arcades. C’était déjà le cas lors de la précédente itération, mais ici ça saute aux yeux. Le titre laisse tout de même beaucoup de choix dans les options pour que les débutants s’y retrouvent, comme une physique plus permissive, mais globalement le challenge se fait tout de même corsé. On sent très bien le poids de la moto, celui du pilote joue aussi énormément dans la prise de décision, et ne comptez pas vous en sortir sans une bonne maitrise des freins et du terrain, de la moindre de ses bosses qui peuvent vous faire perdre de précieuses secondes.

Le gameplay et la DualSense font le spectacle

image gameplay mxgp 2020
Le Playground de MXGP 2020 est un très bon mode.

Le moteur physique est évidemment d’une importance capitale dans MXGP 2020, et Milestone l’a très bien compris. Si vous découvrez le MXGP avec ce millésime, il va tout de même falloir vous habituer à être continuellement poussé à faire attention au moindre écart. Si le jeu reste tout de même large en permettant des remontées parfois spectaculaires, sachez que la moindre erreur ne pardonne pas. Et c’est quasiment tout le temps en la défaveur de votre pilote. Si vous ne faites pas preuve de prudence dans les dépassements, le moindre choc peut vous envoyer valdinguer sur le bas côté. Un grand saut est certes tentant, mais faites très attention à la réception. Bien entendu, on retrouve aussi la déformation du terrain, encore plus réaliste qu’auparavant. Les premiers tours se révèlent donc assez tactiques, surtout quand on a compris que ces marques au sol, les sillons, créées d’authentiques guides naturels vous menant vers la victoire. Si vous la jouez fine, alors il n’y aura plus qu’à répéter le tour, en priant que l’intelligence artificielle ne soit pas trop touchée par la grâce. Car elle est accrocheuse, la bougresse !

Les sensations sont donc très bonnes, même si l’on regrette une certaine propension à être plus punit que l’IA. Pour le contenu, on a commencé à l’esquisser avec la carrière, plutôt moyenne même si elle assure l’essentielle. MXGP 2020 propose aussi de retrouver le fameux Playground. Et là, on est tout de suite emballé. Certes, là encore ce n’est pas une révolution du concept de base. Rappelons qu’il s’agit d’une sorte de petit monde ouvert, un bac à sable au sein duquel on pourra trouver plusieurs défis. Dont, surtout, les très attendues épreuves waypoint, des courses à point de passage qui assure un bon sentiment de liberté. Vraiment agréable. Par contre l’éditeur de circuit nous parait un peu chiche, toujours très efficace dans sa prise en mains mais avec un seul décor à disposition. Enfin, sachez que le titre est sous licence officielle : les pilotes qui concourent dans les dix-sept environnements (joli chiffre) sont donc les « vrais ».

On a donc de bien bonnes sensations, le contenu s’avère passable, et l’on ajoute à ce constat positif un passage sur next gen assez réussit. Certes, MXGP 2020 n’est pas encore une méga claque visuelle, mais on ne peut que constater les très gros progrès de la licence dans ce domaine. Cela saute aux yeux dès la première course : jamais les bords de circuits n’ont été aussi convaincants, tout comme la distance d’affichage. C’est très fluide, nous n’avons pas relevé une seule baisse de framerate, le fameux duo 60 fps / 4K est donc de la partie. Les animations, aussi, on fait un bond en avant : qui se rappelle de la rigidité des premiers opus (ah, MXGP 2…) devra se pincer en constatant le réalisme des postures, leur véracité, surtout (et enfin) au cours des sauts. Bien entendu, les conditions météorologiques sont de la partie, et elles impressionnent de par les différents effets de lumière là encore réalistes. Bien aidés, bien sûr, par le très observé ray tracing au sol, à l’occasion des flaques. On a bien quelques textures de moindre qualité, mais rien de bien méchant. L’autre apport de la PlayStation 5 est nul autre que la DualSense, brillamment utilisée par Milestone. On regrettait son exploitation minime dans certains jeux récents, mais ici elle est idéalement mise à contribution. Les gâchettes à résistance jouent parfaitement leur rôle, en traduisant bien l’effort de l’accélérateur. Aussi, les vibrations haptiques nous indiquent de suite les changements de revêtement, et c’est agréable au possible.

Note : 15/20

Bonne nouvelle : MXGP 2020 est un très bon jeu de moto, proposant des sensations de pilotage plus précises qu’auparavant, et un véritable bond en avant technique pour la licence. Désormais plus simulation qu’arcade, la série devra tout de même essayer de se renouveler dans son mode carrière, ici un peu trop prudent pour véritablement marquer. Cela n’entame que peu notre enthousiasme global, et l’on félicite Milestone pour avoir su véritablement prendre en compte les spécificités de l’incroyable DualSense. Un véritable plaisir à prendre en mains !

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *