[Critique] Fast and Furious 9 : La saga va-t-elle trop loin ?

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Justin Lin
  • Avec : Vin Diesel, Michelle Rodriguez, Jordana Brewster, Tyrese Gibson, Chris "Ludacris" Bridges, Sung Kang, Nathalie Emmanuel...
  • Distributeur : Universal Pictures France
  • Genre : Action
  • Pays : Américain
  • Durée : 143 minutes
  • Date de sortie : 14 juillet 2021

La saga Fast and Furious a vingt ans. Qui aurait pu dire, il y a deux décennies, qu’un petit film sur des voitures deviendrait une telle saga ? Fast & Furious 9 arrive donc en salles cette année. On sait d’ores et déjà que le dixième film, qui sera coupé en deux parties, sera le dernier. Cet avant-dernier opus est donc là pour préparer le terrain.

Vers l’infini et au-delà !

Dom Toretto mène une vie tranquille, loin du bitume, auprès de Letty et de leur fils, le petit Brian. Ils savent bien tous les deux que derrière les horizons les plus radieux se cachent toujours les dangers les plus sournois. Cette fois, pour sauver ceux à qui il tient le plus, Dom va devoir affronter les démons de son passé. Son équipe se rassemble pour démanteler un complot à l’échelle mondiale, mené par le tueur le plus implacable qu’ils aient jamais affronté, aussi redoutable avec une arme que derrière un volant : Un homme qui n’est autre que le frère désavoué de Dom, Jakob.

Côté scénario, il y a un grand changement : ce n’est plus Chris Morgan, qui s’est occupé de la saga depuis Tokyo Drift, qui l’a écrit, mais Daniel Casey (Kin: le commencement) et cela s’en ressent. Pourquoi ? Si vous avez vu les affiches et les bandes annonces, alors vous savez que Han revient d’entre les morts. La façon de justifier qu’Han n’est pas mort est juste ridicule et expédiée en deux secondes par un flashback qui fera exploser de rire le spectateur. Autre point noir : l’arrivée de Jakob, le frère de Dom et Mia, dont on n’avait jamais entendu parler jusqu’à présent. On comprend pourquoi via quelque flashback qui nous ramènent à des événements avant le premier opus. Mais quand on pense à l’importance de la famille pour Dom Toretto, voir deux frères ennemis semble contradictoire.

Evidemment, le scénario ne se prend pas au sérieux. Dom est toujours le leader sérieux, Letty le suit, Roman, Tej et Ramsey sont là pour apporter les solutions techniques, mais aussi de l’humour. D’ailleurs, du côté de l’humour, avec le personnage de Roman, ce 9ème volet a quelque chose de meta. Son personnage semble comprendre qu’il est un personnage de film, ce qui donne lieu à des scènes assez amusantes.

Mais, comme nous nous le demandions dans le titre, la saga va-t-elle trop loin? Il y a surtout une scène, qui est teasée dans les bandes annonces, et que nous ne dévoilerons pas, qui nous fait dire que oui. Et pourtant avec tout ça, on a toujours de la sympathie pour les personnages ! Enfin, comme ce neuvième opus prépare le dernier, il fait revenir pas mal de personnages de la saga, même durant la scène du générique. Le final approche et risque d’être explosif.

On débranche le cerveau

Justin Lin revient à la réalisation pour ce film. Celui qui a déjà réalisé les épisodes 3 à 6 revient conclure la saga qu’il a relancée (il réalisera Fast and Furious 10 partie 1 et 2) après un détour par Star Trek avec Star Trek Sans Limites en 2016. Et sa réalisation est meilleure que sur les précédents opus. Il n’a pas des idées inventives comme James Wan pour Fast & Furious 7, mais cela reste correct. Concrètement, il filme ce qu’il doit filmer, s’amuse lors des scènes d’action et cela s’en ressent. Le montage est dynamique et on ne sent pas passer les 2h23. La musique de Bryan Tyler (compositeur de la saga depuis Tokyo Drift) est dans la lignée de ce qu’il a déjà fait pour le reste de la saga : efficace. Enfin, les effets-spéciaux sont de qualité.

Concernant le casting, Vin Diesel, Michelle Rodriguez, Jordana Brewster, Tyrese Gibson, Chris “Ludacris” Bridges, Sung Kang et Nathalie Emmanuel connaissent bien leurs personnages et les interprètent toujours de façon surjouée, mais l’intention est clairement d’amuser. Charlize Theron s’impose encore comme la meilleure actrice dans cet opus. Elle a une ligne de dialogue tellement ridicule qui serait complètement tombée à plat si elle avait été placée dans la bouche d’une interprète moins chevronnée. Avec son talent, cette réplique passe aussi bien que n’importe quel autre élément de dialogue ! Enfin, John Cena : après Dwayne Johnson et Jason Statham, un nouveau gros bras arrive dans la saga. Et il fait ce qu’il a à faire. Bon, on sait déjà, dès le début, où le personnage ira : pas de surprises donc, mais l’acteur remplit son rôle avec classe.

Fast and Furious 9 est donc un opus à l’image des derniers épisodes sortis mêlant action, humour et bagarre à des courses-poursuites folles avec des aimants magnétiques. La saga va-t-elle trop loin ? Très clairement oui, mais avec la sympathie que nous avons pour ces personnages, cela reste un bon plaisir coupable. On débranche le cerveau pendant quasiment deux heures et demi et on se laisse aller.

Auteur

  • Adore le cinéma en général, que ce soit les gros blockbusters ou les plus petits films, les séries TV et les jeux vidéo. Il réalise de nombreux tests de blu-ray et films en UHD 4K.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.