bannière week-end taylor swift eras

[Test – XBox One] Cuphead : l’édition physique remporte-t -elle la coupe ?

Caractéristiques

    Test effectué sur :
      • Xbox One
  • Titre : Cuphead
  • Développeur : Studio MDHR Entertainment Inc.
  • Editeur : Skybound Games / iam8bit
  • Date de sortie : 06/12/2022
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 8/10

L’Histoire devra-t-elle retenir qu’en 2023 Culturellement Vôtre critiqua un titre sorti en 2017 ? Un virage inattendu sur des chroniques retrogaming ? Un oubli de mise en ligne détecté tardivement ? Ou peut-être, tout simplement, la parution en version physique d’une édition contenant Cuphead et son DLC, le bien nommé The Delicious Last Course ? 

 

Tout le monde a déjà entendu parler de Cuphead. Le jeu est un incroyable succès, avec plus de 6 millions d’exemplaires vendus, une excellente série d’animation sortie chez Netflix, des bandes dessinées, une bande originale atteignant le top des ventes dans la catégorie Jazz, et bien sûr toute une ribambelle de goodies plus ou moins indispensables. Bizarrement, il aura fallu attendre 5 ans pour contenter les collectionneurs avec cette intégrale. Une édition plutôt sobre, vendue officiellement une douzaine d’euros plus cher que la version dématérialisée. A l’intérieur de la boîte, on trouve 6 cartes humoristiques, une carte de membre du club Cuphead, ainsi qu’une illustration exclusive à chaque version (Playstation, XBox ou Switch) au dos de la jaquette. Ces sympathiques bonus à l’esthétique vintage collent parfaitement avec le côté rétro du jeu et permettront de patienter à moindre frais en attendant une onéreuse version collector en import. 

Laisser infuser 13 ans, ça vaut le coup(e)

Ces 5 ans d’attente sont finalement à l’image du temps qu’il a fallu pour que le jeu voit le jour. Son développement a commencé en 2010, à l’initiative des frères canadiens Moldenhauer. Biberonnés aux dessins animés américains des années 30, vendus en compilation VHS dans leur jeunesse, et en particulier ceux du studio Fleisher (Betty Boop, Popeye), et aux jeux vidéo de type Run and Gun (un sous-genre du Shoot Them Up), comme Gunstar Heroes, Contra III ou Contra Hard Corps, les deux frères décident de mêler ces deux univers pour créer leur œuvre. A cette époque, les succès de Braid ou de Super Meat Boy démontrent qu’une petite équipe peut réaliser un jeu et le diffuser grâce à l’ouverture des boutiques Steam, XBox et PlayStation aux indépendants. 

Les deux frères, ainsi qu’une de leur compagne, planchent donc sur un Boss Rush Game (c’est- à-dire un enchaînement de combats de “boss de fin de niveau”, à la Alien Soldier. En 2013, les premières présentations du jeu font forte impression. Microsoft leur apporte un soutien financier : ils décident donc de laisser tomber leur activité pour travailler sur le jeu à temps plein, et de rajouter des phases de plateforme ainsi que de Shoot them Up au gameplay. Il leur faudra encore 4 ans pour produire l’ensemble des visuels du jeu et 2h30 de musique jazz originale enregistrée live par un orchestre. Le jeu sort finalement fin 2017 en exclusivité sur PC et XBox avant de passer sur Switch en 2019 et sur PlayStation en 2020. 

En parallèle, les développeurs travaillent sur un DLC. Un nouveau personnage jouable, de nouveaux boss, de nouveaux challenges sont attendus pour 2020. La pandémie et les ambitions techniques auront raison de ce planning, et The Delicious Last Course ne sortira finalement que fin 2022, 5 ans après la sortie de l’opus original. 

Mais est-ce vraiment ma tasse de thé ? 

Au final, Cuphead s’avère être une belle histoire : un jeu transpirant l’amour de ses créateurs pour leurs œuvres d’enfance, un partenaire financier bienveillant malgré les retards, un succès critique et public et, à l’arrivée, la naissance d’une figure originale de la pop culture de ces dernières années. Un bémol peut être : le jeu, connu pour son extrême difficulté, laisserait sur le bord de la route pas mal de joueurs. Le journaliste Dean Takahashi en a fait les frais durant une démonstration de 25 minutes où il s’est montré incapable de finir le premier niveau, après avoir beaucoup galéré sur le didacticiel, créant ainsi une polémique toxique comme seuls les pro gamers en ont le secret. 

La difficulté d’un jeu peut venir de plusieurs facteurs : des soucis de conception qui rendent le jeu peu lisible, peu maniable, ou bien qui forcent le joueur à recommencer un niveau entièrement à chaque échec. Cuphead n’a pas ces défauts. Malgré le fourmillement de détails à l’écran, l’action reste toujours compréhensible, la maniabilité, simple, repose sur un minimum de boutons à actionner. Enfin, les niveaux sont assez courts, environ 3-4 minutes par challenge. 

Ensuite, il y a la conception des niveaux. Le jeu propose ici une variété de situations qui fait que le joueur doit apprendre à s’adapter à chaque situation, et ces situations peuvent changer plusieurs fois par niveau. Cuphead est un titre assez exigeant de ce côté-là, avec des comportements d’ennemis variés et changeants, nécessitant une grande dextérité. 

Enfin, il y a le degré d’abnégation du joueur qui entre en compte. A-t-il envie de persévérer une heure pour apprendre toutes les subtilités et pièges d’un niveau, pour au final arriver à bout des ennemis après une course de quelques minutes ? C’est une forme de masochisme que chacun devra apprécier. 

Une coupe ça va…

S’il ne fait aucun doute que les “gamers” et les amoureux du genre trouveront leur compte dans ce jeu, les joueurs occasionnels devront voir ce titre comme un gros bonbon au piment, un défi à picorer de temps en temps au risque d’être dégoûté par le niveau d’exigence qu’il requiert. Titre à la fois classique et moderne, Cuphead est en tout cas le titre idéal des néophytes qui souhaiteraient s’essayer à ce style de jeu. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur Cuphead, nous vous recommandons ces vidéos :  

 

Article écrit par

Né en 1976, et passionné de jeu vidéo depuis à peu près la même date. J'adore les jeux de réflexion, de plateforme, d'aventure. Ne le dites à personne mon plaisir coupable c'est les Match-3... Mon rêve c'est d'avoir du temps pour me replonger dans mes classiques personnels : Chibi-Robo, Zelda 3, TetroBot & Co et Puggsy.

Et maintenant, on fait quoi ?

L'équipe de Culturellement Vôtre vous remercie pour vos visites toujours plus nombreuses, votre lecture attentive, vos encouragements, vos commentaires (en hausses) et vos remarques toujours bienvenues. Si vous aimez le site, vous pouvez nous suivre et contribuer : Culturellement Vôtre serait resté un simple blog personnel sans vous ! Alors, pourquoi en rester là ?

+1 On partage, on commente

Et pour les commentaires, c'est en bas que ça se passe !

+2 On lit d'autres articles

Vous pouvez lire aussi d'autres articles de .

+3 On rejoint la communauté

Vous pouvez suivre Culturellement Vôtre sur Facebook et Twitter (on n'a pas payé 8 euros par mois pour être certifiés, mais c'est bien nous).

+4 On contribue en faisant un don, ou par son talent

Culturellement Vôtre existe grâce à vos lectures et à l'investissement des membres de l'association à but non lucratif loi 1901 qui porte ce projet. Faites un don sur Tipeee pour que continue l'aventure d'un site culturel gratuit de qualité. Vous pouvez aussi proposer des articles ou contribuer au développement du site par d'autres talents.

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x