Le retour attendu d’une licence culte du versus fighting

image preview guilty gear xrd revelator

On ne le cache pas : chez Culturellement Vôtre on aime la pluralité d’offres, vous faire découvrir des œuvres qui, dans l’ombre des gargantuesques AAA grandement markétés, sont loin de démériter. Dès lors, quand nous avons avons eu l’opportunité de pouvoir poser les mains sur Guilty Gear XRD Revelator et Gal Gun Double Peace, nous n’avons pas hésité une seule seconde : direction l’étonnant Reset Bar, à proximité de Châtelet Les Halles. Nous avons décidé de réserver un article par jeu, pour une meilleure visibilité.

La prochaine itération d’une des licences les plus cultes du Versus Fighting revient pour régler quelques comptes. Accusé avec pas mal de mauvaise foi de se perdre dans une volonté d’appâter un large panel de joueurs (quelle réaction étrange…), le précédent XRD était pourtant une base solide pour le renouvellement de la série. Alors, c’est tout naturellement que l’on nourrit une certaine attente pour ce Guilty Gear XRD : Revelator et ses quelques nouveautés.

T’as d’beaux modèles 3D, tu sais ?

image versus guilty gear xrd revelator

Tout d’abord, on a l’impression que Guilty Gear XRD : Revelator a encore fait franchir un cap technique à la licence. On en a encore la mâchoire inférieure au sol, tant tout : animation, finesse des modèles 3D, fonds animés, résolution, tout est élevé à un niveau que nous aimerions voir chez certains autres (suivez notre regard). Le niveau des détails, qu’ils soient en question sur les personnages ou les environnements, nous a tout simplement impressionné sur les quelques parties auxquelles on a pu s’essayer, le tout dans une fluidité évidemment constante. Il faut le voir pour le croire : l’animation 3D, soutenue par une stylisation en cell shading donne un résultat que l’on qualifiera aisément de mémorable. Mais que c’est beau… Pour ceux qui se posaient la question, Guilty Gear XRD : Revelator c’est formellement du très, très solide.

Mais un jeu de combat, c’est manette en mains que ça se jauge véritablement. S’il faudra bien évidemment passer beaucoup plus de temps en sa présence pour le maîtriser au maximum, sachez que les quelques nouveautés nous ont semblé bien intégrées, avec cohérence. Guilty Gear XRD : Revelator revient aux fondamentaux, défraichit la licence pour lui redonner non pas de la simplicité, mais de la visibilité. Ainsi, le retour au premier plan du Roman Cancel (sacrifice d’une partie de la barre de tension pour casser un coup et permettre un enchaînement diabolique) est une bonne nouvelle par exemple. Arc System Works dévoue ce nouveau départ à la stratégie réellement pensée, et non robotisée, automatisée, qu’était devenue celle de la licence.

Un retour aux fondamentaux qui s’annonce salvateur

image fighting guilty gear xrd revelator

Autre nouveauté intéressante : le mode Stylish, pensé pour les nouveaux venus. En effet, les développeurs de Guilty Gear XRD : Revelator ont enfin entendu les prières des joueurs, qui leur demandaient de pouvoir équilibrer, comme bon leur semble, les parties que se réservent des joueurs de niveaux différents. Dorénavant, lors d’une soirée jeu vidéo organisée par un pote, vous ne serez plus victime de sueurs froides si l’un ou l’une d’entre vous sort de son sac un exemplaire du dernier Guilty Gear. Le mode Stylish, c’est comme jouer à un jeu en « easy » : les enchaînements sortent bien plus aisément, et les multiples subtilités de gameplay sont désormais plus « gamer-friendly ». Bien évidemment, et là nous nous adressons aux esprits grincheux (mais si vous l’êtes, allez, assumez : rien de grave), non Guilty Gear XRD : Revelator n’est pas un jeu casual. Loin, très loin, très très loin de là. Penser aux novices, et leur permettre de rejoindre la meute de loups assoiffés de perfect, et non les décourager en les abandonnant face à un mur de difficulté, c’est une philosophie d’ouverture qui, nous le pensons, pourrait être salvatrice pour le jeu.

Bien entendu, il faudra attendre de poser les paluches sur Guilty Gear XRD : Revelator plus longuement pour être totalement convaincu. Il faudra vérifier notamment la stabilité du jeu en ligne, l’organisation du mode Story ainsi que sa durée de vie, et le véritable impact des 6 nouveaux personnages. Si le soft ne déçoit pas sur ces points, alors on pourra considérer être en présence d’un très bon jeu de combat. Sortie prévue le 10 juin 2016 sur Playstation 4 et Playstation 3.

image coup guilty gear xrd revelator 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato