image pack lego star wars le reveil de la forceCaractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Genre : Aventure, Action, Réflexion
  • Distributeur : Warner Bros. Interactive Entertainment
  • Développeur : TT Games
  • Sortie France : 28 juin 2016

Test

On a encore du mal à réaliser toute la force de l’incroyable success story de la licence Lego depuis un peu plus d’une dizaine d’années. En l’an de grâce 2005, alors que le débit Internet des français était encore moyenâgeux et que les enfants ne lisaient pas Facebook à table, Lego Star Wars a changé la donne pour les adaptations vidéoludiques de cette marque de jouets pour le moins reconnue, en leur imprimant un bond qualitatif assez considérable. Auparavant d’obscurs jeux développés à la truelle (citons Lego Racers en 1999, ou encore l’obscur Lego Football Mania en 2002), TT Games a repris les choses en mains et a gagné une certaine notoriété, au film du temps et des itérations pour le moins nombreuses. Avec 25 opus au compteur (diantre !), en comptant ce Lego Star Wars : Le Réveil de la Force, ce tournant vers le jeu « aventure/action » a su garder la tonalité pour tous publics, tout en travaillant la recette au fil du temps. Aujourd’hui, en 2016, la franchise Lego revient à ses premiers amours avec le bébé de George Lucas, désormais propriété de Mickey et ses horripilants amis. L’occasion rêvée de se pencher sur le chemin parcouru en onze années.

Histoire : 4/5

image gameplay lego star wars le reveil de la force

Image issue du Playstation Share.

Précisons de suite que cette Note ne sanctionne pas l’histoire du film Star Wars : Le Réveil de la Force (rappelons que nous n’avons pas du tout apprécié l’épisode signé J.J. Abrams), mais bel et bien la capacité d’adaptation de la licence Lego. Passés expert dans l’art du compendium, TT Games réussit à la fois à extraire les séquences les plus intéressantes pour s’appuyer sur celles-ci, mais aussi, et c’est là un bien beau taquet involontaire au film, à les rendre plus cohérentes. Bien entendu, avec Lego Star Wars : Le Réveil de la Force on reste dans un univers fun, coolos, mais l’on sent derrière l’aspect agréablement rigolard une véritable envie de se trouver une identité, ou plutôt de la conserver. Les vannes, avant tout visuelles, s’enchaînent dans un rythme maîtrisé et jovial : on n’est jamais noyé par le concept, on a plaisir à le voir fonctionner.

On écrivait à propos d’une volonté de cohérence pour ce Lego Star Wars : Le Réveil de la Force, elle est indéniable dès les premières minutes du jeu qui résument Le Retour du Jedi. Mais ce n’est pas tout car des missions à débloquer, à grands coups de briques dorées à dénicher, se chargent de faire la lumière sur certaines zones d’ombre du film, preuve ultime des faiblesses scénaristiques de celui-ci soit écrit en passant. Accordée avec le gros travail sur les dialogues, tous repris du script et profitant d’un doublage dont la qualité est à souligner (le même que la VF de l’œuvre de J.J. Abrams !), cette envie d’une narration aussi pensée que rigolote est une nouveauté pour la licence. Il suffit de se rappeler le rythme asthmatique des épisodes Harry Potter, ou encore Pirates des Caraïbes pour s’en persuader. Lego Star Wars : Le Réveil de la Force marque un net progrès à ce niveau, et nous l’accueillons à bras ouverts.

Gameplay : 4/5

image ps4 lego star wars le reveil de la force

Image issue du Playstation Share.

Là encore, Lego Star Wars : Le Réveil de la Force conserve toutes ses forces et amenuise ses faiblesses en partie, ou plus exactement en intention. Le principe de la licence, que l’on pourrait qualifier de mélange de jeu d’exploration, d’action, de réflexion et de capitalisme (« oh bon sang une pièce bleu il me la faut !« ), est toujours au rendez-vous. Vous allez devoir détruire pour mieux construire des moyens de venir à bout d’énigmes aisément abordables, fouiller de fond en comble les niveaux pour dénicher les éléments à collecter habituels, et remplir votre livret A virtuel (malheureusement) de pièces Lego sonnantes et trébuchantes. Parce qu’il va vous falloir acheter l’un des fichtrement nombreux personnages, ou encore l’une des « astuces » qui permettent de modifier certains éléments de Lego Star Wars : Le Réveil de la Force, comme un aimant à sous, ou des skins pour les sabres laser.

La recette de Lego Star Wars : Le Réveil de la Force respecte donc le cahier des charges, mais tente aussi de lui ajouter des éléments plutôt bien venus, au moins dans la forme. On note une volonté des mécaniques contextuelles, qui font réellement appel aux capacités des personnages, et pas que pour débusquer les éléments à collectionner. Un effort rafraîchissant, même si l’on aurait aimé plus de variété dans ces instants, qui au bout d’un moment ont tendance à se révéler trop mécaniques. On espère donc que ce chemin sera approfondi par la suite. Autre nouveauté, plus définitive dans le rendu : les séquences de fusillades. Des joutes à la hauteur de Lego, alors on reprend le concept de couverture « à la Gears of War« , on la simplifie pour coller à la licence, et on obtient des passages truculents. Mais les meilleurs apports de ce Lego Star Wars : Le Réveil de la Force sont certainement les séquences aériennes, qui nous font prendre les commandes de vaisseaux, que ce soit dans de grandes arènes ou dans des phases dirigistes tout aussi plaisantes. Enfin, le « semi-monde ouvert », divisé par niveaux, fonctionne plutôt bien même passer de l’un à l’autre provoque de légers temps de chargement. Voilà un soft qui propose assez d’évolutions pour que l’on puisse penser qu’il constitue une belle évolution.

Technique et ambiance sonore : 3/5

image playstation 4 lego star wars le reveil de la force

Image issue du Playstation Share.

Lego Star Wars : Le Réveil de la Force est clairement le plus beau jeu de la licence. Et de loin. L’éclairage, la finesse des textures, l’ensemble fait preuve d’un sérieux agréable, même si l’on regrette certains bugs qui, décidément, ont la peau dure dans la licence. Rien de bien grave, cela reste de l’ordre de l’affichage, ou de certains pathfindings toutefois heureusement court-circuité par le principe même de multi-incarnations. Impossible de ne pas mettre le focus sur les phases de combats aériens, dont certaines nous ont carrément impressionné : aussi plaisantes à jouer qu’à admirer, ça tire de partout, c’est fluide en toutes circonstance. Le pied.

Côté musiques, on retrouve dans Lego Star Wars : Le Réveil de la Force les morceaux les plus illustres de la saga. Même la Marche de l’Empire est présente, notamment dans un remix qui vous fera rire à coup sûr. Les bruitages atypiques, comme l’iconique rayonnement du sabre laser, ou le souffle de Dark Vador, sont aussi de la partie, apportant au jeu toute la personnalité sonore de la licence. Seul regret : certains effets interviennent vraiment bruyamment. On pense à la petite musique du « Vous êtes un vrai Jedi » qui se lance quand le joueur atteint l’objectif de pièces à retrouver dans chaque niveau. Signalons le doublage en VF d’une belle qualité.

Durée de vie : 5/5

image lego star wars le reveil de la force

Image issue du Playstation Share

Si l’aventure principale se termine en une poignée d’heures, tous les joueurs savent qu’on ne boucle pas un jeu de cette licence autrement qu’en obtenant les 100%. Lego Star Wars : Le Réveil de la Force a de quoi vous occuper au moins 20 heures, tout juste ce qu’il faut pour ne pas non plus trop tirer en longueur, tout en offrant assez de contenu pour que le joueur ne se sente pas floué. Une habitude pour la licence, par ailleurs.

Note Finale : 16/20

Lego Star Wars : Le Réveil de la Force est incontestablement le meilleur jeu de la licence à ce jour. De par ses apports à une recette pour le moins solide, le soft arrive toujours à percevoir les forces des œuvres qu’il passe à la moulinette pour rendre un jeu plaisant à jouer, à la difficulté tous publics assumée (et c’est très bien, il en faut pour tout le monde). On a enfin l’impression que TT Games fait bouger les lignes, ce qui donne un moment vidéoludique qui compte parmi les plus agréables de l’année. Un très bon millésime.

https://youtu.be/4kWxC1Le1hA 

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato