[Test – Playstation 4] Gravity Rush Remastered

image jaquette gravity rush remasteredCaractéristiques

Test

On se souvient tous des réactions, voilà quelques années, quand les premières « remasterisations » ont déboulé chez nos revendeurs. Il fallait, sous peine de passer pour un « low gamer », les montrer du doigt. Les dénoncer. Les vilipender sur la place public, les boycotter. Heureusement, petit à petit la raison refit surface, comme toujours après des périodes de fortes émotions, et des voix s’élevèrent pour souligner l’intérêt de ces productions, du moins quand elles ne prennent pas les joueurs pour des canards sauvages. Condition qui ne s’applique pas qu’aux remasters, soit écrit en passant. Konami a, certes, bien pataugé dans la semoule avec ses rééditions de Silent Hill, une véritable catastrophe, mais si un éditeur a bien réussi à capter le potentiel de ces ressorties rehaussées, c’est bien Sony. Gravity Rush Remastered confirme-t-il cet état de grâce ?

Histoire : 4/5

image-kat-gravity-rush-remastered

Gravity Rush Remastered prend place dans la ville d’Hekseville, visiblement pris pour cible par des catastrophes plus ou moins naturelles. Alors que le lieu fait face à une étrange tempête, nous faisons la connaissance d’une jeune femme totalement amnésique, qui se fera par la suite surnommée Kat. Celle-ci s’avère être une « gravitéenne », un être qui maîtrise la gravité, la manipule comme bon lui semble. Ainsi, elle vient à bout de la tempête en se débarrassant des Névi, apparus avec elle.

Un scénario de jeu vidéo assez classique, typiquement japonais. On retrouve le souffle épique lié à l’amnésie de l’héroïne, grande spécialité du JRPG, qui facilite aussi rebondissements et révélations. Avec son univers développé juste ce qu’il faut pour ne pas être sous-exploité, et sa tendance aux différents degrés de compréhension des dialogues, Gravity Rush Remastered est un jeu qui se joue autant qu’il se vit. Notons que cette version Playstation 4 inclue tous les DLC, et que ceux-ci proposent des missions secondaires aux scénarios aussi légers qu’amusants, mais sans impact sur l’histoire principale.

Gameplay : 5/5

image gravity rush remastered

Gravity Rush Remastered semble avoir été fait pour une jouabilité console. Tout le sel du soft se trouve dans la maîtrise de la gravité par Kat qui, d’une simple pression de gâchette, part dans des virées grandioses, à travers des maps parfaitement conçues. Qu’il est jouissif d’explorer les recoins de chacun des quatre quartiers de cette ville ! On aurait pu craindre un manque de précision dû au concept, mais même le fait de se retrouver la tête à l’envers donne des informations au joueur qui, en visualisant le mouvement des cheveux de Kat, ou de son foulard, peut comprendre parfaitement où il se trouve. La prise en main est immédiate et, très important, l’on maîtrise ce que l’on fait, et ce que l’on ordonne à notre avatar est parfaitement retranscrit à l’écran.

Gravity Rush Remastered s’aborde comme un sandbox, dans lequel vous divaguerez avant tout à la recherche des cristaux. Ceux-ci vous permettront de faire évoluer Kat, ses capacités de vol, ses aptitudes au combats, ses coups spéciaux etc. D’ailleurs, il va falloir se débarrasser de bien des ennemis au cours de l’aventure, il fallait donc un système de combat qui puisse se servir des particularité gravitationnelles de l’héroïne. Les coups ne sont pas très variés, nous ne sommes pas dans un beat’em all, mais maîtriser Kat dans ces joutes est un pur régal, et ça inclus les combats de boss, tous homériques même si un peu aisés.

Les quelques réserves émises à l’époque de sa sortie sur Vita, notamment sur la visée gyroscopique, un gadget qui n’aura que peu satisfait les joueurs adeptes d’une précision maximale, sont balayées. Avec Gravity Rush Remastered, ces soucis n’existent plus, puisque le stick gauche peut aussi servir de visée, tout en laissant le choix au joueur de préférer la reconnaissance de mouvements de la Dual Shock 4. Pour notre part, ça ne fait aucun doute : le stick est largement plus conseillé, du moins dès qu’on veut être tout à fait maître de ses mouvements. Autre grosse nouveauté, cliquer sur le stick droit recentre la caméra, et ce sera d’un grand secours vous pouvez en être sûr.

Technique et musique : 4/5

image playstation 4 gravity rush remastered

La direction artistique de Gravity Rush Remastered est tout simplement à tomber par terre. Keiichiro Toyama, game designer, assure être très marqué par le travail de Moebius, et ça se voit. L’univers fourmille de détails, et les couleurs pastels alliées au style très manga donne une personnalité fascinante au jeu. Certes, on ne peut nier que le soft fait le voyage depuis la Vita, notamment au niveau de la distance d’affichage et des PNJ, mais il est indéniable que ce jeu a la classe. Évidemment, Playstation 4 oblige, le joueur aura le droit à du 1080p et 60fps, et ce constamment. Aussi, nous relevons un vrai travail de lissage sur Kat, qui paraît plus affinée que sur Vita.

Côté ambiance sonore, c’est là aussi un pur régal. Un coup d’œil aux crédits du jeu, et on s’aperçoit que c’est Kohei Tanaka qui se cache derrière cette réussite, avec des thèmes qui accompagnent parfaitement les pérégrinations de Kat. On va dans des sonorités classiques, on pense beaucoup aux cadors du JRPG d’ailleurs et ce n’est pas un hasard : Tanaka fut le compositeur des deux Alundra (ndlr : que de souvenirs !), des Sakura Taisen et du très hardcore Resonance of Fate. Signalons que le bonhomme a aussi signé l’OAV de Patlabor, et met en musique l’animé One Piece depuis 1999 (avec Shiro Hamaguchi). On comprend mieux notre énorme coup de cœur pour ces partitions qui habitent le jeu.

Durée de vie : 4/5

image japan studio gravity rush remastered

Il vous faudra une dizaine d’heures pour boucler le scénario principal en ligne droite, ce qui est déjà pas mal conséquent. Mais ce serait passer totalement à côté de Gravity Rush Remastered que de le jouer de la sorte. On peut au moins doubler ce chiffre pour pousser la bête dans ses derniers retranchements : trouver toutes les discussions secrètes, faire évoluer Kat au maximum, obtenir toutes les médailles d’or aux différents défis. Signalons que cette version Remastered contient les trois DLC, ce qui allonge encore la durée de vie. C’est tout à fait satisfaisant, même si nous espérons que le futur Gravity Rush 2 verra encore plus grand.

Note finale : 17/20

image sony gravity rush remastered

Gravity Rush Remastered réussi un atterrissage sans accrocs et prouve à quel point il fut, avant d’être le porte-étendard de la Vita, prévu sur consoles (Playstation 3, pour être exact). Concept ravageur, de par la réussite de sa prise en main, l’utilisation de la gravité est si intuitive que l’on se demande comment personne n’a pu avoir l’idée auparavant. Il est indéniable que cette grande réussite, et la naissance d’une héroïne ultra-charismatique, ne peut que signer le début d’une grande licence pour les années à venir. Il va falloir compter avec Gravity Rush, une exclusivité totale chez Sony.

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *