[Test – DVD] Chair de Poule – Rob Letterman

Caractéristiques

  • Titre original : Goosebumpls
  • Réalisateur(s) : Rob Letterman
  • Avec : Jack Black, Dylan Minnette, Odeya Rush, Amy Ryan
  • Editeur : Sony pictures Home Entertainment France
  • Date de sortie Blu-Ray : 6 juillet 2016
  • Date de sortie originale en salles : 10 février 2016
  • Durée : 103 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4/5

Voici un transfert tout à fait honnête pour un DVD. La définition ne déçoit pas et reste constante mis à part sur quelques plans en extérieur sur la fin, mais rien de bien grave. Les noirs sont profonds, le piqué manque peut-être un peu d’énergie mais dans l’ensemble, cela reste satisfaisant.

Son : 4/5

Chair de Poule est proposé en langue française et anglaise, à chaque fois en Dolby Digital 5.1. Un bon débit même si sur certaines portions on a ressenti un petit déséquilibre dû à la musique trop mise en avant. On a une large préférence pour la VOSTFR, dont l’ensemble nous a paru plus homogène.

Bonus : 1/5

On a droit à deux modules chiches en intérêt. « Guide du débutant pour survivre à une créature de Chair de poule », d’une durée de cinq minutes, met en scène Zach et Champ grimés en scientifiques pour mieux parler du bestiaire. « Il se passe des trucs étranges sur le plateau », un programme long de 3 minutes qui parodie les campagnes marketing qui misent sur de pseudos phénomènes pendant le tournage.

Synopsis

Zach Cooper quitte New York avec sa mère pour emménager dans une petite ville de Madison, ce qui est loin de l’enchanter. Mais rapidement il fait la connaissance de sa jeune et jolie voisine, Hannah, et l’avenir apparaît plus radieux. Malheureusement le père d’Hannah, M. Shivers, un homme très antipathique, lui interdit de s’approcher de sa fille. Jusqu’au jour où Zach entend des cris dans la maison des Shivers. Inquiet pour Hannah, il décide avec son nouvel ami, Champ, de pénétrer dans la maison des Shivers. Ils découvrent dans une chambre une bibliothèque remplie de livres de la série Chair de poule scellés…

image film chair de poule

Le film

Adapter l’énorme licence Chair de Poule au cinéma, voilà un projet qui partait sur de bons rails ! La série de livres pour enfants qui aiment se faire peur a déjà été au centre d’une série, voire de téléfilms de bas étage, mais jamais un projet cinématographique d’envergure n’a su libérer (ndlr : délivrer) tout son fort potentiel sur grand écran. Il faut rappeler que Tim Burton avait l’envie de s’y atteler à la fin des années 1990, avant que ce bien joli dessein ne plonge dans les oubliettes. Aujourd’hui, et après une distribution en salles tout simplement catastrophique en France, Chair de Poule arrive en DVD. L’occasion de faire connaissance avec un divertissement d’une qualité étonnante.

Il y a dans ce Chair de Poule une patte typiquement eighties, cette époque qui donnait des films pour ados magnifiquement pensés pour leur cible. Des problématiques simples à analyser, mais tout de même assez « triturantes » pour ne pas prendre les adolescents pour des abrutis ; mais aussi un rythme haletant, qui mise sur un développement des personnages avant tout via l’action. Il faut se remémorer des chefs-d’œuvre comme Monster Squad ou Les Goonies, des films majeurs pour bien comprendre ce qu’on a perdu en route (les comparer aux débilités à collants, capes et super-pouvoirs, c’est se faire du mal, beaucoup de mal). Chair de Poule est de ce terreau. Un ado un peu perdu, un quotidien pas terrible à l’école, une minette qui lui tape à l’œil et un mystère qui se met en place avec le père de cette dernière. C’est fichtrement efficace, et ça continue sur ce rythme jusqu’à la fin.

image chair de poule

Chair de Poule est d’une générosité aussi marquée que le jeu de Jack Black (il en fait des tonnes comme d’habitude, mais ici ça se justifie). L’idée autour de laquelle le récit s’organise est aussi simple que payante : les monstres de la série, jusqu’ici enfermés dans des bouquins scellés, se retrouvent en liberté après une maladresse du héros. Cela donne une matière qui fourmille de possibilités, sans doute même un peu trop (mais que devient le caniche volant entrevu l’espace d’une séquence ?), mais incontestablement enivrante. Le tempo, une fois les livres ouverts, va tambour battant : on a droit à des scènes bien divertissantes (celle du loup-garou en tête), des personnages très bien définis et la réussite se prolonge jusqu’à un final là encore typique des années 1980.

En faisant le choix de mettre en scène R. L. Stine, l’auteur derrière la licence, considéré comme « le Stephen King des enfants » (ce qui donne quelques répliques amusantes), Chair de Poule capitalise avec bonheur sur une impression de best of. Même la mise en scène de Rob Letterman, réalisateur modérément doué, nous a agréablement surpris, notamment lors des séquences d’action. On ne s’attendait pas à autant de bonnes sensations en découvrant ce Chair de Poule qui déborde de sympathie, à se projeter sans hésiter.

Retrouvez aussi notre test du Blu-ray 4K Ultra HD de Chair de Poule 2.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 avant de lancer Jeux Vidéo Plus en 2021. Manque clairement de sommeil.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.