[Test – Playstation 4] Handball 17 : peut mieux faire, mais en progrès

image handball 17Caractéristiques

  • Test effectué sur : Playstation 4
  • Genre : Sport, Handball
  • Éditeur : Bigben Interactive
  • Développeur : Eko Software
  • Sortie : 18 novembre 2016

Test

Après un millésime 2016 clairement en forme de prise de contact, les frenchies d’Eko Software (que l’on connaît aussi pour ses deux How To Survive) reviennent avec la ferme intention de faire avancer le schmilblik. Handball 17, toujours très esseulé dans la catégorie des simulations de hand’, se devait de régler quelques soucis de la précédente version afin, notamment, de démontrer qu’il n’y a pas que le foot, le basket et les jeux de course dans la vie.

Histoire : /

Même si Handball 17 propose un mode carrière, il n’est aucunement question de scénarisation. Dès lors, les cinq points consacrés à l’histoire sont reportés sur le gameplay.

Gameplay : 6/10

On le savait depuis quelques semaines, Handball 17 allait s’appuyer sur l’héritage de l’itération sortie en 2016. Pour un grand ménage de printemps, il faudra donc attendre une prochaine version, cependant on remarque qu’Eko Software a su bonifier sa principale force : son système de tir. Le studio a bien compris la nécessité de proposer un large éventail de possibilités, histoire de laisser au joueur toute liberté d’aborder les défense adverse comme il l’entend. Ainsi, on peut choisir de shooter à terre ou en plein saut, mais aussi opter pour un tir à la hanche, ou une bonne vieille roucoulette bien vicieuse. Et, pour donner au joueur quelques sueurs froides indissociables d’une simulation, il faut aussi gérer la direction de la balle, donc bien prendre en compte le placement du gardien et des défenseurs adverses. On apprécie l’alchimie qui se dégage de cette mécanique : bien maîtrisée elle donne de bonnes sensations.

Autre bon point de Handball 17 : les passes et combinaisons en position de possession. Là encore, Eko Software rend une copie intéressante, tant il est parfois savoureux de bien contourner une défense, de sortir la passe qui va tout bouleverser et laisser l’adversaire sur le popotin. On sent aussi que le studio a travailler sur la fluidité de la balle, plus que sur celle des mouvements (on y reviendra). Ainsi, les contre-attaques ont un rendu, pad en mains, assez captivant, du moins à partir du moment où le joueur sait exactement ce qu’il fait. On regrette d’ailleurs un peu l’absence d’un tutoriel, qui faciliterait grandement la maîtrise de certaines combinaisons, mais tout vient à point…

En écrivant à propos des défenses adverses, et des gardiens, signalons que Handball 17 a revu à la baisse le niveau des derniers remparts. Si vous avez joué à la précédente itération, vous vous souvenez certainement de ces goals surpuissants, qui ne laissaient quasiment rien passer. Outre que le soft propose dorénavant trois modes de difficulté, ce rééquilibrage fait que le joueur a moins envie de bazarder sa manette. Par contre, on a toujours ce soucis d’imprévisibilité trop marquée en phase de défense. C’est bien simple, l’IA rentre dans vos derniers mètres avec une facilité déconcertante, et semble déjà savoir où placer le ballon pour marquer de façon certaine. Il en ressort une impression d’injustice parfois trop marquée, et cela nuit à certaines parties contre les plus gros clubs, trop « cheatées » pour que le réalisme soit total (jouer contre Barcelone est une épreuve pour les nerfs).

Autre retenue, qu’il faudra sans doute travailler pour la prochaine version : l’absence des gestes techniques poussés. Handball 17 en aurait eu pourtant besoin, surtout après quelques heures de jeu, quand on sent la maîtrise du soft pointer le bout de son nez. Aller, on pourra aussi faire la moue devant le choix des schémas tactiques, pas assez poussés, même si sur le terrain ils sont plutôt bien appliqués. Par contre, bon point pour l’arbitrage, dur mais nécessaire, qui ne laisse rien passer. Attention, donc, à ne pas vous croire dans une simulation de foot : ici il va falloir éviter les contacts abusifs sous peine de se faire expulser temporairement, ou même définitivement. Malgré quelques points à revoir, il est indéniable que l’on prend plutôt plaisir à jouer à Handball 17, qui désormais mérite une note au-dessus de la moyenne côté gameplay.

Technique et ambiance sonore : 2/5

image jeu handball 17

Une chose est certaine, Handball 17 ne dépaysera pas celles et ceux qui possèdent l’édition 2016 : il s’agit du même moteur graphique. On a donc toujours droit à ces terrains plutôt précis, ces animations parfois pas au niveau et surtout un peu hachées, qui manquent de fluidité. On note cependant un vrai travail sur la modélisation, que ce soit au niveau des gabarits et des visages, parfois carrément reconnaissables (celles et ceux qui suivent le PSG vont apprécier). Aussi, même s’il reste de l’aliasing en grosse dose, il nous a paru moins marqué qu’auparavant. Cela reste assez limité dans l’ensemble.

Côté sons, Handball 17 s’en tire dans les grandes lignes, même si là encore Eko Sofware a une marge de progression énorme pour les prochaines itérations. La seule et unique musique qui accompagne les menus a le mérite de passer plutôt inaperçue, n’est pas vraiment agaçante pour les nerfs. Les commentaires, tout en français (saluons l’effort !), ont cela d’agréable qu’ils ont tendance à plutôt bien se déclencher, même s’il serait bon de les varier un peu plus à l’avenir. Quant à l’ambiance des stades, elle manque de dynamisme dans l’ensemble, la texture manque de l’écho indissociable à ces endroit fermés.

Durée de vie : 4/5

image gameplay handball 17

Les modes de jeu de Handball 17 ne réinvente rien, et l’on sent bien que ce n’est de toutes façons pas le but avoué d’Eko Software. Au menu : « Carrière », « Saison », « Match local » et « En ligne ». En solo, le plus intéressant reste évidemment le mode Carrière, qui propose de créer son propre joueur et de le faire évoluer au sein d’une équipe, en gagnant de meilleures statistiques au fil du temps. aussi, plus vous assurerez sur le terrain, plus vous attirerez les recruteurs de clubs supérieurs. Ce n’est pas très poussé, cela reste classique, mais c’est bien appliqué et carré dans l’ensemble. Le mode Saison est beaucoup plus monotone, même si ça reste le meilleur moyen de perfectionner votre connaissance du jeu. Saluons d’ailleurs le nombre d’équipes disponible : plus de 80 dans différentes ligues…

Excellente chose, Handball 17 se joue à deux en local grâce au mode Match local. Et les parties sur le canapé ont clairement ce charme qui pourra vous occuper sur pas mal de soirées. En effet, le rythme soutenu des matchs correspond parfaitement au jeu à plusieurs, et c’est d’autant plus bonnard si vous en avez un peu marre de toujours jouer à la même simulation de foot. Enfin, le mode En ligne a le mérite d’exister. Soyons clairs, il est plutôt déserté à l’heure où nous écrivons ces lignes, et l’attente pour trouver un adversaire en ligne a le don de décourager. Cependant, on se doit de signaler que les rares joutes entreprises l’ont été dans de bonnes conditions : zéro lag et efficacité du lobby.

Note finale : 12/20

image eko software handall 17

Eko Software se devait de retravailler sa recette, et s ce n’est pas réellement le cas pour toutes les retenues que l’on avait avec la version 2016, force est de constater que Handball 17 ne fait pas du sur-place. Certes, cela reste pas vraiment beau à l’œil, les animations auraient besoin d’un vrai coup de polish. D’accord il reste encore des progrès à faire dans la gestion des phases défensives, trop déséquilibrées, et les gestes techniques poussés manquent cruellement. Mais la fluidité des passes, des constructions lors des possessions, et la bonne gestion des tirs font que l’on y prend tout de même pas mal de plaisir. Aussi, on ne peut que vous conseiller de lancer Handball 17 lors de soirées entre amis, le soft étant particulièrement savoureux en un contre un. Encore loin d’atteindre le stade de hit, la licence n’a besoin que d’un petit coup de pouce pour grimper encore des échelons. Et on a envie que cela se produise…

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato

Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015 en tant que co-rédacteur en chef. Manque clairement de sommeil.
Mickaël Barbato
/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *