[Test – Blu-Ray] The Birth of a Nation – Nate Parker

Caractéristiques

  • Titre original : The Birth of a Nation
  • Réalisateur(s) : Nate Parker
  • Avec : Nate Parker, Armie Hammer, Penelope Ann Miller, Jackie Earle Haley, Mark Boone Jr., Colman Domingo, Naomi King...
  • Editeur : 20th Century Fox France
  • Date de sortie Blu-Ray : 2 Juin 2017
  • Date de sortie originale en salles : 11 janvier 2017
  • Durée : 110 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4/5

Le film a été tourné en numérique (Arri Alexa XT Plus, Red Epic Dragon) et c’est un beau master que nous offre la Fox. Très bonne définition, avec une belle profondeur de champ. La colorimétrie est respectée. Les noirs et contrastes sont beaux, surtout pour les scènes sombres ou de nuit malgré une légère perte de définition dans certaines scènes sous-exposées. Le format 2:35.1 convient parfaitement et permet de passer des moments intimistes aux scènes de batailles assez aisément. On remarquera tout de même quelques saccades, bien que peu nombreuses, durant le visionnage. Au final, ce master permet une belle immersion dans le film. Le débit moyen image est correct : 24,5 MBPS.

Son : 3,5/5

La piste VO est en DTS-HD Master Audio 5.1. Les dialogues sont clairs, les effets sonores et la musique passent par les enceintes latérales et arrières. Le caisson de basse est sous-utilisé. Le tout reste bien réparti. Une très bonne piste avec un bon débit moyen : 3,8 MBPS. La piste VF est en DTS 5.1, pas de HD. La piste est assez puissante et bien répartie, même si elle est moins précise que sa consœur anglaise. Le doublage français est légèrement plus haut que les dialogues VO. Une piste tout à fait correcte malgré tout. Le débit moyen/max de la piste est de 768 KBPS.

Bonus : 4,5/5

  • Sur les traces de Nat Turner (47′)
  • Commentaire de Nate Parker
  • Scènes inédites (3′)
  • The Birth of a Nation: au-delà du film (41′)
  • #AmeriCAN (court métrage) (18′)
  • Un poème contre le racisme (6′)
  • Nate Parker à Sundance (4′)
  • Du script à l’image

On commence les bonus avec Sur les traces de Nat Turner, un documentaire passionnant retraçant l’histoire de Nat Turner. On suit l’acteur du film, Roger Guenveur Smith, parti en Virginie afin de comprendre pourquoi l’histoire de Turner divise autant l’Amérique. On voit aussi les répercussions de la révolte sur les descendants de Turner.  Un très bon bonus, pour en apprendre plus sur cette histoire méconnue. Nous passons ensuite aux scènes inédites, au nombre de deux. La première se déroule juste après l’échec de la révolte, et l’on y retrouve Nate avec deux jeunes de quatorze et quinze ans. Il leur dit de rentrer à leur ferme pour éviter de se faire tuer. La seconde se déroule après la révolte, chez la sœur de Samuel, où un officier interroge la femme de Nat. Les deux scènes n’apportent pas grand chose à l’histoire, il est donc normal qu’elles n’aient pas fini dans le film.

The Birth of a Nation: au-delà du film est un making-of d’une durée de 41 minutes. Pas d’images du tournage, mais on retrouve des extraits du film, tandis que Nate Parker explique pourquoi il a voulu réaliser ce film, et raconte l’écriture du scénario, et le tournage. Intéressant pour mieux comprendre les motivations derrière ce film. #AmeriCAN est un court métrage réalisé par Nate Parker, qui introduit d’ailleurs le film. Il s’agit de l’histoire d’un policier blanc durant une soirée qui va mal tourner. Un poème contre le racisme est une vidéo où deux poètes récitent un texte contre le racisme. Nate Parker à Sundance propose une interview de Nate parker lors du festival de Sundance 2016. Intéressant, quoique les propos du réalisateur s’avèrent redondants par rapport aux autres bonus.  Du script à l’image est la version originale du script (en anglais, donc) que l’on peut parcourir afin de voir les différences avec le film fini. Enfin, le commentaire audio de Nate Parker est intéressant et rempli d’anecdotes, bien que de nombreux éléments sont déjà fournis par le réalisateur dans les autres bonus.

Synopsis

Trente ans avant la guerre de Sécession, Nat Turner est un esclave cultivé et un prédicateur très écouté. Son propriétaire, Samuel Turner, qui connaît des difficultés financières, accepte une offre visant à utiliser les talents de prêcheur de Nat pour assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des atrocités commises à l’encontre de ses camarades opprimés, et en avoir lui-même souffert avec son épouse, Nat conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté.

Le film

Premier film derrière la caméra de Nate Parker, qui incarne le héros à l’origine de la révolte, Nate Turner, The Birth of a Nation est une oeuvre en demi-teinte, trop classique dans sa mise en scène, qui craint de prendre le moindre risque, mais explorant les thèmes de l’esclavage et du racisme dans le Sud des États-Unis du XIXe siècle de manière inspirée, avec de bonnes performances d’acteurs, à commencer par celle de son réalisateur.

Retrouvez notre critique complète en cliquant sur ce lien.

Guillaume Creis

Guillaume Creis

Adore le cinéma en général , que ce soit lesgros blockbusters ou les plus petits films .les séries TVet les jeux vidéo.
Guillaume Creis

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *