[Test – Blu-ray 4K Ultra HD] Un jour sans fin – Harold Ramis

Caractéristiques

  • Titre original : Groundhog day
  • Réalisateur(s) : Harold Ramis
  • Avec : Bill Murray, Andie MacDowell, Chris Elliott...
  • Editeur : Sony Pictures Home Entertainment France
  • Date de sortie Blu-Ray : 9 mars 2018
  • Date de sortie originale en salles : 28 Juillet 1993
  • Durée : 101 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Image : 4,5/5

Pour le 25ème anniversaire du film, Sony Pictures (JumanjiNovember Criminals) a restauré Un jour sans fin pour le blu-ray 4k UHD au format respecté 1.85:1, quasi plein écran. Le travail effectué sur cette galette est quasi parfait. La définition s’avère excellente la plupart du temps, avec un léger grain de la pellicule pas désagréable (le long-métrage a été tourné avec des caméras Panavision). Les détails sur les visages, les décors et les costumes sont excellents. La profondeur de champ est elle aussi très bonne. L’apport du HDR 10 se remarque surtout sur les couleurs qui sont flamboyantes, au point qu’on a réellement l’impression de redécouvrir ce film culte. Les noirs, peu nombreux, s’avèrent aussi excellents, et les contrastes sont très bons. On regrette cependant que certains plans d’ensembles, et un plan sur Bill Murray voient le grain de pellicule devenir très présent. Durant le visionnage on a remarqué quelques saccades mais très légères. Au final, et malgré ses quelques menus défauts, nous avons ici une très belle restauration et une vraie redécouverte des couleurs de l’œuvre.

Son : 4/5

La piste anglaise d’Un jour sans fin est en Dolby Atmos (compatible Dolby True HD 7.1). Un travail plutôt soigné dans l’ensemble. Les effets et la musique sont puissant, précis et passent bien par tout les canaux. Les répliques sont clairs, la plupart du temps. Est-ce que le mixage a été revu pour cette piste ? Mystère. Car on trouve que certaines lignes de dialogues ont un volume très bas et sont atténués, parfois, par les bruits ambiants. Il faut parfois jongler avec le volume du home cinéma pour bien entendre les échanges entre les personnages. Dommage. Cette piste reste quand même plus que correct, car on redécouvre l’ambiance du film. La piste française est en Dolby Digital 5.1, et même si elle manque légèrement de précision par rapport à sa consœur anglaise, elle est de très bonne facture. Les dialogues sont clairs et n’ont pas le problème de la piste VO. La musique est les effets passent bien par tous les canaux.

Bonus : 3/5

Les bonus sont dans le blu-ray accompagnant cette édition.

  • Un jour pas comme les autres : interview d’Harold Ramis (9′)
  • Le poids du temps (24′)
  • Documentaire sur les marmottes (6′)
  • Picture-in-picture
  • Scènes supplémentaires (5′)

Nous dressons le même constat qui pour le blu-ray, que nous avons aussi testé. Aucun nouveau bonus pour cette édition 25 ème anniversaire, ce sont les mêmes que pour l’édition de 2009. Un jour pas comme les autres : interview d’Harold Ramis est l’interview du réalisateur du film. Malgré quelques bonnes anecdotes ce bonus est trop court pour être passionnant. Le poids du temps est un bonus de 24 minutes, avec des interviews du réalisateur, du scénariste et des acteurs, entrecoupées par des images du tournage. Un très bon module qui nous plonge dans la création de l’œuvre. Le Documentaire sur les marmottes, d’une durée de 6 minutes, vous en apprendra plus sur le symbole de cette journée pas comme les autres. Un petit module sympathique. Dans Picture-in-picture, on rejoint Ned, la mascotte de Punxsutawey. Durant le visionnage, dés qu’il apparaît vous pourrez découvrir des anecdotes du long métrage. Enfin, nous avons le droit à cinq scènes supplémentaires, pour une durée totale de 5 minutes. De ces scènes, on retiendra celle du billard mais surtout la séquence du sans domicile fixe, qui met un terme à son intrigue dans le film.  Les autres scènes sont plutôt dispensables, dans l’ensemble.

Conditions du test

  • TV 4K UHD LG 49UH60
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Phil Connors, journaliste à la télévision et responsable de la météo part faire son reportage annuel dans la bourgade de Punxsutawney où l’on fête le “Groundhog Day” : “Jour de la marmotte”. Dans l’impossibilité de rentrer chez lui ensuite à Pittsburgh pour cause d’intempéries il se voit forcé de passer une nuit de plus dans cette ville perdue. Réveillé très tôt le lendemain il constate que tout se produit exactement comme la veille et réalise qu’il est condamné à revivre indéfiniment la même journée, celle du 2 février…

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *