[Sorties] Nous avons découvert Ready Player One en 4DX au Pathé Belle Épine

La 500e salle 4DX au monde a ouvert à Thiais

image logo salle 4dx pathé belle épine thiais
La 4DX est une technologie de pointe permettant de bénéficier d’une vingtaine d’effets spéciaux dans la salle tout au long du film. Photo : Culturellement Vôtre

Le 3 avril dernier, le groupe Pathé et la société coréenne CJ4DPLEX étaient réunis devant les médias internationaux au Pathé Belle Épine, à Thiais dans le Val-de-Marne (à deux pas du marché alimentaire de Rungis) pour célébrer l’ouverture de la 500e salle 4DX au monde. Mais qu’est-ce que la 4DX me demanderez-vous ? Tout simplement une technologie de pointe permettant une immersion cinématographique sans égale grâce aux mouvements du siège (de haut en bas, d’avant en arrière et de droite à gauche) et à une vingtaine d’effets allant des jets d’eau à des effets de vent (derrière la nuque, pour simuler la vitesse), neige, secousses, chatouillis, vibrations et autre en synchronisation parfaite avec l’action du film à l’écran. Encore assez peu connue, cette technologie est pour l’instant limitée aux seuls cinémas Pathé, pour un total de 12 écrans en France, dont le Pathé Villette à Paris, le Pathé Carré de Soie à Lyon et le Pathé Lingostière à Nice. Un chiffre qui devrait monter à 30 écrans d’ici la fin de l’année, puisque le groupe et CJ4DPLEX ont annoncé l’inauguration de 18 écrans supplémentaires d’ici la fin 2018.

Après les félicitations de rigueur, nous avons donc pu tester le dispositif sur une série d’extraits et de bande-annonces de films récents et à venir (dont Taxi 5, qui sera le premier film français proposé en 4DX), avant de nous voir proposer une projection du Ready Player One de Steven Spielberg en 3D et 4DX. L’occasion de voir la gestion des effets sur la durée, et ainsi de  nous faire une idée concrète de ce dispositif qui évoque en partie les attractions du Futuroscope. Le résultat ? Concluant. Généralement dédiée aux plus gros films SF et aux blockbusters d’action en général, la 4DX s’est révélée parfaitement adaptée au film de tonton Spielgy dont nous vous proposions la critique tout récemment. Assis sur ces sièges pivotants, le nez chaussé de lunettes 3D, nous voilà plongés dès le début en pleine réalité virtuelle, à l’instar des personnages, qui naviguent à travers les dédales de l’OASIS inventé par un créateur génial mais solitaire.

Une immersion sans pareille

image steven spielberg ready player one
© Warner Bros France

Les sièges suivent ainsi une bonne partie des travellings latéraux, mais aussi des plans en plongée et, comme nous nous y attendions, les nombreuses scènes d’action sont particulièrement riches en effets. En dehors des gouttes d’eau giclant sur notre visage à certains moments (avec une mention spéciale pour toute la partie dans le Shining de Kubrick) , les effets de secousses et d’accélération lors des courses en bolides sont particulièrement efficaces. La première scène de ce genre, où les participants affrontent King-Kong et un dinosaure, impressionne ainsi par les sensations qu’elle procure, entre brève sensation de chute (inclinaison du siège à l’avant, virages, secousses et chatouillis dans le dos) et sentiment de vitesse. En fait, à ce moment-là, c’est comme si le fauteuil sur lequel nous sommes assis se transformait en siège de voiture ! L’immersion, sans être du même niveau que celle d’un simulateur bien entendu, est très convaincante. Autre fait notable : les mouvements d’inclinaison du siège ou les vibrations suivent par moments le rythme de la musique, pour une immersion plus subtile, qui nous prépare aux effets à venir.

Si nous n’avons pas eu droit à tous les effets (cela dépend bien entendu de l’action de chaque film), cette découverte de la 4DX avec un film sur la réalité virtuelle (très impressionnant visuellement, qui plus est) s’est faite dans des conditions optimales. Le billet reste relativement cher comparé à une place normale en plein tarif qui est déjà à 10,70€ en moyenne sans la 3D, puisqu’il faut rajouter 6€ de plus pour une séance en 4DX, mais la technologie, qui ne donne pas le tournis ni le mal des transports (ce qui est fort appréciable) apporte un vrai plus — contrairement à certains films où la 3D peut paraître davantage accessoire. A défaut d’avoir testés ce dispositif avec d’autres films, on ne pourra donc que vous conseiller de découvrir Ready Player One sous cette forme (3D + 4DX) pour une immersion totale qui nous plonge directement au coeur du sujet.

Pour plus d’informations ou pour réserver une séance, rendez-vous sur le site officiel de Pathé.

0/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *