Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
    • Playstation 3
    • Xbox 360
  • Développeur : Airtight Games
  • Editeur : Square Enix
  • Date de sortie : 6 juin 2014
  • Acheter : Cliquez ici

Des promesses jamais réellement tenues

image jeu murdered soul suspect
De bonnes intentions ne font pas un bon jeu.

Sorti en 2014, Murdered : Soul Suspect a désormais rejoint les bonnes affaires qui, parfois, apparaissent dans les promotions des diverses plateformes de téléchargement. Il faut dire que le titre a eu plutôt mauvaise presse lors de sa sortie, récoltant des notes assez moyennes, mais il continue de créer une certaine curiosité. Un jeu d’enquête, dans lequel le joueur incarne un fantôme, cela ne pouvait que titiller nos bons souvenirs de gamers, par le biais du très bon Ghost Trick, chez Capcom. On va voir que ce glorieux modèle n’a pas permis au soft du désormais fermé studio Airtight Games (édité par Square Enix, tout de même) de véritablement trouver sa voie, pour tout un tas de raisons.

Comme tout jeu d’enquête, Murdered : Soul Suspect met le paquet sur son histoire. Et, dans les premières heures, cela fonctionne plutôt bien. L’action se place dans la très symbolique Salem. On prend le contrôle de Ronan O’Connor, après avoir assisté à sa mort violente : il est assassiné par le tueur en série qu’il poursuivait. Quand l’avatar reprend connaissance, c’est sous la forme d’un fantôme qu’il se déplace, et rencontre sa femme récemment décédée. Celle-ci lui confie qu’il a une dernière tâche à accomplir, avant d’enfin la rejoindre : faire toute la lumière sur les agissements du Crieur des Morts, ce psychopathe à la force surhumaine qui terrorise les habitants. Les investigations vont évidemment commencer sur les lieux du décès de Ronan. Puis, de fil en aiguille, le détective de l’au-delà va rencontrer Joy, médium de son état, qui peut le voir et communiquer avec lui. Sur leur route, ils rencontreront d’autres âmes en peine, parfois bien plus dangereuses qu’il n’y paraît.

Satisfaisant côté histoire

image murdered soul suspect
Des phases d’exploration pas désagréables.

Murdered : Soul Suspect ne cache pas son envie de mettre en avant le narratif. On n’atteint pas les belles expérimentations de Quantic Dream, mais on s’en rapproche. On pensera obligatoirement à Beyond : Two Souls, même si l’on n’atteint jamais la puissance du propos de ce dernier. Dans le jeu qui nous intéresse ici, on a beaucoup moins l’occasion de laisser notre imagination vagabonder, tant le récit est cloisonné, et les environnements moins propices à de multiples cheminements. C’est un choix, peut-être dicté par un développement trop court pour permettre une plus grande liberté, et ce même si l’exploration n’est pas qu’anecdotique. Les cutscenes sont assez nombreuses et, c’est un bon point, nous permettent de poser la manette : aucun QTE lourdingues est à redouter. Aussi, l’univers est assez bien fouillé. Le Codex s’avère complet, on pourra découvrir des histoires cachées en dénichant des objets à collecter. Bien des éléments passent par des notes récupérées, des plaques commémoratives, ce genre d’éléments très basiques mais qui fonctionnent. On aura même l’occasion d’approfondir les relations entre Ronan et sa fiancée, ce qui n’est pas de refus pour bien capter l’intérêt de la rejoindre.

Murdered : Soul Suspect part d’une bonne intention, et nous raconte une histoire plutôt intéressante. Malheureusement, les choses se gâtent un peu quand on aborde le gameplay et, plus tard, la technique. La prise en mains est pourtant bonne. Le personnage, en vue à la troisième personne, répond bien, et les différentes mécaniques sont simples à digérer. C’est la manière dont elles sont utilisées, qui pose un véritable problème. Quand on débarque sur les lieux d’un crime, ou simplement d’une investigation, il faut observer et trouver des indices. Jusqu’ici, tout va bien. Mais le principe déraille quand on doit en venir à la conclusion : se met en route une association d’éléments parfois abracadabrantesque qui, dans la plupart des cas, s’effectue un peu au pifomètre. Cela ne nous donne pas l’impression d’incarner un véritable détective, nous rappelle trop que nous sommes face à un jeu vidéo.

Un gameplay qui n’approfondit pas de belles possibilités

image test murdered soul suspect
Les combats font partis des points noirs de Murdered : Soul Suspect.

Le constat est identique avec toutes les capacités liées à notre état fantomatique. Murdered : Soul Suspect ne passe pas à côté de son sujet, mais ne parvient pas à lui donner assez de relief pour véritablement convaincre. Prendre possession d’un témoin, pour mieux regarder son calepin, voilà une riche idée, plaisante à vivre. Le souci est que l’occasion est trop rare, et qu’elle aboutie souvent sur un dénouement peu reluisant. On n’a pas compris l’intérêt de nous faire choisir un point d’intérêt, au sein d’un document observé, par exemple. Autre concept intéressant qui, finalement, n’est jamais sublimé : la nature passe-muraille de l’avatar. On aurait apprécié plus d’instants un peu délirants, afin de donner au joueur l’occasion de vivre des instants un peu épicé, sur le modèle d’un Hollow Man de Paul Verhoeven. Les rares moments qui vont dans cette direction sont, par ailleurs, très réussis. Enfin, les combats contre les démons sont assez inintéressants à jouer. Ronan doit prendre par surprise les monstres, et en finir grâce à un QTE un peu lourdingue. Parfois, on est surpris par les ennemis, et la seule manière de s’en sortir est une partie de cache-cache poussive. Le tout au sein d’un level design pas toujours très lisible.

Techniquement, Murdered : Soul Suspect ne peut cacher qu’il est sorti sur deux générations de consoles : l’actuelle et l’ancienne. Cela a un impact direct sur les textures, pas superbes, même si dans l’ensemble on n’est pas trop déçu du résultat. La distance d’affichage n’est pas ridicule, mais la finition n’est pas digne d’un jeu de qualité. Le framerate souffre parfois, et de manière assez incompréhensible vu ce qui est affiché. Quant aux animations (du corps et du visage), elles sont d’une raideur qui pourra faire sourire. La direction artistique, bien soignée, se charge tout de même de relever le tout, c’est salvateur. Par contre, on ne pourra que se demander ce qu’il s’est passé, côté doublage, pour qu’un résultat aussi catastrophique soit disponible. Le soft figure parmi les plus gros ratés, à ce niveau, avec Dynasty Warriors 3, ou encore Two Worlds 2 : on est parfois embarrassé à l’écoute. On se souviendra notamment de la première rencontre avec Joy, dont l’intonation nous a fait frémir d’effroi. Les musiques, assurées par Jason Graves, un bon compositeur qui a œuvré sur Dead Space et Until Dawn, rattrapent un peu le coup. Mais on a connu l’artiste encore plus inspiré.

Note : 11/20

Tout partait plutôt bien, puis patatras ! Murdered : Soul Suspect est l’exemple typique de la bonne idée gâchée par de trop gros manquements en terme de finition, et de mise en œuvre du concept. Si l’on retiendra tout de même quelques bons moments, comme cette enquête après une série de meurtres barbares dans l’Eglise, on ne peut oublier les prises de tête sur pendant les combats, ou la résolution de problématique au pifomètre. Reste que l’aventure, longue d’une dizaine d’heures pour qui veut tout voir et tout collecter, pourra intéresser les amateurs d’ambiance travaillée, du moins s’ils pardonnent un doublage français absolument honteux. Dommage que ça n’aille pas plus loin.

5/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *