[Test – DVD] Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin – L’atelier d’images

Caractéristiques

  • Titre original : Big Trouble In Little China
  • Réalisateur(s) : John Carpenter
  • Avec : Kurt Russell, Kim Cattrall, Dennis Dun, James Hong, Victor Wong
  • Editeur : L'atelier d'images
  • Date de sortie Blu-Ray : 16 octobre 2018
  • Date de sortie originale en salles : 3 septembre 1986
  • Durée : 99 minutes
  • Acheter : Cliquez ici

Vidéo : 5/5

Nous devons vous avertir que nous n’avons pu mettre la main sur le Blu-ray. Mais, pour l’avoir vu à l’œuvre, on peut tout de même affirmer que l’éditeur L’atelier d’images peut être fier de proposer le plus beau master du film à ce jour, tout en 2K. Le DVD, qui nous intéresse ici, remplit totalement son rôle. Certes, il ne révolutionnera pas votre manière de voir ce grand classique, mais le spectateur peut être assuré d’une définition parfaite en permanence, et d’une colorimétrie irréprochable.

Son : 4/5

Là encore, le DVD ne peut évidemment pas rivaliser avec la qualité du Blu-ray. Surtout en terme de spatialisation, bien moins exemplaire. Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin est proposé en deux pistes : française et anglaises. Un duo qui profite d’un Dolby Digital 5.1 au mixage assez équilibré. Pas une trace d’un quelconque souffle.

Bonus : 5/5

Si le master 2K du blu-ray représente un grand intérêt, que dire des bonus, carrément succulents ? Nombreux et assez denses, ils forment un ensemble bien informatif, y compris pour celles et ceux qui connaissent le film de John Carpenter par cœur. le réalisateur et l’acteur principal, Kurt Russel, s’associent pour un commentaire audio incontournable. L’ambiance est bonne, les anecdotes fusent (surtout à propos de la bonne entente sur le plateau, et les moment plus difficiles en lien avec une production catastrophique), voilà un contenu utile et agréable.

Ensuite, ce sont pas moins de cinq modules qui font intervenir des participants de premier rang. On loue cette volonté de découpage, au lieu d’un grand entretien fourre-tout et irrémédiablement tronqué. John Carpenter et Kurt Russel sont évidemment conviés, mais pas que . On peut aussi compter sur la présence de Dean Cundey, le directeur de la photographie, qui s’attarde peut-être un peu trop sur sa relation aux autres. Son travail est tout de même largement évoqué, et sa volonté de traduire un univers tangible. Larry J. Franco, producteur, offre l’interview la plus intéressante de l’ensemble. Il revient sur sa longue collaboration avec Carpenter, et aborde même le projet avorté (puis ressuscité avec Mark L. Lester aux commandes) Firestarter. Enfin, le cascadeur Jeff Imada est au centre d’un bonus assez riche en contenu humain. On n’y apprend pas grand chose côté technique, mais on se régale de la description qu’il fait des relations avec ceux qu’on pourrait croire inatteignables. Le tout tient sur quelques 80 minutes. Un gros morceau, donc. auquel on ajoute un entretien d’époque avec Richard Edlund, long de 14 minutes. Le créateur des effets spéciaux aborde la difficulté de son métier, et détaille assez profondément les idées qui précédent le résultat à l’écran.

Enfin, on a droit à deux scènes coupées et huit autres alternatives. Globalement, elles sont toutes assez dispensables, sauf cette fin qui fait intervenir le gang des Seigneurs de la Mort. Clairement, elle n’a pas sa place dans le montage final, mais elle n’est pas dénuée d’intérêt. Pour être complet, signalons la présence d’une featurette d’époque, longue de 8 minutes, pas très fondamentale. Aussi, le clip vidéo de la chanson, délicieusement désuet, est présent, ainsi que les bandes annonces.

image dvd jack burton

Synopsis

Jack Burton, aventurier des temps modernes, a roulé sa bosse à travers toute l’Amérique. Il s’est battu dans les quartiers les plus mal famés et croit connaître tous les dangers de la terre. Pourtant, lorsqu’il part à la recherche de la belle Miao Yin, la fiancée de son ami Wang Chi, il va aller de surprises en surprises au cœur de Chinatown, au beau milieu d’une lutte surnaturelle entre les puissances du Bien et du Mal orientales…

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *