[Test] Mechstermination Force : des boss et du très gros challenge

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Hörberg Productions
  • Editeur : Hörberg Productions
  • Date de sortie : 4 avril 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Les mechas vous donneront des sueurs froides

image gameplay mechstermination force
Préparez-vous pour des combats dantesques.

 

Parmi les styles qui ont su trouver un certain succès, le combat de boss est des plus intéressants. Évolution, ou plutôt proposition logique à partir d’un genre pré-existant, le platformer, cette tendance se passe des parcours et se concentrent sur les mécaniques de fin de niveau. Logique, tant certains créateurs ont démontré une véritable science des patterns, appliquée particulièrement à ces ennemis de fin de tableau. Qui ne connaît pas les boss de Mega Man ou de Castlevania sur le bout des doigts ? Shadow Of The Colossus a fait exploser le mouvement. Plus récemment, Furi a attiré bien des regards, ce qui n’est que justice. Aujourd’hui, c’est au tour de Hörberg Productions, studio créateur de la licence Gunman Clive, de se lancer dans l’arène avec Mechstermination Force.

Autant ne pas tourner autour du pot : Mechstermination Force ne mise pas grand chose sur son scénario, mais s’efforce à tout de même nous proposer une situation, une ambiance. Le joueur se retrouve plongé dans un conflit de grande échelle, alors que les terrifiants MegaMechs, des mechas à dimension gigantesque, ont pris le contrôle de la Terre, et la détruisent méthodiquement. Un groupe de résistants, menés par l’héroïque Capitaine Johnson, tente de résister avec le plus de force possible, mais le futur n’est pas assuré. Peut-être peut-on compter sur un espoir : une jeune recrue, vous, du genre efficace sur le terrain et ne manquant pas de sang froid. Pas de fioritures donc, et une certitude : vous allez vous voir opposé un sacré challenge. Signalons que les textes sont traduits en français.

Mais avant d’évoquer le challenge de Mechstermination Force, sachez que vous devrez choisir entre quatre personnages. Dommage, aucun ne dispose de capacités différentes d’un autre, seule la nationalité compte. On peut comprendre le besoin de voir les joueurs sur un même pied d’égalité face à l’adversité, mais tout de même cela représente un regret pour la durée de vie, qui s’étend sur sept heures (tout dépendra de votre skill, c’est à noter). Après la sélection de votre mechsterminateur, soufflez un bon coup. Écoutez les oiseaux chanter, détendez-vous. Ce qui suit va vous briser. Car ce jeu, à la saveur arcade indéniable, ne vous prendra pas en pitié. Dès le premier boss, on est foudroyé par l’exigence qui sert la recette. Sur un plan en 2D, il va falloir à la fois combattre ces titanesques ennemis, trouver leurs points faibles, comprendre leurs patterns et, d’une certaine façon, les explorer. Si l’on se sort relativement simplement des deux premiers combats, on voit poindre une difficulté assez folle, dû à une maniabilité bonne mais exigeante.

Une prise en mains un peu raide

image test mechstermination force
La base est importante, elle vous permet de faire évoluer l’avatar.

Tirer, sauter, courir, utiliser la batte, tout cela est assez classique, mais Mechstermination Force complique le tout avec une certaine raideur de la prise en mains et, surtout, une hitbbox de notre personnage que l’on trouve peu évidente à dompter. L’énergie baisse à une vitesse dingue, et clairement on doit faire avec une tendance au die & retry forcené. Les boss, eux, agissent comme s’ils connaissaient par cœur les faiblesses non pas du joueur, mais de son avatar. Ce qui insuffle une dose d’injustice, du moins avant de bien comprendre les différentes routines. C’est le principal regret que l’on formule : le soft ne cherche pas spécialement à faire dire au joueur : « c’est de ma faute », mais à le faire rager. À côté de cela, on ne peut que louer l’inventivité avec laquelle Hörberg Productions agence les combats. Les changements de forme, la disposition des points faibles et le besoin de bien capter quelle arme aura une incidence sur ceux-ci, cela fonctionne bien et pousse à s’accrocher. Malgré le besoin, parfois, de stopper l’expérience pour souffler un peu.

Une sacrée courbe de difficulté donc, mais ce n’est pas tout. Entre chaque boss, Mechstermination Force nous propulse vers la base, dans laquelle on pourra faire des emplettes, grâce à l’argent collecté en cours de mission, à chaque fois qu’on détruit une partie de l’adversaire. Bonne idée : la monnaie collectée l’est définitivement, et ce même en cas d’échec plus que probable. Ouf. On pourra donc perfectionner son armement, passant de l’arme de base, assez faible, à des munitions explosives, un lance flamme ou encore un laser. Globalement, ces pétoires ne sont pas très originales, par contre elles rappelleront d’agréables choses aux amateurs de run and gun. Autre possibilité, acheter des cœurs, qui symbolisent l’énergie sur le terrain. On vous conseille, d’ailleurs, de faire le forcing sur ceux-ci, tant votre état du début de jeu n’est aucunement fiable. La dizaine de boss vont vous pousser à bout, alors prenez bien le temps de perfectionner le personnage, et ne misez pas tout sur votre seul skill, lequel sera de toutes manière mis à contribution…

Enfin, Mechstermination Force est techniquement correct : c’est pas super beau, les effets ne sont pas géniaux, mais c’est d’une fluidité exemplaire. La direction artistique n’est pas folle, c’est coloré mais ça manque un peu de folie dans les décors, sans non plus s’avérer désagréable. Notre seul bémol, à ce niveau, se situe dans la représentation de l’avatar. Celui-ci est bien trop petit, de sorte qu’on pourra parfois le perdre de vue, sous le feu ennemi. Cette retenue est de moindre importance en docké, d’ailleurs le soft supporte très bien le passage sur la télé, avec des textures qui n’ont pas tendance à baver. Dommage pour les gamers qui voulaient profiter de l’expérience en nomade. Élément d’importance pour un titre de ce genre : le domaine sonore se révèle carrément excellent. Les bruitages ne dérangent jamais, et surtout les musiques ont une énergie peu commune. Un véritable régal, qu’on écoutera même en dehors du jeu.

Note : 14/20

Mechstermination Force est typiquement ce genre de jeu qui, sans crier gare, peut vous faire vriller les nerfs. Oui, l’expérience est difficile, voire très, mais très relevée dans ses derniers boss, mais on prend tout de même plaisir à maitriser les patterns, à les contrer, et à les réduire à néant. Avec une belle inventivité dans les différentes transformations, reformations de ce qu’on peut appeler le level design, le soft se trouve un rythme élevé, et ce même si vous ne compterez pas vos échecs. On pourra regretter une taille de l’avatar trop petite, ce qui force, de notre point de vue, une utilisation en docké, ainsi qu’une prise en mains raide et une direction artistique pas folichonne. Mais, dans l’ensemble, on en sort plutôt convaincu.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *