[Test] Youtubers Life OMG! : agréablement surprenant, mais court

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • Playstation 4
    • Ordinateur/PC
    • Xbox One
  • Développeur : U-Play
  • Editeur : Raiser Games
  • Date de sortie : 5 avril 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Une idée étrange, mais au potentiel certain

image test youtubers life omg
Il va falloir travailler pour obtenir des pouces bleus.

On ne vous cache pas que, au moment de découvrir Youtubers Life OMG!, on a été pris d’une petite frayeur : « bon sang, ils ont osé », se disait-on en notre for intérieur. Si le phénomène des vidéastes de cette plateforme leader s’est désormais normalisé, avec de moins en moins de contenus originaux et de plus en plus de participations consensuelles (putaclic, comme on le lit souvent), beaucoup rêvent encore de « percer », comme disent les jeunes sur Twitter (bon, en fait de s’offrir cinq minutes de célébrité warholienne, vouées à l’oubli, mais passons). Dès lors, l’idée de se lancer dans un jeu de gestion dans l’univers des youteubés est pertinente, au moins tout autant que les Farming Simulator et autres softs du genre. Du potentiel donc, encore fallait-il que le résultat soit assez complet pour totalement convaincre.

Le premier contact avec Youtubers Life OMG! est étonnamment agréable. On a accès à un créateur de personnage assez basique pour tout ce qui est apparence physique, et le rendu s’avère assez proche de ce qu’on pouvait faire avec les avatars de la Xbox 360. Et c’est plutôt une qualité entre nous, on avait justement un peu peur d’un surplus de simplicité, comme les peu charismatiques Mii. Après avoir passé du temps à façonner votre futur youtubeur, il faudra choisir quel sera son domaine de compétences : jeux vidéo, cuisine ou musique. On aurait bien vu littérature aussi, mais tant pis. Bien entendu, vous aurez le loisir d’essayer cette trinité en autant de parties. Signalons la présence de traits de caractère, de fêtard à sexy, et cette spécificité vous accordera des quêtes annexes différentes, rémunératrices mais peu nombreuses. Tout est bien calé ? Il est alors grand temps de se lancer, car le possible futur Tanguy qu’est votre avatar, s’il ne décolle pas dans les vues, habitera encore longtemps chez ses parents. Vous débutez dans votre chambre et, si le dieu pouce bleu le veut bien, cela est destiné à évoluer de manière exponentielle.

Youtubers Life OMG! ne propose pas de scénario très approfondi, et pour cause : c’est le joueur qui doit composer sa propre histoire. Un peu à l’image des Sims, mais avec plus d’objectifs à atteindre, une route plus délimitée, on va pourvoir expérimenter, et admirer les résultat de nos propres décisions. Cependant, ne pensez pas passer à côté d’une certaine routine du schéma à répéter : comme tous les métiers, celui de youtubeur demande à ce qu’on observe une méthode précise. On pourra penser que le studio espagnol U-Play s’est contenté d’un concept, mais la problématique qui se posait à eux est compréhensible : il fallait surtout ne pas dévier de la réalité. Tout en la rendant bien plus amusante qu’elle n’est bien évidemment, on n’ira pas jusqu’à parler de simulation, loin de là. Ainsi, vous passerez le plus clair de votre temps en tournage de vos vidéos, et en montage de celles-ci. Ces deux moments sont, dans les premières heures, tout à fait prenants. Le face-caméra fera apparaître des cartes, que vous devrez sélectionner afin de créer des réactions, des mimiques que le public apprécie… ou pas, alors attention à bien capter l’air du temps, primordial pour s’en sortir. Le montage se fait plus classique, il suffit d’encastrer les segments avec le sens du rythme, mais on ressent tout de même une certaine satisfaction, d’autant que les possibilité sont nombreuses, et ont un véritable impact sur le résultat.

Espérons une nouvelle itération, plus complète dans son contenu

image jeu youtubers life omg
Il faudra aussi participer à des soirées, la communication est importante…

Tout n’est pas rose pour autant. Youtubers Life OMG! aurait clairement eu besoin de plus de contenu, de plus d’interventions de l’inattendu. Au bout de quelques heures, on tourne un peu en rond, alors même que le concept déploie des idées séduisantes. On apprécie, par exemple, ce besoin de coller à l’actualité pour survivre dans ce milieu impitoyable. Pas que cela nous réjouisse dans le réel, on est même très critique de cette caractéristique contre-productive, mais cela a au moins le mérite de démontrer, sommairement, quelques petites ficelles et de les rendre ludiques. Quel que soit le domaine de prédilection de votre chaine, il va falloir farfouiller, trouver le bon sujet dans une bibliothèque de choix. Et faire attention à ce qui a du succès ou non. Cette mécanique est bonne, mais bien vite ne propose plus trop de surprise. Aussi, le fait de gagner des points afin de s’offrir des nouvelles cartes de réaction trouve très vite une limite, celle d’un trop peu de possibilités. Dommage, et espérons que U-Play envisage une nouvelle itération avec, cette fois-ci, plus de contenu.

Malgré cette retenue, on a tout de même pris un certain plaisir, à peine coupable, sur Youtubers Life OMG!. C’est même assez fendard de participer à des soirées afin de soigner son image, de s’offrir du meilleur matériel, et de découvrir les commentaires impitoyables (peut-être trop polis, on aurait aimé se faire troller plus implacablement). Mais, là encore, on regrette que tout cela ne soit pas un chouïa plus poussé, avec les rapport aux autres youtubeurs par exemple. Car, croyez-nous, cette composante est primordiale dans cette drôle de sphère. Aussi, faites attention à ce que votre avatar ne sombre pas dans le burn out : il faut éviter de paraître au bout du rouleau, l’image que l’avatar communique est importante. On le voit, U-Play a pensé à plein de détails sympathiques (la gestion du copyright de la musique par exemple, grand moment de découverte), mais l’ensemble reste un peu trop gentil. Quid des vues achetées à des comptes du Bangladesh, par exemple ? On pourra aussi être rémunéré par des éditeurs, mais dans une sorte de positivisme assez étrange. Quant à la prise en mains de cette version Nintendo Switch, écrivons qu’on a déjà vu pire portage d’un jeu de gestion. Certes, l’utilisation du clavier virtuel est d’une lenteur accablante, et les minuscules boutons de la machine n’arrangent rien. Mais les menus sont clairs, et agréables à parcourir.

Terminons avec la technique de Youtubers Life OMG!. Nous vous conseillons fortement d’y jouer en mode nomade car, en docké, les textures deviennent très baveuses. Sur l’écran de la Nintendo Switch, c’est tout autre chose, et l’ensemble se fait assez correct, sans non plus éviter un petit rendu simpliste dans la direction artistique. Mais, globalement, c’est largement regardable. Par contre, petit carton jaune aux bruitages, qui pourront faire criser au bout de quelques temps. Les musiques, composées par Aurélie Raoût, ne déméritent pas, avec une tonalité globale plutôt douce, voire même jazzy. Quant à la durée de vie, elle est plutôt honnête, même si le manque de diversité de contenu pourra déranger de temps en temps. Comptez dix bonnes heures pour atteindre le stade de super star, et vous pourrez potentiellement vous lancer dans deux autres carrières, avec autant de temps de jeu.

Note : 13/20

Youtubers Life OMG! dépasse les attentes assez basses qu’on formulait à son encontre, et se révèle un jeu plus intéressant qu’il n’y paraît. On comprend assez vite le concept, même si le manque de contenu pourra se faire sentir, à peu près en milieu de carrière. Cependant, il faut souligner que U-Play n’est pas dans l’esprit de surfer sur la mode des youtubers, et propose un véritable soft de gestion, avec toutes les mécaniques que cela implique, en plus de celles typiques de ce métier si spécial. Aller, on pourra regretter que le studio reste tout de même assez gentil avec ce milieu, en ne permettant pas quelques pratiques plus que douteuses, comme l’achat de vues par exemple. En tout cas, on sort de cette expérience en espérant qu’une autre itération verra le jour. Ce qui est clairement bon signe.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *