[Critique] Mathieu Ganio vu par Michel Lidvac

Caractéristiques

  • Auteur : Michel Lidvac (photos) & Christian Dumais-Lvowski (préface)
  • Editeur : Le Quai/Michel de Maule
  • Date de sortie en librairies : 28 novembre 2018
  • Format numérique disponible : Non
  • Nombre de pages : 240
  • Prix : 49€
  • Acheter : Cliquez ici

A 35 ans à peine, Mathieu Ganio possède un répertoire de danseur étoile à faire pâlir d’envie bien des artistes. Le photographe Michel Lidvac l’a suivi depuis ses débuts de danseur à l’Opéra national de Paris et propose aujourd’hui ses meilleurs clichés à travers un très beau livre aux éditions Le Quai/Michel de Maule (Dîner chez Marlene, Lettre à l’autre…), Mathieu Ganio vu par Michel Lidvac, qui vient consacrer plus de 18 ans de carrière, dont 15 ans en temps que danseur étoile. Retour sur un parcours d’exception…

De Marseille à l’Opéra national de Paris, un parcours exceptionnel

Enfant de la balle, Mathieu Ganio est tombé dans la marmite de la danse très tôt : ses parents, Denis Ganio et Dominique Khalfouni, sont tous deux danseurs au Ballet national de Marseille, et il raconte volontiers que petit, il dansait dès que des notes de musique se faisaient entendre.

C’est ainsi qu’après avoir un temps hésité avec une carrière de chercheur en éthologie, il entre à l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris, après un cursus de sept ans à l’école nationale de Marseille. Il intègrera le corps de ballet de l’Opéra en 2001. En 2004, il est nommé danseur étoile de l’Opéra de Paris. Il a tout juste 20 ans et fait partie des plus jeunes à avoir obtenu ce grade tant convoité.

En 15 ans de carrière en tant qu’étoile, il a incarné une grande variété de rôles : beaucoup de jeunes premiers (les princes de La Belle au Bois Dormant, Giselle ou Le Lac des Cygnes), mais aussi des rôles plus sombres ou atypiques tels que Don Quichotte, Armand Duval de La Dame aux Camélias ou encore Des Grieux de L’histoire de Manon. Sans compter les premiers rôles de Proust ou les intermittences du cœur (2007), Dances at a Gathering (2014) chorégraphié par Jerome Robbins ou encore plusieurs ballets chorégraphié par George Balanchine.

Les multiples facettes de Mathieu Ganio

Mathieu Ganio vu par Michel Lidvac nous présente ainsi, dans l’ordre chronologique, ses différentes interprétations à l’Opéra national de Paris. Pas de texte au-delà de la préface de Christian Dumais-Llvowski, juste des photos en pleine ou double page, qui accrochent l’oeil et témoignent de l’immense talent de l’artiste. L’expressivité de la silhouette, des poses ou d’un saut ressortent clairement sur ces clichés pris sur le vif, de même que les talents d’acteurs du jeune homme, que l’on sent très investi dans ses rôles et capable d’interpréter un répertoire très large.

On retrouve sur le papier l’émotion ressentie lors des captations vidéo des spectacles, et l’on ne peut que saluer le magnifique travail de Michel Lidvac, photographe spécialisé dans la danse, qui a su capter ces instants fragiles, éphémères.

Un beau livre hommage pour les amoureux de danse

La reproduction des photographies est en tous points admirable : impression irréprochable, avec un très beau travail sur les couleurs. On retrouve toute la beauté de la lumière des spectacles de l’Opéra national de Paris. La reliure, solide, permet quant à elle de feuilleter le livre à l’envie sans crainte de l’abîmer.

Enfin, la sélection de photos pour chaque spectacle est pertinente, et permet d’avoir un aperçu représentatif des rôles de Mathieu Ganio et de la large palette que chacun d’eux implique.

Voilà donc un bien beau livre pour tous les admirateurs du danseur étoile, mais aussi pour tous les amoureux de danse. Un très bel écrin qui vient célébrer un parcours en évolution constante, qui n’a pas fini de nous surprendre…

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *