[Test] Killing Floor Double Feature : la VR s’invite dans la licence

Caractéristiques

    • PlayStation VR
  • Développeur : Tripwire Interactive
  • Editeur : Deep Silver
  • Date de sortie : 21 mai 2019
  • Acheter : Cliquez ici

Deux bons jeux pour le prix de même pas un

image test killing floor double feature
Les vagues d’ennemis sanguinolents sont toujours aussi nerveuses.

Sorti en 2017, Killing Floor 2 a su régaler les amateurs de FPS coopératifs, tendus et bien gores. On a aussi pu se rappeler que cette suite faisait renaître une licence débutée en 2009, par un premier soft certes imparfait, mais qui a su se trouver un public d’acharnés. D’ailleurs, sachez que le diptyque a vendu, jusqu’ici, plus d’un million d’exemplaire, ce n’est pas rien. Dix ans après, le studio de développement Tripwire Interactive, et l’éditeur Deep Silver (Saints Row The ThirdMetro Exodus) remettent le couvert, avec un programme alléchant. En effet, Killing Floor Double Feature propose le second épisode, accompagné d’un jeu totalement inédit, et réservé pour la réalité virtuelle : Killing Floor Incursion.

Revenons sur Killing Floor 2 de manière succincte. Si vous désirez de plus ample détails concernant cette suite, on vous redirige vers notre test complet que nous lui avons dédié. Nous avions titré, à l’époque, « le gore jouissif », et cela colle toujours aussi bien au soft de Tripwire Interactive. Rappelons que le jeu proposait un scénario pour le moins léger, afin de nous pousser à enchainer les arènes, et d’éviter de nous noyer sous les informations superflues. On y incarne un groupe de combattants, dont la mission est de se débarrasser des Zeds, des monstres créés par la Corporation Horzine. Un enrobage de type film bis, voire Z, que Killing Floor Incursion préserve avec pertinence. Dans le jeu en réalité virtuelle (PlayStation VR obligatoire, cela va sans dire), on incarne cette fois-ci un stagiaire de la Corporation Horzine. Ici, on découvre l’envers du décor, et les objectifs véritables de l’horrible entreprise, laquelle a décidément quelques point commun avec une certaine Umbrella Corp. Seul petit bémol : le jeu n’est pas sous-titré en français.

Killing Floor Double Feature se veut fun et dirigé vers les amateurs de cette culture un peu bis, bourrée de délires hautement sanguinolents, au point d’en devenir sciemment comiques. Mais que cette ambiance ne vous trompe pas : on fait face à deux FPS coopératifs plutôt exigeants, quand on y regarde de plus près. Bien sûr, Killing floor 2 l’est beaucoup plus que son petit frère. Rappelons que sa nervosité, doublée d’un concept de vagues d’ennemis parfaitement huilé, en fait un soft indéniablement agréable à maitrisé. Qu’en est-il pour Killing Floor Incursion ? Tout d’abord, rassurons sur un point : s’il ne s’agit pas d’un troisième épisode, Tripwire Interactive n’a pas non plus sous-traité l’exercice. Ainsi, on retrouve ce qui fait le sel de la série : une grande nervosité des commandes, un rythmé élevé. Et, surtout, une volonté rendre l’enchainement des victimes récompensante, avec un état second qui se déclenche pour encore mieux accompagner votre frénésie. On retrouve, donc, le gameplay survolté de la licence, mais avec un focus sur l’immersion.

L’expérience VR est validée !

image vr killing floor double feature
La licence réussit le passage à la réalité virtuelle.

Killing Floor Incursion est jouable uniquement au Playstation VR, et aux PlayStation Move. Bien entendu, la grande crainte était de voir cette itération partir dans tous les sens, et perdre de sa simplicité originelle. Il n’en est rien, et ce même si Tripwire Interactive a fait le choix d’exploiter les possibilités laissées par le casque de Sony Interactive Entertainment. Concrètement, vous allez avoir les deux mains régulièrement emmenées à réagir, pour ramasser des objets, ouvrir des portes, recharger l’une des armes. Et, ô miracle, sans que cela n’interfère avec les combats. Ainsi, ceux-ci restent au centre de l’expérience, même s’ils sont moins nombreux qu’auparavant, et peut-être un peu plus hachés. On sent que le studio de développement a voulu accorder aux joueurs des respirations, afin de s’amuser avec les possibilités de la VR. Aussi, l’usage de la lampe torche se fait plus présent qu’auparavant. Précisons aussi que l’aventure est jouable aussi bien en solo qu’en coopération, et que les deux solutions sont recommandables.

On se devait aussi d’être attentif à la qualité de l’accessibilité. Killing Floor Incursion est, décidément, surprenant dans pas mal de domaines, dont celui-ci. Les menus sont nickels, et l’on ne peut que saluer Tripwire Interactive pour avoir choisi de nous laisser décider de notre mode de déplacement. Ainsi, l’on peut avoir recours à la téléportation, mais aussi à la marche libre. Les joueurs qui pestent contre l’absence de sticks du PlayStation Move pourront, du coup, se sentir plus à leur aise, et ce n’est pas un luxe. Autre belle réussite : l’inventaire. On passe d’une arme à l’autre avec une belle fluidité, et ce sans trop de temps d’adaptation. Signalons enfin que la durée de vie de Killing Floor Double Feature s’avère assez impressionnante, du moins si vous accrochez au second épisode, lequel vous demandera des dizaines (voire plus d’une centaine) d’heures en coopération. Incursion, lui, se boucle en six heures.

Reste à aborder la qualité technique de Killing Floor Double Feature. Le constat est globalement le même pour Killing Floor 2 et Killing Floor Incursion : on apprécie grandement la direction artistique très typée cinéma bis, mais on regrette des textures un peu vieillottes. Pour l’épisode VR, on rajoutera qu’elles ont du mal à s’afficher, comme beaucoup d’autres jeux destinés au casque de Sony. Du moins, si vous jouez sur une PlayStation 4 standard, la Pro faisant étalage de ses quelques avancées. Globalement, la fluidité est plutôt bonne, sauf sur certains endroits en coopération, quand les vagues de Zeds se font plus massives. Enfin, on retrouve avec plaisir l’ambiance sonore bien rock, et les bruitages qui versent, avec délectation, dans l’outrance.

Note : 15/20

Killing Floor Double Feature propose deux jeu de belle qualité, pour le prix de même pas un. Killing Floor 2 reste ce FPS jouissif, avec un grand accent donné à la coopération. Quant à l’épisode Incursion, il va au-delà de nos attentes, en atteignant carrément le stade de l’expérience en réalité virtuelle solide, à tenter d’urgence si vous possédez un PlayStation VR. Voilà qui surprend, positivement, et c’est un sentiment bien agréable.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *