[Test] Saints Row The Third : du gros délire sur Nintendo Switch

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Volition
  • Editeur : Deep Silver
  • Date de sortie : 10 mai 2019
  • Acheter : Cliquez ici

L’open world dans ce qu’il a de plus extravagant

image test saints row the third the full package
Been there, done that.

Voilà une sortie qui ne nous rajeunit pas ! Car, entre nous, on a l’impression que c’était hier que l’on découvrait le fichtrement délirant Saints Row : The Third. En fait, il faut remonter à huit ans, en 2011, alors que la PlayStation 3 et la Xbox 360 étaient au cœur d’une bataille pour la domination de cette génération de consoles. Surtout, à côté, un certain GTA 5 tardait à sortir, après un quatrième épisode qui ne nous avait pas tout à fait convaincu, trop austère dans son atmosphère, et pas assez ample dans les possibilités. La licence Saints Row, développée par Volition, incarnait le côté insensé, over the top du genre open world, et cela nous apportait une véritable bouffée d’air frais. Voilà que le jeu sort, en 2019, sur Nintendo Switch. Bonne idée, ou rendez-vous trop tardif ?

Qui dit troisième opus dit univers déjà bien installé. C’est le cas avec Saints Row : The Third – The Full Package, mais l’on se doit de préciser que les nouveaux-venus ne doivent pas avoir peur de prendre le train en route. La licence cultive clairement un aspect comique totalement barré, et vous ne serez jamais perdu dans un scénario qui tiendrait trop compte des précédentes aventures de Johnny Gat. On retrouve donc ce dernier, devenu un véritable héros à travers Steelport, ville toujours aussi en proie aux gangster et au vice. Fort de ce succès, les Saints se lancent dans un braquage spectaculaire. Le problème, c’est que le banque appartient au Syndicat, société qui représente les intérêts surdimensionnés de la pègre locale. Voilà qui lance une guerre des gangs sans merci, avec des rebondissements complètement barges, et même de la science fiction volontairement grotesque.

Quel plaisir de retrouver Saints Row : The Third, avec cette édition Switch sous-titrée The Full Package ! Si l’on émettra, plus bas, une ou deux réserves, l’on ne peut que souligner le fun ressenti tout au long de cette expérience. Il est indéniable que le genre de l’open world s’est drastiquement dirigé vers des expériences de plus en plus sérieuses, jusqu’à aboutir du récent Red Dead Redemption 2. Si l’on a été passionné par le jeu de Rockstar, pour de multiples raisons, force est de constater que l’on a aussi ressenti le besoin de jeux plus légers, plus drôles aussi. Et là, on est servi, avec cette ambiance survoltée, complètement décomplexée, vulgaire à de nombreuses reprises mais ô combien réjouissante. Pouvoir s’y plonger en mode portable, sur Nintendo Switch, est un bonheur de tous les instants : on enchaine les missions aux objectifs de plus en plus abracadabrantesques, tout en se plaisant à maitriser une prise en mains aussi simple qu’efficace.

Généreux en tous points… sauf dans sa technique

image saints row the third
Un jeu toujours aussi barré…

Saints Row : The Third – The Full Package débute par la création d’un personnage. Dès ces premiers instants, on sent bien que l’expérience sera désopilante. Homme ou femme, obèse ou maigrichon, vous allez pouvoir incarner un avatar potentiellement unique, tant le créateur propose des possibilités nombreuses. Une générosité qui s’avère la marque de fabrique de cet épisode, dans presque tous les compartiments. Les missions, si elles utilisent des objectifs finalement assez rébarbatifs, profitent d’un emballage scénaristique qui parvient à imprimer un style bien particulier, lequel ne plaira peut-être pas aux coincés du derche, mais qui emportera clairement l’adhésion des gamers les plus en recherche de trips foufous. La conduite des véhicules reste permissives, ce qui ne fait qu’ajouter à la bonhommie de l’ensemble. Par contre, on note l’absence d’utilisation de la gyroscopie, regrettable pour celles et ceux qui apprécient cette technologie, ce qui n’est pas forcément notre cas. En l’occurrence, la visée se révèle précise, donc on digère facilement cette omission.

Par contre, on peut tout de même s’interroger quant à l’absence de véritables nouveaux contenus. Saints Row : The Third – The Full Package annonce la couleur : il s’agit clairement d’un simple portage de ce qui forme l’expérience complète du jeu. Ainsi, on retrouve les DLC GenkiBowl VII, Gangstas Space et Trouble With Clones, lesquels ajoutent à peu près quatre heure de jeu. D’ailleurs, la durée de vie est toujours aussi soumise à votre propension à vous plonger dans cette extravagante aventure. Si vous foncez en ligne droite, une vingtaine d’heures vous sera nécessaire. Seulement, vous passerez à côté de pas mal de choses. Si vous voulez tout voir, tablez plutôt sur une bonne quarantaine d’heures. Alors ne tirez pas au flanc : faire monter votre niveau de Respect ne se fera pas tout seul. Et pour ce faire il va falloir mener à bien une guerre de territoires, mais aussi des missions secondaires qui accouchent de situations parfois bien subversive : le jeu de Volition est une satire de la société américaine, et ne s’en cache pas. Notons aussi la possibilité d’y jouer en coopération, aussi bien en local qu’en ligne, mais cette possibilité reste pensée comme un petit bonus, rien de plus.

L’expérience est moins satisfaisante du côté de la technique. Volition et Deep Silver nous proposent Saints Row : The Third – The Full Package dans son état d’origine, qui n’était déjà pas bien fameux lors de sa sortie initiale. Si le résultat est plus supportable en nomade, l’expérience devient assez embarrassante en docké, avec des textures d’une faiblesse indéniable. Aussi, le jeu affiche parfois beaucoup d’éléments, d’animations à l’écran, ce qui se paie parfois par des baisses de framerate. Pas véritablement gênant quand on a bien compris l’ambiance du soft, mais on pouvait espérer que cette sortie corrige le tir. Enfin, on retrouve avec plaisir la bande originale, toujours divisée en huit stations de radio, lesquelles diffusent assez de variété pour satisfaire tous les goûts, du bon gros gangsta rap au coolos reggaeton. Quand aux dialogues, ils sont doublés avec soin en anglais, et les sous-titres français répondent présents au rendez-vous.

Note : 15/20

Alors que le genre de l’open world devient de plus en plus sérieux, parfois beaucoup trop, rejouer à Saints Row : The Third – The Full Package est une véritable bouffée d’air frais. On pourra fortement regretter que cette édition ne soit pas l’occasion de perfectionner la technique, laquelle est donc identique à celle affichée en 2011. Mais on a tellement apprécié de se replonger dans cette ambiance délirante que l’on pardonne cette paresse. Les DLC sont inclus dans le jeu, bien évidemment, ce qui allonge un peu la durée de vie, et nous rappelle à quel point Volition délirait complètement sur cette licence. On espère, d’ailleurs, que ce studio reviendra bientôt, avec un jeu inédit. Car il manque cruellement au paysage vidéoludique actuel.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *