[Critique] Wild Rose: Country Roads

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Tom Harper
  • Avec : Jessie Buckley, Julie Walters, Sophie Okonedo, Jamie Sives, Ashley Shelton
  • Distributeur : SND
  • Genre : Musical, Drame, Comédie
  • Nationalité : Grande-Bretagne
  • Durée : 101 minutes
  • Date de sortie : 17 Juillet 2019

A Star is Born…

Il y a un peu moins d’un an sortait en salles A Star is Born, avec le succès qu’on lui connait. Aujourd’hui, sort un film qui souffrira certainement de la comparaison : Wild Rose. Et pourtant, malgré quelques ressemblances, le résultat vaut bien mieux qu’une simple copie. À peine sortie de prison, et de retour au bercail auprès de ses deux enfants, Rose-Lynn n’a qu’une obsession : quitter Glasgow afin de devenir chanteuse de country à Nashville. Tiraillée entre sa passion et ses obligations de mère, la jeune femme va devoir faire des choix…

Alors oui, rien qu’au synopsis, on pourrait croire à un ersatz du long métrage avec Lady Gaga. Mais la comparaison s’arrête au fait que les deux personnages principaux veulent percer dans la musique. Le scénario de Nicole Taylor (habitué de séries comme Dracula, Indian Summers ou encore The White Queen) nous emmène sur d’autres chemins. Alors que Wild Rose pourrait tomber dans la facilité scénaristique, pour faire de Rose-Lynn une étoile montante, il n’en est presque rien. Mais on y reviendra. Rose-Lynn, à peine sortie de prison, veut vivre de sa passion, ambitionne de devenir une chanteuse de country. Sauf qu’à Glasgow (en Écosse, pas au Kentucky), ce n’est pas de tout repos et, surtout, voilà qui n’est pas l’endroit idéal pour ce genre de musique. De plus, elle doit renouer avec ses deux enfants, qu’elle a conçu avant ses dix-huit ans. Mais aussi avec sa propre mère qui les a gardé durant sa peine de prison d’un an. Autant dire que le chemin ne sera pas facile. Le cheminement est, quant à lui, bien construit. On sent que le personnage doit prendre ses responsabilités par rapport à sa famille, et cela s’avère plaisant. Les relations entre les différents personnages sont plus que fouillées, on y croit. Pour réussir, il va falloir que la chanteuse assume son histoire. Et quand, par chance, une mécène rentre dans le jeu. Il ne faudra pas croire que tout sera facile pour autant, le film récit réserve quelques épreuves. On regrettera seulement, une légère facilité scénaristique vers la fin, mais cela ne gâche en rien le voyage.

… Mais pas trop

image jessie buckley wild rose

En plus d’être une petite réussite du côté scénario, on sent que le réalisateur Tom Harper (La Dame en Noir 2  : L’Ange de la Mort) semble prendre plaisir à mettre en scène ce Wild Rose. Il peut se targuer de quelques bonnes idées visuelles, on pense surtout à une scène, quand Rose-Lynn fait le ménage tout en chantant. Il arrive à créer le décalage nécessaire, et amusant, entre Glasgow et la country. Il incorpore aussi un bon humour, via certains dialogues remarquablement ciselés. Aussi, les chansons choisis semblent pertinentes à l’histoire. Il est bien aidé par la photo George Steel, lequel donne un ton réaliste au film, sans trop en faire. Il faut aussi mentionner le montage qui, malgré une lenteur parfois assez naissante, ne comporte aucune véritable longueurs. D’ailleurs, notons que la durée est idéale pour ce genre d’œuvre.

Côté acteurs, Jessie Buckley (la série Chernobyl) est tout simplement parfaite dans le rôle de Rose-Lynn. Elle parvient aisément à passer d’une facette à une autre de son personnage, tout en démontrant une évolution remarquée. De plus, comme elle est chanteuse de base, sa prestation vocale est donc des plus excellente. Julie Walters (Le Retour de Mary Poppins, la saga Harry Potter) s’avère aussi très bonne dans le rôle de Marion, la mère de Rose-Lynn. Elle apporte le sérieux et l’émotion d’une belle façon. Le reste du casting n’est pas en reste, avec des prestations corrects de Sophie Okonedo (Hellboy), Jamie Sives et Ashley Shelton. Au final, Wild Rose se révèle une comédie dramatique et musicale efficace, prenante, amusante et émouvante. Les fans du genre seront conquis, les autres y trouveront aussi leur compte.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *