[Test] The Eyes of Ara : adaptation moyenne d’un bon jeu d’aventure

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • Mac
    • iOS
    • Android
    • PC
  • Développeur : 100 Stones Interactive
  • Editeur : 100 Stones Interactive
  • Date de sortie : 15/10/2019
  • Acheter : Cliquez ici

La Switch accueille un Myst-like de qualité, adapté moyennement

image gameplay the eyes of ara
L’arrivée au château figure parmi les bons moments du jeu.

Le jeu d’aventure est composé d’une myriade de sous-genres, parmi lesquels le Myst-like est l’un des plus intéressants. Paradoxalement, il s’avère aussi assez délaissé depuis quelques années, sans doute trop miné par un concept aussi simple qu’exigeant en terme de difficulté. C’est dans ce contexte qu’est né The Eyes of Ara, et cette sortie est des plus intéressantes. Tout d’abord parce qu’elle est l’œuvre d’un homme : Ben Droste, lequel s’est constitué son studio, 100 Stones Interactive. Mais aussi parce qu’il participe à une sorte de renaissance, du moins sur consoles.

Et quelle meilleure console que la dernière Nintendo en date pour accueillir un Myst-like ? La réponse trouve tout de même ses réponses puisque, auparavant, The Eyes of Ara est paru sur PC, Mac, iOS et Android. Ce tiercé gagnant propose, d’ailleurs, bien des softs du genre, et c’est bien normal : l’ergonomie de ces machines s’y prête particulièrement. La Switch les rejoint, mais on pouvait émettre de suite quelques craintes. Tout d’abord, du côté de l’univers, du récit. Développer un titre pour smartphone, ou pour PC, cela n’implique pas autant d’attentes que sur consoles. Pour ce qui est de l’histoire, le jeu se tient plutôt bien. Signalons de suite qu’il est intégralement sous-titré en français (oui, et ce pour toutes les notes trouvées ici ou là), un bon point. Le scénario ne fait pas dans le jamais-vu, mais il a le mérite de nous pousser à la découverte : il est question  d’un mystérieux château niché sur une île, abandonné depuis longtemps. Seulement, un signal perturbant s’est déclaré depuis quelques temps, et des événements étranges se multiplient. Du coup, notre avatar est dépêché sur place afin de mener l’enquête.

Si l’on ne joue pas à The Eyes of Ara pour la complexité de son récit, il faut tout de même souligner que l’ambiance créée par la simplicité de la problématique fonctionne parfaitement. On est de suite happé par l’atmosphère qui se dégage de ces lieux certes sans vie, mais pas dénué de vécu. De vécu, justement, il sera question quand vous allez passer des heures et des heures sur les énigmes proposées. Signalons ici qu’il s’agit de visiter des écrans fixes, dans lesquels indices, notes développant le background et casses-têtes cohabitent. Bien entendu, la caméra épouse une vue subjective, comme dans tout bon Myst-like. Cette version Nintendo Switch propose deux prises en mains : la classique, sur la tablette et tout en tactile. Ou en docké, à l’aide d’un seul Joycon. C’est ici que l’on peut trouver ce portage un peu décevant, car la meilleure solution reste le tactile, comme si le smartphone restait, malgré tout, la plateforme idéale pour ce soft. En docké, le pointeur du Joycon n’est pas toujours fluide, et peut même s’avérer d’une lenteur frappante. Du coup, on retourne en nomade, et ce même si l’on n’est pas fan du tactile. Car ce dernier reste le plus efficace : on fait glisser le doigt, et le décor défile plus ou moins à 360 degrés, avec un bon temps de réponse. Pourquoi ne pas avoir proposé une troisième voie, en portable mais avec les deux Joycon ? Nous n’avons pas la réponse, mystère et boule de gomme.

Une durée de vie très conséquente pour un jeu de ce genre

image test the eyes of ara
Les énigmes sont parfois difficiles.

Heureusement, c’est beaucoup mieux du côté du contenu, même si The Eyes of Ara ne propose rien de neuf dans ce domaine. Par contre, si vous découvrez le soft à l’occasion de cette sortie sur Switch, alors vous allez être impressionnés par l’ampleur de l’aventure. Les énigmes figurent parmi les plus intéressantes que le genre nous a proposé depuis longtemps. Elles sont toutes assez carabinées, mais restent logiques en toutes circonstances. On n’est pas dans un Monkey Island et ses casses-têtes capillotractés. Par contre, attendez-vous à parfois sécher totalement, et pas qu’un peu. Par exemple, votre humble serviteur s’est retrouvé honteusement coincé dès la toute première épreuve, juste après être entré dans le château. Après avoir galéré pendant quasiment une heure, et pressé par l’article que vous découvrez ici même, il a fallu avoir recours à une solution. C’est dire à quel point le challenge est d’un niveau élevé, surtout qu’il ne faut compter sur aucun système d’indice.

On pouvait craindre que la difficulté, certes non-rebutante mais très corsée, de The Eyes of Ara agisse comme un bon vieux cache-misère sur une durée de vie famélique. Résultat, ce n’est pas du tout le cas. On en est encore estomaqué : il vous faudra une grosse dizaine d’heures pour venir à bout de l’aventure. Et ce n’est pas tout. Rares sont les Myt-like qui ne perdent pas leur intérêt quand on évoque la rejouabilité. Et pourtant, le jeu de 100 Stones Interactive a l’audace de faire mentir le quasi-adage. S’il faudra chercher quelques collectibles dans les environnements, et un tableau caché par chapitre, c’est surtout le besoin de bien retourner tous les décors qui nous a charmé. Ce n’est qu’ainsi, en découvrant des objets cachés, que l’on connaitra tous les recoins secrets du récit, de ce bien étrange château.

The Eyes of Ara n’a certes pas réussit à pleinement tirer partie des spécificités de prise en mains de la Nintendo Switch, il faut tout de même signaler que c’est mieux côté technique. Sans être une méga-baffe (ni une simple claque), le jeu fait preuve d’une belle direction artistique. On apprécie les effets de lumière, les couleurs qui n’en font pas des tonnes dans le lugubre pourtant parfois de mise. Certes, on a encore un petit peu l’impression d’un jeu smartphone adapté à la console, surtout à propos de quelques textures moins détaillées que d’autres, mais cela reste tout à fait plaisant. Tout comme l’ambiance sonore, minimaliste, qui ne cherche jamais à nous noyer sous des thèmes moyennasses. On en entend peu, mais ils s’avèrent bien dans l’ambiance, pesants.

Note : 14/20

The Eyes of Ara est un bon Myst-like, qui fera certainement le bonheur des possesseurs de Nintendo Switch. Enfin, surtout s’ils n’ont pas déjà poncé le titre sur une autre machine, car le contenu reste le même. Seule nouveauté, la prise en main en docké se fait à l’aide d’un Joycon… mais se révèle maladroite. Reste qu’en nomade, avec le tactile, le soft demeure un jeu d’aventure aussi intéressant qu’exigeant. Ajoutez des énigmes difficiles mais toujours très logiques, des sous-titres en français, une durée de vie imposante, et vous obtenez une belle sortie.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *