article coup de coeur

[Test] Snack World – Mordus de Donjons Gold : Level-5 dans ses chaussons

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
  • Développeur : Level-5
  • Editeur : Nintendo
  • Date de sortie : 14 février 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Snack World ravira les amateurs de D-RPG

image gameplay snack world
Snack World : Mordus de Donjon Gold est assez mignon à regarder.

Que de chemin parcouru par Level-5 depuis Dark Cloud, son premier jeu paru fin 2000. Passé par le roi du RPG (Dragon Quest 8 et 9), acoquiné avec Ghibli (Ni No Kuni), très stakhanoviste dans la mise en place de licences fortes (citons Professeur Layton, Inazuma Eleven et Yo-Kai Watch), ce studio a clairement marqué de son empreinte l’industrie du jeu vidéo japonais. Dès lors, il est aisé de comprendre l’engouement que suscite chacune des sorties de ce développeur, même quand la dernière n’est autre qu’un portage d’un jeu déjà sorti sur Nintendo 3DS, en 2017 et uniquement au Pays du Soleil Levant. Peur de la paresse d’une telle expérience ? Rassurez-vous, Snack World : Mordus de Donjons Gold mérite toute votre attention.

Non, il n’y a pas que les férus de Donjon-RPG qui attendaient cette sortie avec impatience et curiosité. Si vous avez des enfants, des neveux ou autres, peut-être que le titre Snack World ne vous est pas totalement inconnu au bataillon : une adaptation en série animée est actuellement en cours de diffusion, en France, sur Canal J. D’ailleurs, entre nous, le résultat s’avère plutôt bon, et augure du meilleur quant à l’expérience vidéoludique sur laquelle il s’appuie. On y découvre un univers certes enfantin mais très décalé, signalé dès une chanson d’ouverture (entièrement interprétée en français) qui nous a fait halluciner. On a, depuis, une grosse envie de côtes de porc, allez savoir pourquoi.

Snack World : Mordus de Donjons Gold ne brille pourtant pas par son scénario. Sans que celui-ci ne soit détestable une seule seconde, écrivons qu’il manque un peu de liant, et de force narrative. En gros, on incarne un héros amnésique, qui va devoir sauver le royaume de Tutti Frutti sur lequel plane l’ombre menaçante du grand retour de Smörg, un dragon pas piqué des hannetons que le diabolique Sultan Vinaigre voudrait ressusciter. Le récit a un peu de mal à décoller, par contre cela ne signifie pas qu’on ne s’y attache pas. C’est ici qu’intervient ce qui sauve cette histoire de l’oubli : le ton humoristique, voire piquant, qui s’en dégage. Le cliché de l’aventurier sans mémoire, les acolytes un peu tordus (et aux noms de sauce), les noirs dessins nourris par les antagonistes : tout prête à sourire car tout se fait maitrisé. On se moque gentiment de certaines facilités scénaristiques, on joue avec les attentes inconscientes du joueur, c’est finalement plus fin qu’espéré. Et sachez que le tout est sous-titré dans un français parfait, qui sauvegarde tout l’humour du matériau de base. Bravo aux traducteurs.

Comme son titre l’indique, Snack World : Mordus de Donjons Gold est un Donjon-RPG. On rappelle que ce genre vous propulse aux commandes d’un personnage (ici entièrement personnalisable en début d’aventure) qui va devoir se lancer dans la découverte de dédales labyrinthiques, en général afin de ramener à la base de quoi faire avancer l’histoire, ou se perfectionner côté expérience et arsenal. Autour de cette construction, on fait intervenir une forte dose de loot, et l’on peut accompagner ça d’une vue subjective ou à la troisième personne, comme dans le cas qui nous intéresse ici. Il y a deux sortes de gens dans la vie : ceux qui apprécient ce concept, et ceux qui ne peuvent pas le sentir. Les premiers, dont nous faisons inconditionnellement partie, trouvent que la recette construit une addiction assez dingue, en mélangeant RPG et exploration (avec une carte qui se dévoile au fur et à mesure). Les autres noteront une saveur répétitive, ce qui n’est pas fondamentalement faux. Justement, la boucle de gameplay force les développeurs à imaginer des features aptes à nous cramponner à la console, et c’est aussi le cas dans le jeu de Level-5.

Level-5 signe un game design exemplaire

image test snack world
Le système de combat figure parmi les belles satisfactions.

Snack World : Mordus de Donjons Gold est un récital. On y trouve toutes les qualités que l’on peut attendre d’un jeu signé Level-5. Le game design s’avère d’une limpidité phénoménale : on digère la prise en mains très rapidement. L’arrière-gout intervient, lui aussi, dans les premiers instants : on se rend compte que le concept va demander de la maitrise. En effet, derrière l’agencement bicéphale (village pour se requinquer et trouver des missions, donjons pour combattre) se trouve un système de combat performant. Nos pérégrinations se déroulent en vue de dessus, et il est question d’atteindre un objectif (tuer tel monstre, tel nombre d’opposant etc). Afin de s’en sortir, on utilise une arme, et l’on porte des éléments défensifs. Le tout s’appelle Jaras, et il faudra les sélectionner avant de partir en mission (ou en trouvant une statue en cours d’exploration). On donne des coups normaux, mais aussi des chargés et des spéciaux, qui demandent touts deux un temps de recharge. Ah, et ils sont différents selon l’arme sélectionnée. Celle-ci est liée à une barre de stamina : si elle se vide, alors le personnage frappera très mollement. À vous, dès lors, d’en sélectionner une autre afin de la laisser se recharger mais attention : les ennemis ont tous des faiblesses et résistances selon l’arme utilisée. Et ils ont tendance à frapper fort, de surcroît.

Les combats de Snack World : Mordus de Donjons Gold sont étonnamment dynamiques, et même un peu difficiles dans un premier temps. On ne meurt pas trop souvent, ne soyez pas effrayés, mais un manque d’attention pourra être fatal, tout comme une absence de discernement dans les pré-requis demandés. Par exemple, si une mission annexe vous demande un niveau treize, n’espérez pas vous en tirer sans avoir atteint ce stade. Autre satisfaction, les fameux Snacks. Vous partirez à l’aventure avec un allié, qui vous suivra amicalement (et que l’on peut réanimer en cas de K.O), mais aussi des Snacks de poche, lesquels vous assureront encore d’autres bonus. Pour ce faire, il faut d’abord les capturer, ce qui est possible directement sur le terrain. Une fois un ennemi rossé, il se peut qu’il soit signalé comme possiblement capturable. Dès lors, se met en place un mini-jeu qui transforme l’écran en une sorte d’appareil photo dont le zoom et dézoom offre une zone de confirmation. Si vous déclenchez la photo au bon moment, c’est dans la poche et vous repartez avec un nouvel allié. On y voit évidemment de la collectionnite à la Pokémon, ce qui constitue un bon point.

Autre élément positif, Level-5 ne nous a pas pris pour des jambons (ou des côtes de porc) concernant le contenu. Il suffit d’ouvrir l’encyclopédie (ou Pix-e Pedia) pour obtenir des détails concernant les monstres combattus (plus de deux-cents), les jaras obtenus (cinq-cent-vingt-neuf, très exactement !), mais aussi les personnages croisés. On pourra aussi trouver des tickets de lotterie pour y participer, et des cartes à échanger contre des points spéciaux pour obtenir des objets rares. Snack World : Mordus de Donjons Gold va passionner les fans de jeux qui mettent en avant le « complétisme », à n’en pas douter. Beaucoup d’autres choses vont se débloquer par le biais des permis obtenus, lesquels ajoutent une application dans le Pix-e Pod, sorte de smartphone sur lequel on peut notamment admirer les cinématiques, modifier la carte du joueur (utile pour le multi), ou avoir accès à des tutoriels d’excellente facture. Level-5 a bien soigné toutes ces mécaniques, ce qui en fait un soft d’une efficacité indéniable.

Cependant, on ne peut pas passer à côté de quelques regrets. Si la durée de vie de Snack World : Mordus de Donjons Gold se fait solide (comptez une bonne grosse quarantaine d’heures pour presque tout voir), on ne peut que souligner une certaine répétitivité du concept, malheureusement mal combattue par des environnements qui peinent à se renouveler. Aussi, le level design fait pâle figure face à d’autres D-RPG, et même ceux qui sont sortis voilà longtemps (citons, par exemple, Chocobo’s Mystery Dungeon). Autre retenue, la technique fait un peu penser à de la Nintendo 3DS qu’on aurait rehaussée. Dans les faits, c’est mignon, coloré et hyper fluide, mais les effets font un peu cheap, tout comme le character design. Cela reste tout de même plaisant, visuellement. Côté musiques, cela manque de thèmes immédiatement reconnaissables, même si l’on adore le très whatthefuckesque générique du début.

Note : 16/20

Snack World : Mordus de Donjons Gold rejoint les rangs des belles réussites signées Level-5. Si l’on avait un peu peur de faire face à une adaptation d’un jeu 3DS trop léger en terme de contenu, la réalité nous a de suite rassuré : c’est du trip solide pour qui apprécie de passer du temps à viser le meilleur équipement possible. Bourré d’armes et d’armures dans tous les sens, habité par une capture de Snack sympathique, et très plaisant dans son système de combat, ce D-RPG est apte à séduire tout joueur qui entretient de bonnes relations avec ce genre. Bon, c’est pas tout mais on y retourne de ce pas.

8/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *