[Test] Railway Empire Nintendo Switch Edition : adaptation plaisante

Caractéristiques

    • Nintendo Switch
    • Xbox One
    • PlayStation 4
    • PC
  • Développeur : Gaming Minds Studios
  • Editeur : Kalypso Media
  • Date de sortie : 19 juin 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Railway Empire : Nintendo Switch Edition composte un bon ticket

image gameplay railway empire
Railway Empire : Nintendo Switch Edition vous propose de prendre part dans l’Histoire du chemin de fer.

Après la sortie de Tropico 6, et en attendant celle de Port Royale 4, Kalypso Media continue d’occuper une jolie place au sein des éditeurs qui bossent sur l’arrivée de jeux de gestion sur consoles. Voilà un genre qui, comme le 4X que nous avons abordé il y a peu, a de quoi provoquer des cauchemars chez n’importe quel game designer en charge d’exporter le concept du PC. Oui, il faut être près de l’écran pour bien capter les différentes informations, et ainsi agir avec toute la finesse demandée. Bingo, c’est justement l’une des nombreuses qualité de la Nintendo Switch, machine tout autant portable que de salon. Dès lors, la sortie de Railway Empire : Nintendo Switch Edition fait sens.

Sorti en 2018 sur PC, PlayStation 4 et Xbox One, Railway Empire a su s’adresser à une large gamme de joueurs : tout autant les passionnés de l’Histoire des chemins de fer que les novices en recherche d’une expérience aussi complète qu’aisée à aborder. On en prend les paris : ce sera toujours le cas avec cette édition destinée à la Nintendo Switch. Ici, on retrouve non pas vraiment un scénario, mais plutôt une situation. Celle-ci nous fait prendre la machine à remonter dans le temps, direction la grande révolution industrielle qu’a connu les États-Unis au début du dix-neuvième siècle. C’est dans plusieurs très larges domaines que vous allez devoir construire un véritable empire, le jeu n’a pas volé son titre. On ne parlera pas vraiment de scénario, mais d’un découpage en chapitres, lesquels nous seront contextualisés par un narrateur. Sachez d’ailleurs que les sous-titres sont disponibles en français, c’est une excellente chose.

Railway Empire : Nintendo Switch Edition est donc un jeu de gestion, mais pas des plus compliqués à prendre en mains, même s’il faudra tout de même digérer un certain nombre de mécaniques. Les développeurs de chez Gaming Minds Studio ont donc pensé à un tutoriel, bien leur en a pris. Il se déroule près de la ville d’Omaha, qu’il va falloir relier au chemin de fer pour en assurer un meilleur développement économique. C’est ici que l’on comprendra la logique du jeu, et elle s’avère imperturbable. Bien entendu, il va falloir penser avant tout à construire une gare, puis trouver une deuxième, une troisième, etc. Construire des rails ne sera pas la seule prérogative : il est aussi question d’acheter un certain nombre de locomotives, puis de les rentabiliser. Oui, le transport humain est florissant, mais tout ce qui est fret et courrier s’avère carrément de l’ordre du phénomène en pleine expansion.

Attention à la concurrence, parfois très accrocheuse

image test railway empire
Le jeu est sous-titré en français, contrairement à ce screen de l’éditeur.

Railway Empire : Nintendo Switch Edition propose assez de subtilités pour que le concept ne tombe pas trop vite dans la répétition forcenée. Tout d’abord, il faut faire bien évidemment attention au terrain à construire, son type, et son inclinaison. Vous allez très vite comprendre qu’il ne s’agit pas simplement de relier deux gares, mais aussi d’assurer un voyage en toute sécurité. Si vous n’avez pas calculé le passage dans un tunnel en fonction de la hauteur de votre locomotive, ce sont les voyageurs qui vont vite déchanter. Le jeu met à votre disposition toute une gamme de possibilités afin d’être de plus en plus efficace, comme l’agrandissement des gares, qui voient donc de plus en plus de trains passer par elles. Et ça, c’est bon pour les affaires.

Les affaires, justement, sont au centre de Railway Empire : Nintendo Switch Edition. Et vous le savez, le milieu n’était pas des plus amicaux. Les concurrents ne tarderont pas à pointer le bout de leur nez, et useront de tout un tas de stratagème machiavéliques (mais vraiment !) afin de vous rendre la vie impossible. Il va falloir souvent être au taquet et, quand votre santé financière le permettra (ce qui est assez rare), il sera même question de racheter des parts aux adversaires. On ne pourra pas non plus étendre notre main-mise sans un gros recrutement de personnel, et là vous allez comprendre à quel point tenir une grosse entreprise peut s’avérer terrifiant : payer tout ce beau monde va imposer une véritable marche en avant, et le moindre faux pas, le moindre retard, peut prendre des proportions catastrophiques. Au pire des cas, vous pourrez vous faire racheter, la roue tourne et la Bourse est là pour ça…

Côté durée de vie, Railway Empire : Nintendo Switch Edition s’avère plutôt généreux. La Campagne, les Scénarios, le mode Libre et le Bac à sable (se dernier se différencie de par les très nombreux paramétrages qu’il permet) assurent un nombre d’heure conséquent. On a aussi droit à trois extensions incluses : les Andes, les Grands Lacs et Mexico. C’est agréable, mais d’autres, sortis depuis 2018, manquent à l’appel. Dont la France, damned ! La technique, elle, fait vraiment dans le minimum syndical. On n’est donc pas dans le scandaleux, loin de là, par contre ça reste assez pauvre en terme de textures. Aussi, on remarque pas mal de crénelage, et les sous-titres se révèlent trop petits. Dommage, même si cela ne doit pas freiner les joueurs en quête de bons jeux de gestion sur Switch.

Note : 15/20

Si vous recherchez un bon jeu de gestion pour consoles, Railway Empire : Nintendo Switch Edition vous tend les bras. Le jeu parvient à rendre agréable un concept pourtant assez costaud, qui vous demandera de garder l’œil sur tout un tas d’éléments, et notamment une concurrence parfois totalement déloyale. On vous conseille de bien vous appliquer lors du tutoriel, et de ne surtout pas le zapper : la phase de prise en mains reste délicate, c’était à prévoir, mais elle se digère si l’on s’applique. Dommage, simplement, que l’aspect technique ne soit pas toujours à la hauteur, mais on est tout de même sur du soft solide.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *