[Test] Outward The Soroboreans : un DLC copieux

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Nine Dots Studio
  • Editeur : Deep Silver
  • Date de sortie : 7 juillet 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Outward : The Soroboreans, un DLC qui se justifie amplement

image test outward soroboreans
Outward : The Soroboreans ajoute une grande région à explorer.

Sorti en mars 2019, et vendu à plus de 400 000 exemplaires, Outward a su se faire sa communauté dans le monde pourtant très surchargé du jeu de survie. Rappelons que ce jeu, issu du studio Nine Dots (et édité par Deep Silver), s’est construit sur un mélange d’action-RPG et de codes issus de jeux comme Conan Exiles, lesquels ont connu une véritable mode depuis la sortie d’Ark Survival Evolved. Lors de notre test, nous avions relevé quelques qualités qui, clairement, dessinaient un potentiel. Mais aussi des regrets, notamment d’ordre technique pour la version destinées aux consoles, lesquels donnaient tout de même une saveur inachevée à l’ensemble. Plus d’un an plus tard, la sortie du premier DLC, The Soroboreans, est tout autant l’occasion d’en découvrir le contenu, que de vérifier l’état d’avancement du jeu.

Précisons de suite que ce test va avant tout se concentrer sur le contenu de The Soroboreans. Si vous désirez un test complet d’Outward, nous vous proposons de suivre ce lien. Il faut tout de même rappeler que le jeu mise avant tout sur ses mécaniques de gameplay, plus que sur son univers. Cela ne signifie pourtant pas qu’il ne faut rien en attendre, au contraire : on est ravi d’incarner un roturier et non un héros déjà-joué, et de manière générale le récit évite pas mal les clichés du genre. Nous avons pris le parti de refaire un avatar, afin de mieux savourer les nombreuses nouveautés de ce DLC, et l’on a été étrangement plus séduit par l’ambiance qu’auparavant. Pas que le jeu ait changé à ce niveau (d’ailleurs, il n’a pas beaucoup bougé non plus côté technique, même si l’on a croisé moins de bugs), mais on n’avait peut-être pas fait assez attention aux rapports entre les trois factions, qui induisent des développements parallèles plutôt plaisants.

Sachez ici que Outward : The Soroboreans n’est pas un DLC qui se débloque dès les premières minutes du jeu. Si vous découvrez ce dernier à l’occasion de la sortie de cette extension, il va falloir bucher quelques heures afin de rassembler non seulement les vivres nécessaires au voyage, mais aussi l’argent. Une fois tout cela rassemblé, il faudra aller retrouver le bon caravanier, lequel vous fera voyager jusqu’au fameux nouveau territoire. Et là, autant vous dire qu’on a été soufflé. Le monde d’Aurai était déjà grand, avec The Soroboreans c’est une énorme région qui s’ajoute, appelée le Plateau Antique. L’environnement est plutôt du genre mélancolique : il s’agit principalement de ruines d’une ancienne cité colossale. En plus de cela, on a droit à la plus grande ville du jeu. Vous imaginez bien que tout cela forme un terrain de jeu idéal pour l’exploration. On remarque un soin particulier apporté au level design, plus vertical que par le passé, avec des donjons (parfois un peu courts) qui s’étendent sous terre.

Nine Dots généreux en contenus

image jeu outward soroboreans
Les donjons vont vous demander pas mal de préparation.

Qui dit nouvelle contrée dit nouvelles données qui lui sont propres, sinon c’est la débandade. Décidément, Outward : The Soroboreans est un DLC soigné, car effectivement le Plateau Antique s’accompagne non seulement de nouveaux ennemis, mais de tout un tas de nouveaux contenus. Signalons ici que le jeu a connu quand même pas mal de petites réparations avant la sortie de cette extension, voire même des nouveautés. Par exemple, un nouveau mode de difficulté intitulé Permadeath qui, comme son nom l’indique, rend la mort de votre avatar définitive. On a aussi remarqué un meilleur système autour des coffres, plus clair. Mais ici, on va beaucoup plus loin. Tout d’abord, cette nouvelle région implique un nouveau fléau : la Corruption. Telle un Coronavirus bien énervé, que l’on peut attraper notamment en se nourrissant (eh non, pas de pangolin), cette maladie s’insinue dans votre avatar, et pour le soigner il va falloir s’accrocher. Pire, ce mal évolue, atteint plusieurs stades et peut avoir des conséquences directes sur les capacités de l’avatar. Alors faites bien attention de toujours avoir les bonnes potions dans le fameux sac à dos : le maitre mot reste bel et bien la préparation, ne vous précipitez pas.

Outward : The Soroboreans ne s’est pas contenté de nous proposer un nouveau moyen de faire mourir notre personnage dans d’atroces souffrances (la faim, le froid, lé déshydratation etc, c’était déjà bien corsé). Nine Dots a de la suite dans les idées, et le prouve en lançant deux nouvelles classes. Et l’une d’entre elles, tenez-vous bien, compose justement avec la Corruption. Il est ici question du Hex Mage, dont l’arbre de skill offre un choix assez cornélien entre le pouvoir de maudire par le biais de sorts, et la manipulation de cette fameuse maladie. Soyons clairs, c’est cette seconde option qui nous parait la plus efficace, surtout à haut niveau et ce même si cela expose l’avatar à quelques dangers inhérents à cette maitrise. L’autre nouvelle classe, c’est le Speedster, et là encore il a de quoi séduire. Comme son nom l’indique, voilà de quoi mettre en avant la rapidité, et ce sera très utile contre les golems du Plateau antique. Leur caractère basé sur la vitesse, notamment de récupération des skills, fait que l’on pourra tout autant l’apprécier au corps-à-corps qu’à distance.

D’ailleurs, le Speedster est on ne peut plus conseillé pour qui voudrait profiter à fond du nouveau type d’arme : les Gantelets. Là, on est clairement dans de l’arme de corps-à-corps, très puissante dès qu’on commence à réellement enchainer. Par contre, il y a un double tranchant : cela force évidemment le contact, et comme le jeu reste quand même sacrément difficile, il va falloir réellement sous-peser votre choix. Enfin, toujours côté nouveautés, on est assez impressionné par le nouveau système d’enchantement. Pas qu’il soit hyper original, non, mais il implique réellement une nouvelle approche de l’équipement. On pourra donc ajouter des bonus aux armes et pièces d’armures, mais uniquement après avoir payé un sacré prix, et tout en jouant un peu à la loterie, et ce même après avoir trouvé les recettes. À l’heure où nous écrivons ces lignes, on n’a pas encore totalement exploré toutes les possibilités de cette mécanique, elle reste un peu mystérieuse sur certains aspects, cependant on se doit d’en souligner l’utilité.

Note : 14/20

Eh oui, cette extension récolte une note supérieure au jeu de base, c’est assez rare pour être souligné. Outward : The Soroboreans a été l’occasion non seulement de découvrir beaucoup de nouveaux contenus, dont une grande région et de nouvelles classes, mais aussi de vérifier la bonne tenue du soft dans sa globalité. Il s’agit de ce genre d’expérience qui mérite sans doute qu’on y revienne, qu’on expérimente non pas sur un run mais plusieurs. Cette réalité nous a frappé, et c’est aussi grâce à la générosité des développeurs de Nine Dots, qui livrent donc un DLC justifiant amplement qu’on revienne fouler le sol d’Aurai. Du coup, on est impatient de savoir ce que le studio nous réserve pour la suite, cette extension étant annoncée comme la première…

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *