[Test] Skater XL : il mise tout sur les sensations

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • PC
  • Développeur : Easy Day Studios
  • Editeur : Easy Day Studios
  • Date de sortie : 28 juillet 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Skater XL propose un gameplay qui fait la différence

image gameplay skater xl
Skater XL propose des environnements intéressants à exploiter.

Si la précédente décennie est carrément blanche en terme de jeux de skateboard, ce genre reste tout de même très populaire dans le milieu du jeu vidéo. Depuis longtemps, on pourra revenir jusqu’à California Games pour ce que l’on connait, cette pratique urbaine fait preuve d’un véritable potentiel de gameplay. Tony Hawk’s, en 1999, a fait l’effet d’une bombe, et la licence a vendu des dizaines de millions d’exemplaires. Par la suite, on a été soufflé par la série des Skate, qui reviendra bientôt avec un quatrième épisode. En attendant, Easy Day Studios occupe le terrain avec un Skater XL qui, on va le voir, tente des choses intéressantes côté gameplay, mais nous laisse des regrets dans son contenu.

Première constatation : Skater XL ne fait pas dans l’emballage généreux. Aujourd’hui, les simulations sportives comme FIFA, NBA 2K, F1, essaient de trouver le bon équilibre entre la scénarisation d’une carrière et les modes plus classiques. Parfois ça fonctionne, comme chez Codemasters, parfois c’est un échec, n’est-ce pas Electronic Arts. Mais la tendance est clairement à l’envie de donner au moins un contexte. Ici, ce n’est pas le cas. Après un court tutoriel, le jeu de Easy Day Studios nous lâche devant une école dont le panneau lumineux nous indique que c’est les vacances, et d’une durée indéterminée. Vous n’aurez rien d’autre de ce côté, et pour trouver un peu de matière il va falloir aller dans le Discord officiel du titre, où la communauté est étonnamment active, avec des webzines créés de toute pièce et des tonnes de replays impressionnants. Mieux que rien, mais c’est clairement trop juste en 2020.

Si Skater XL ne propose pas de contexte pour le mode Carrière, c’est parce que celui-ci est tout bonnement absent. C’est là notre principal regret : le jeu est d’un sec absolu, et se concentre sur la quête de la maitrise. Non, vous n’aurez pas d’objectifs principaux ou annexes. Au sein des cinq environnements qui vont sont proposés, qui nous plaisent de par l’agencement réaliste des zones à tricks, votre seul but est de travailler vos figures, vos enchainements, afin de pouvoir zoner avec classe et fluidité. C’est certes le genre d’objectif qui pourra plaire aux passionnés, mais les autres auront évidemment une impression de vide qui se déclarera assez rapidement. Heureusement, on a tout de même une courbe d’apprentissage importante, bien accompagnée par des challenges nombreux, et spécifiques à chacune des maps. C’est plutôt bien vu pour le coup, car cela vous permet d’aborder les points de difficulté de ces territoires, et de bien les assimiler. Mais quand même, on n’aurait pas dit non à au moins un mode multijoueur, quelque chose qui donne un peu de peps. Cependant, il faut savoir que Easy Day Studios a prévu plusieurs mises à jour de contenu, non seulement pour du multi, mais aussi d’autres choses. Croisons les doigts pour les mods, qui font beaucoup de bien au soft sur PC…

Côté contenu, ce n’est pas la joie

image test skater xl
Gardez votre sang froid !

Skater XL n’est pas le genre de jeu qui tente d’en mettre plein la vue, et ce n’est pas la création de personnage, ni la personnalisation (surtout axée sur les planches, et beaucoup moins sur les fringues) qui viendra assurer le contraire. Signalons tout de même qu’on a droit à des skins de pros renommés : Brandon Westgate, Tiago Lemos, Evan Smith et Tom Asta. C’est peu, mais on s’en contente. Par contre, on a vraiment apprécié les sensations qui s’en dégagent. Le principe de la prise en mains est simple, mais courageuse. Oubliez les tricks délirants, ici on est dans de la simulation. Et, pour suivre au mieux les besoins du skater en terme d’équilibre, de physique, les développeurs ont pensé à un principe qui peut être résumé à « un pied, un stick ». Pied gauche, stick gauche. Pied droit, stick droit. Ollie, nollie, et autres 360 degrés se sortent donc en prenant en compte le fait d’utiliser chaque pied indépendamment, et c’est une véritable bonne idée, qui devrait faire date chez les amateurs de skate. Ainsi, oubliez les trop simples combinaisons de boutons : ici c’est bien la logique du mouvement qui domine. Cela vous prendra au dépourvu au début, c’est certain (tout comme l’absence de maitrise de la caméra), mais la logique et le fond derrière cette prise en mains sont d’une limpidité à toute épreuve. Cela demande une précision et des réflexes jouissifs, et les tricks font donc appel autant à votre créativité qu’à votre skill. Garder une bonne orientation des sticks, sur des enchainements de difficultés, va autant vous demander de la concentration que vous donner l’impression d’avoir accompli un exploit.

Skater XL est donc un plaisir à jouer, mais il perd indéniablement en confort avec la technique. Là, par contre, on est bien moins positif. Les textures sont très pauvres, les environnements manquent d’animation, de vie, et l’on a même croisé des baisses de framerate. Les collisions peuvent aussi parfois avoir l’air approximatives, ce qui se vérifie avec les replays qui nous montrent certaines insuffisances du moteur physique. Enfin, on sait que la bande originale d’un jeu de skate est toujours très surveillée par les fans, et elle est ici plutôt soignée, même si l’on regrette un nombre de morceau trop limité. Une boucle musicale d’une heure suffira tout de même en l’état, mais si les modes de jeu arrivent enfin il va falloir revoir ça à la hausse. Voilà qui nous donne l’impression que l’early access n’est pas encore totalement terminée, et c’est bien dommage.

Note : 12/20

Skater XL peut se targuer d’offrir un gameplay des plus plaisants, pour qui aime le skateboard. Le principe du pied rattaché à un stick vous demandera un investissement en début d’expérience, mais devient très vite une évidence d’une grande efficacité. Seulement voilà, le jeu oublie tout le reste. Pour l’instant, il n’existe pas de modes à proprement parler, le contenu se résume (jusqu’aux prochaines mises à jour) à des challenges, et à l’enchainement parfait à immortaliser grâce au replay. Le titre va certainement gagner en enrobage dans les semaines à venir, on pourra donc conseiller de prendre votre mal en patience.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *