[Test] Ben 10 La Chasse Aux Pouvoirs : des idées mais brouillon

Caractéristiques

    • PlayStation 4
    • Xbox One
    • Nintendo Switch
    • PC
  • Développeur : PHL Collective
  • Editeur : Outright Games
  • Date de sortie : 9 octobre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Ben 10 oui, mais dans un monde ouvert

image test ben 10

Cela fait plusieurs mois que nous suivons attentivement l’activité de l’éditeur Outright Games. Et ce pour une bonne raison : après un regain de vigueur grâce à la Wii, les jeux destinés aux enfants se font de plus en plus rares, voire carrément inexistants sur la génération qui s’apprête à tirer sa révérence. L’industrie s’est clairement tourné vers l’adolescent et l’adulte, de plus la communication actuelle tend à uniformiser les goûts et les couleurs, seulement nul doute qu’un parent responsable ne pourra pas livrer à son gamin ne serait-ce même qu’un Spider-Man, ou un Ratchet and Clank, bien trop compliqués pour un bambin de cinq ou six ans. C’est ici qu’Outright Games débarque, avec des softs issus de licences bien connues des plus petits. L’Âge de Glace, Gigantosaurus, Pat’ Patrouille, et c’est au tour de Ben 10 : La Chasse Aux Pouvoirs de rejoindre le rang des sorties effectives.

Tout d’abord, il faut savoir que Ben 10 : La Chasse Aux Pouvoirs ne s’inscrit pas dans une adaptation d’un scénario précis. Il ne s’agit donc pas de revivre un épisode en particulier, ou une saison, mais un récit totalement inédit. Celui-ci saura parler aux fans du dessin animé, auxquels le soft est clairement destiné entendons-nous bien. Ben et sa famille sont en vacances en Europe, avec leur camping car. Lors de leurs pérégrinations, le grand vilain Hex apparaît et, comme tout grand méchant, nous informe que son plan diabolique est en marche. Il est en quête de cristaux mystérieux, qui lui permettront d’engranger le pouvoir nécessaire afin de dominer les débats. Bon, on a aussi droit à des quêtes annexes pas hyper écrites (comme retrouver un chat perdu), surtout prétextes et carrément Fedex, mais globalement l’univers est respecté. Les sous-titres sont assurés en français, mais sans trop d’efforts sur la syntaxe. Cela reste une bonne chose.

Les développeurs de chez PHL Collective ont cherché à ne surtout pas se complaire dans une adaptation simpliste. Du coup, c’est avec un étonnement positif que l’on a découvert Ben 10 : La Chasse Aux Pouvoirs est un open world. Oui, vous avez bien lu, un monde ouvert pour les petits, et c’est une sympathique intention. Le studio connait déjà bien cet univers, on s’attendait donc à une certaine solidité dans les mécaniques, et l’utilisation des spécificités scénaristiques. C’est bien le cas : on incarne certes Ben mais, au fur et à mesure, on découvre les autres formes du héros. Toutes ont leurs spécificités sur le terrain : l’un peut escalader sur des endroits prédéfinis, l’autre utilise la glace pour surfer dans les airs sur une certaine distance, celui-ci peut se déplacer à très grande vitesse, celui-là surfe sur les lignes à haute tension, etc. Les transformations se révèlent nombreuses, et permettent d’atteindre des endroits auparavant impensables. Un petit côté Metroidvania donc, et cela nous plait. Dommage, simplement, que la roue des choix de forme ne soit pas pensée pour accueillir toutes les formes. Il faudra donc passer par un menu, de temps en temps.

Un jeu courageux, mais techniquement insuffisant

image jeu ben 10

Ben 10 : La Chasse Aux Pouvoirs est un monde ouvert qu’un habitué qualifiera de très classique, mais il pourra tout à fait convenir pour sa cible. Cette dernière y trouvera assez de ce sentiment de liberté que l’on recherche dans un open world, même si le gamer se rendra tout de même compte que tout est un peu découpé à la truelle. Les objectifs nous mènent vers des phases dans une autre dimension, et c’est ici que certaines épreuves apportent un peu de challenge nécessaire pour ne pas non plus provoquer l’ennui. On a aussi droit à tout un tas de mécaniques usitées par le monde ouvert : des tonnes de choses à trouver, des endroits à farfouiller, et même des phases de pure plateforme assez efficaces. On gagne ainsi des objets à consommer, on perfectionne les différentes transformations dans leurs caractéristiques (santé, puissance et chance), ce qui apporte un léger côté RPG toujours bienvenu. Par contre, le système de combat ne brille pas par son sens de la patate. Les coups sont mous du genou, ça manque clairement d’impact.

Ben 10 : La Chasse Aux Pouvoirs propose un contenu somme toute plus que correct pour un jeu à destination d’un jeune public. L’aventure principale se termine assez rapidement, il faudra une poignée d’heures pour en voir la fin, par contre les à-côtés se font très nombreux. La map, que l’on aurait apprécié plus lisible soit écrit en passant, se garnie de points d’intérêt quand on paie les cartes au trésors au magasin, évidemment grâce à la monnaie ingame. Le 100% se fait plus ardu que ce qu’on pouvait imaginer, c’est une satisfaction. Par contre, le soft est techniquement décevant. Si la direction artistique respecte bien le style de la licence, on a croisé beaucoup trop de bugs pour ne pas les relever. Dont un qui nous a poussé à redémarrer une partie : un script ne s’étant pas lancé, impossible de continuer l’aventure. C’est dommage, et l’on espère que des mises à jour répareront tout ça.

Note : 12/20

Ben 10 : La Chasse Aux Pouvoirs pourra plaire à sa cible, et c’est bien tout ce qui compte. Bien entendu, si vous êtes un joueur expérimenté, passez votre chemin, cette expérience n’est pas faite pour vous (et retirez quelques points à la note). Cependant, on doit tout de même signaler qu’il fallait du courage pour se lancer dans un open world, et le résultat se fait assez sympathique pour que l’on puisse le recommander à de petits novices. On regrette tout de même une technique qui mérite un coup de polish, et des combats assez mous. Mais les fans de transformations s’y retrouveront, et ils pourront s’amuser pendant un bon nombre d’heures grâce à un contenu plus solide qu’espéré.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

6/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *