[Test Express] Overcooked All You Can Eat : un repas copieux

Caractéristiques

    • PlayStation 5
    • Xbox Series X/S
  • Développeur : Ghost Town Games
  • Editeur : Team 17
  • Date de sortie : 12 novembre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Overcooked en mode menu plus que complet

image test overcooked all you can eat

Paru en 2016, le tout premier Overcooked a su ravir aussi bien les joueurs que la presse. Il faut bien dire que le concept, architecturé par Ghost Town Games (studio de développement créé par deux anciens de chez Frontier), embarquait plusieurs qualités qui ne pouvaient faire que mouche à notre époque. Un party game au rythme frénétique, à la prise en main très efficace, tout cela empreint d’une ambiance très culinaire, voilà qui a rassemblé bien des passions. Suivi de DLC et d’une suite, le soft a donc su marquer, au point que cette série a même été l’une des premières sorties disponibles de la PlayStation 5 et de la Xbox Series.

Overcooked! All You Can Eat peut attirer l’attention de différentes cibles. Tout d’abord, les fans absolus de la licence peuvent se rassurer : il ne s’agit pas d’une « simple » compilation. Non, cette édition embarque aussi toute une flopée de nouveaux niveaux inclus dans un contenu intitulé The Peckish Rises, avec au passage trois avatars totalement inédits. Les levels ici disponibles sont parfois particulièrement vicieux, ils se destinent clairement aux joueurs qui maitrisent le gameplay. L’occasion, d’ailleurs, de rappeler ici que le challenge se fait parfois très élevé, surtout dans le deuxième moitié du second épisode. Autre ajout, on peut enfin compter sur un mode multijoueur sur le premier épisode. Enfin, toujours au chapitre des nouveautés, la technique augmente la température du four pour atteindre le fameux duo formé par la 4K et le 60 fps.

Une durée de vie très copieuse

image gameplay overcooked all you can eat

L’autre public évidemment visé est le nouveau venu, l’aventurier qui découvrira la licence à cette occasion. Ceux-ci vont certainement halluciner devant un tel contenu : ce sont des centaines et des centaines de niveaux qui sont proposés, entre les deux jeux et leurs DLC évidemment intégrés gratuitement. Overcooked! All You Can Eat s’applique à sauvegarder le gameplay qui a fait sa réussite. Il ne faut pas s’attendre, ici, à de nouvelles mécaniques. On retrouve donc le principe d’origine : dans une cuisine, plongée parfois dans des environnements rajoutant de l’adversité, il va falloir utiliser les deux chefs à bon escient afin de préparer les plats qui vont sont commandés. On est toujours aussi séduit par cette prise en mains hyper réjouissante, et bien aidé par une limpidité des différents éléments.

Mis sous tension par le timer, le cuisinier-gamer devra se surpasser afin d’obtenir de bons pourboires. C’est déjà très prenant, mais sachez en plus que les jeux contenus dans Overcooked! All You Can Eat embarque des modes scénarisés, et sous-titrés en français. Alors certes, il ne faut pas attendre grand chose de ces histoires volontairement légères, mais on apprécie cet effort qui donne l’impression d’un principe se justifiant autrement que par son idée de gameplay. De plus, on a aussi l’occasion de se confronter à d’autres cuistots à travers le monde grâce à l’Arcade online. Voilà, donc, qui assure à la fois du fun, du challenge, et une durée de vie très solide. Ajoutons, pour terminer, que les développeurs ont pensé à ajouter des options d’accessibilité très bien vues, comme un mode spécialement conçu pour les daltoniens. Et comme la direction artistique, délicieuse en tous points, pétille de couleurs, on en comprend rapidement l’intérêt. On pourra simplement regretter l’absence d’une utilisation des spécificités de la DualSense, on pense évidemment à ses vibrations haptiques.

Note : 15/20

Overcooked! All You Can Eat est une bien bonne compilation, et même exemplaire : elle est non seulement complète, mais en plus elle embarque de belles nouveautés. La base de la licence, cette prise en mains rapide complétée d’un challenge de plus en plus élevé,  est évidemment respectée, avec notamment l’ajout d’un mode multijoueur pour le premier soft. Et sachez que la durée de vie se fait carrément folle, avec des centaines de niveaux et une soixantaine de chefs à débloquer. Voilà qui va vous rassasier, pour sûr.

Auteur

  • Mickaël Barbato est un journaliste culturel spécialisé dans le cinéma (cursus de scénariste au CLCF) et plus particulièrement le cinéma de genre, jeux vidéos, littérature. Il rejoint Culturellement Vôtre en décembre 2015. Manque clairement de sommeil.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *