[Test] Five Nights At Freddy’s VR Help Wanted : la flippe généreuse

Caractéristiques

    • PlayStation 4
  • Développeur : Steel Wool Studios
  • Editeur : Maximum Games
  • Date de sortie : 15 décembre 2020
  • Acheter : Cliquez ici

Five Nights At Freddy’s n’en finit plus de nous terrifier

image test five nights freddy's vr

Il y a parfois de véritables phénomènes dont on a du mal à capter l’ampleur, et la licence Five Nights At Freddy’s est clairement de ceux-ci. Paru en 2014, le premier épisode a immédiatement cartonné, du moins chez les amateurs de survival horror qui apprécient les concepts courageux. Loin, très loin des sentiers battus, Scott Cawthon s’est démené pour mettre en place un univers qui, s’il ne paie de mine au premier abord, n’a pas son pareil pour nous faire sursauter, voire même pour provoquer des hurlements stridents au cœur de la nuit. Oui, ça sent le vécu. Désormais dans une structure appelée Scottgames, même si cette version est signée Steel Wool Studios, le développeur a su mener sa série de main de maître, notamment en multipliant les suites justifiées (sept opus canoniques, et quatre spin-off, tout de même) et même en lançant des novélisations et même dans une adaptation au cinéma jusqu’ici prévue pour 2021. Bref, on ne parle pas du petit succès un peu overhypé…

L’itération que l’on aborde ici, Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted (distribuée en version physique par Just For Games), est en fait une sorte de compilation des quelques uns des softs, cinq pour être plus précis. Comprendre par là qu’on en retrouve les mini-jeux, mais aussi l’ambiance. Si vous découvrez la licence avec ce titre, sachez tout de même que l’univers sera sans doute un poil moins mystérieux que dans les softs d’origine, lesquels sont d’ailleurs parus dans une Core Collection (disponible elle aussi en support physique, quelle bonne nouvelle !). L’histoire n’a jamais été clairement narrée dans cette série, mais bien des mystères pointent le bout de leur nez, ici peut-être avec un peu moins de finesse qu’en 2014. Mais tout de même, on reste troublé par les quelques indices concernant les arrières-pensées de Freddy et ses comparses animatroniques (Bonnie, Chica, Foxy, Springtrap, The Mangle, Funtime Foxy et Circus Baby, gros casting). On ne vous en dit pas plus, car l’écriture nous semble faite pour que le joueur la découvre à sa manière. Sachez simplement que les sous-titres français sont de la partie, malheureusement parfois touchés par un bug qui les accélère étrangement.

Dans Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted, il y a « VR », vous l’aurez remarqué. Oui, Scottgames s’est attelé à adapter les différents mini-jeux à la réalité virtuelle. L’expérience toute entière se tourne vers elle, et ce dès les premières secondes avec ce passage par un manège nous rappelant le contexte. Cependant, on doit aussi prévenir que, si vous ne possédez pas le casque PlayStation VR, vous pourrez tout de même lancer le soft. C’est une très bonne chose pour tout un public n’ayant peut-être pas les moyens immédiat pour investir dans ce matériel, même si le résultat se fera évidemment bien moins saisissant. Aussi, sachez que le gameplay à la manette n’est vraiment pas des plus adaptés, les PlayStation Move offrent bien plus de précision dans les différentes manipulations. Autre petit bémol : l’ergonomie des menus fait aussi frémir, mais pas pour les mêmes raisons. C’est un peu le bordel, écrivons-le tout de go, et il vous faudra de nombreuses parties pour bien tout capter.

Du jump scare en veux-tu, en voilà !

image jeu five nights freddy's vr

Ne vous inquiétez pas, il ne vous faudra tout de même pas un master en jeux vidéo pour lancer le premier mini-jeu. Celui-ci vous place dans la peau du gardien de nuit du fameux fast food, et le but sera de survivre pendant le temps d’une nuit, résumée en cinq minutes que vous allez sentir passer. Exploit qu’il faudra répéter plusieurs fois, avec une difficulté croissante bien entendu. L’avatar est immobile, comme dans tous les autres chapitres du jeu. Sachez, donc, que Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted ne vous vaudra jamais ne serait-ce que le début d’une nausée, un très bon point. Assis devant les caméras de surveillance, le but est alors de passer d’un point de vue à l’autre afin d’épier la moindre menace qui pourrait surgir à l’une des deux portes du bureau. En effet, vous pouvez fermer les portes, allumer les lumières : ce sont vos deux armes pour essayer de garder un minimum d’honneur et ne pas flipper comme jamais. On vous prévient : la moindre inattention, que ce soit à l’écran ou au casque (quel gros travail sur le sound design !), et c’est le jump scare assuré. Et ne pensez pas simplement tout fermer et allumer l’intégralité des spots indéfiniment : l’énergie n’est pas illimitée, d’où le besoin de gérer son utilisation uniquement quand vous sentez que la menace mortelle s’approche. Gloups.

Les autres jeux contenus dans Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted ajoutent des mécaniques, comme l’utilisation d’un masque pour se faire passer pour un animatronique, ou une activité de réparation par le biais d’un boitier très sensible. Cela solidifie encore un peu plus le challenge, qui se fait parfois très tendu, surtout sous la pression des sursauts de plus en plus terrifiants. Si vous vous inquiétez quant à la répétitivité de la chose, on vous rassure : le renouvellement est constant, et cela va même jusqu’à un total changement avec deux autres jeux, eux tout droit adaptés du quatrième opus (le plus effrayant, en tout cas pour votre humble serviteur). Là, on quitte la peau du vigile pour rejoindre celle d’un tout jeune enfant, dans la pénombre de sa maison. Une simple lampe torche pour survivre, et un véritable cache-cache cauchemardesque se met en place, avec des déplacements par téléportation. Et des sensations différentes selon le monstre qui hante l’endroit, vous forçant à toujours rester très prudents, observateurs, à vous cacher plus que de raison dans les endroits prévus à cet effet. Tout cela, toujours, pour tenter de voir l’aube en vie.

Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted peut aussi compter sur une très bonne durée de vie, avec ce qu’il faut d’éléments à dénicher. Et du genre intéressants : des cassettes audios malicieuses nous exposant la création du jeu (romancée pour vous faire frémir), ou encore des Faz-Tokens à dépenser dans un magasin pour des objets plus ou moins cosmétiques. Pour le 100%, il faudra donc cravacher. Du côté technique, le soft ne cache pas l’humilité de sa production. Si a direction artistique est très réussie, avec un effet old school qui plaira à beaucoup de quasi-quarantenaires, on note tout de même des textures parfois grossières. Cela ne surprendra certes pas les possesseurs d’un PlayStation VR, et l’on espère sincèrement que les capacités de la PlayStation 5 finiront par servir la réalité virtuelle. Sachez, d’ailleurs, que le titre est parfaitement jouable sur la petite dernière de Sony. Enfin, le son joue une très grande part dans ce trip horrifique. Il faut donc enfiler un casque audio, c’est impératif de notre point de vue pour bien savourer la voix anxiogène du narrateur, ou les bruitages épouvantables qui ne cesseront de vous mettre mal à l’aise.

Note : 15/20

Five Nights At Freddy’s VR : Help Wanted s’impose comme l’un des meilleurs jeux en réalité virtuelle disponible sur PlayStation VR. Aussi jouable sans le casque, le soft saura vous faire sursauter, hurler, et ce plus que de raison. La raison est simple : la fine alliance entre un gameplay aussi simple qu’efficace, et une ambiance bien plus travaillée que l’on puisse l’imaginer. Si l’on a tout de même une ou deux réserves concernant notamment certaines textures, ou l’ergonomie des menus, on ne peut que conseiller cette expérience pour qui veut mettre ses nerfs à l’épreuve.

7/10

Réagir à l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *