[Critique] Luca : Pixar perd sa magie

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Enrico Casarosa
  • Avec : Les voix en V.O. de Jacob Tremblay (Luca Paguro). Jack Dylan Grazer (Alberto Scorfano). Emma Berman (Giulia)...
  • Distributeur : Disney +
  • Genre : Animation
  • Pays : Etats-Unis
  • Durée : 1h36
  • Date de sortie : 18 juin 2021 (sur Disney +)

Luca raconte l’histoire d’un jeune monstre marin qui se fait passer pour un humain et rêve de voir le monde à bord d’une Vespa. Malgré ses qualités, ce film Pixar ne nous a pas séduit, nous allons voir pourquoi. Il semble la victime d’une transformation de la production cinématographique en production de contenus pour Disney+. Non que le film est mauvais, loin de là, mais il n’est pas digne de figurer au catalogue Pixar, malgré les talents réunis et les belles intentions de ses créateurs. C’est joli et un peu touchant, certes. Sans chanson gnangnan, sans référence incongrue à la culture pop, sans non plus beaucoup d’enthousiasme, en dépit de la joyeuse énergie de ses personnages, plutôt sympathiques.

Luca ne décevra pas les spectateurs qui n’en attendent rien et ignorent les qualités qui font le prix des films Pixar, qualités qui perdurent malgré des suites inutiles et d’autres égarements. Mais même les enfants ne seront pas dupes. Surtout eux. Ils ne seront pas emportés par Luca comme il le furent par les Toy Story, Les Indestructibles ou Coco. Nous verrons plus loin que c’est avant tout par manque de dramaturgie, cet ingrédient secret qui donne à Pixar sa magie. Ce constat fait, la santé artistique et l’avenir de Pixar nous inquiéteraient s’il n’y avait pas eu Soul il y a quelques mois… Le petit Luca est-il le fossoyeur de Pixar?

Luca et Alberto fiers de leur Vespa faite maison dans le film "Luca" d'Enrico Casarosa.
Luca et Alberto fiers de leur Vespa faite maison dans le film Luca d’Enrico Casarosa.

Qu’est-ce qui rend les films Pixar si bons?

Nous avons l’impression de voir le premier jet d’un film du studio à la lampe, ou un film d’animation appréciable mais superficiel d’un autre. Des critiques avaient considéré que Soul (le précédent Pixar), avait manqué de temps de production pour affiner son scénario. Il faut ici insister sur l’importance des sessions de déconstruction et reconstruction du scénario en milieu de production qui sont courantes chez Pixar, qui avaient notamment permis de sauver Toy Story 2  ou de faire de Wall-E le récit du retour de l’humanité sur Terre. De la rébellion des robots contre leurs maîtres extraterrestres au film Wall-E que nous connaissons, on mesure les bouleversements que le second acte du film d’Andrew Stanton a connu.

Les bonus des grands films Pixar insistent tous sur l’importance de ce processus de transformation des histoires en cours de production, collectif mais qui affine la vision des réalisateurs. Un processus qui relève de la sublimation tant les films sortis en salle sont bien supérieurs, pour la plupart, à leurs projets d’origine. C’est rare au cinéma et ce fut la formule magique de Pixar, une pierre philosophale dont la formation nécessite du temps. Or, ce temps, la production de contenus à la chaîne ne le permet peut-être pas.

Luca et Alberto dévorent les pates italiennes dans le film "Luca" d'Enrico Casarosa.
Luca et Alberto dévorent les pates italiennes…

La dramaturgie de Luca boit la tasse

Ce qui a le plus été sacrifié est la dramaturgie et ce sont ses défauts que nous allons aborder ici, sans trop dévoiler la deuxième partie et la fin du film. Déjà, le film souffre de sa ressemblance avec La petite sirène, le conte d’Andersen et le film Disney : en effet, Luca raconte aussi comment un être marin fantastique aspire à connaître le monde terrestre des êtres humains. Seulement, à la différence d’Ariel, Luca porte en lui peu de conflits internes et manque d’obstacles forts.

En effet, à la différence d’Ariel qui tombait amoureuse et se sentait enchaînée par les obligations liée à sa noblesse (c’est la fille du roi Triton), Luca est seulement curieux. La dramaturgie du film eût été renforcée si Luca avait été plus violemment partagé entre la loyauté envers ses parents et son amitié pour Alberto, ainsi que s’il avait affronté des obstacles externes et internes plus importants.

Luca et Alberto rencontrent Giulia dans le film "Luca" d'Enrico Casarosa.
Luca et Alberto rencontrent Giulia dans le film Luca des studios Pixar. Giulia se nomme en réalité Giulietta, en hommage, probablement, à la muse de Federico Fellini Giulietta Masina. Ou aux origines italiennes de Roméo et Juliette?…

Pas d’Ursula dans Luca, à peine un caïd à Vespa (Ercole) qui prend plaisir à humilier des enfants au cours d’une course : c’est dire si ce méchant est faible et donc peu intéressant. Comme ses motivations ne sont pas claires ou peu intéressantes, son opposition à Luca et ses ami-e-s tombe à plat. Il prouve, de nouveau, qu’un antagoniste bien construit renforce un récit, car il donne plus de valeur aux personnages qui l’affrontent.

Un film en manque de conflits, d’obstacles, d’enjeux

Pour que Luca nous intéresse vraiment, il fallait qu’il vive des conflits et peu de sources de conflits sont plus grandes que celles qui sont liées à la famille et la communauté. Mais, pour que ce conflit éclate vraiment, il fallait que la loyauté envers la famille et la communauté des monstres sous-marins se révèle absolument nécessaire, notamment en montrant fortement les dangers auxquels mène la rencontre avec le monde terrestre. Un bon vieux événement traumatisant aurait fait l’affaire : ce ne serait pas original, mais efficace. La preuve : Le Monde de Némo sur lequel pèse très tôt l’ombre du traumatisme de la mort de la mère de Némo.

Luca et Alberto à demi redevenu monstre marin dans le film "Luca" des studios Pixar.
Luca et Alberto à demi redevenu monstre marin dans le film des studios Pixar.

Par ailleurs, il aurait fallu qu’une menace immédiate mette en danger le monde sous-marin à la suite des actions de Luca. Or, à l’exception d’une pêche sans résultat, il n’en est rien. Seule subsiste la menace que la vraie nature de Luca et Alberto soit découverte, ce qui renforce uniquement l’identification aux personnages et la motivation des parents qui le recherchent.

Habilement, Le Monde de Némo préparait la confrontation à l’inconnu par le père et le fils en montrant dans leur routine de vie comment le père prend soin de son fils au point de l’étouffer. Ce n’est pas le cas dans Luca, qui souffre ici aussi d’un manque de préparation. Des rapports de la famille ou de la communauté au monde terrestre, le film rapporte des craintes, mais ne les mets pas en scène. Or, comme les monstres marins du film se transforment en êtres humains au contact de l’air, il aurait été possible de raconter une expérience familiale traumatisante qui eût justifié l’horreur qu’inspire une telle transformation.

Les étapes de la transformation de Luca, un monstre marin, en enfant humain (images Pixar).
Les étapes de la transformation de Luca, un monstre marin, en enfant humain (images Pixar).

Il aurait fallu par ailleurs que l’amitié avec Alberto apporte à Luca un moyen de se libérer de son foyer et de sa communauté, en renforçant notamment la nature rebelle du personnage d’Alberto, faisant de lui une sorte de paria. Or, le film ne permet pas de comprendre les rapports entre Alberto et le autres monstres marins. Que l’on revoit, dans Le Roi Lion, comment le paria Scar parvient à pousser Simba à désobéir à son père, puis à s’accuser de sa mort, pour imaginer comment Alberto aurait pu agir sur Luca pour l’inciter à désobéir. Or, la position de Scar au sein des lions est, elle, parfaitement préparée.

Cessons ici cette analyse des défauts de dramaturgie de Luca, réalisée grâce à l’excellent ouvrage La Dramaturgie, L’art du récit d’Yves Lavandier : cela suffit pour constater à quel point la préparation des éléments du scénario n’est pas suffisante dans Luca pour emporter les spectateurs. Et lorsque les péripéties du second acte se succèdent, les obstacles sont trop facilement dépassés pour que cela ajoute de l’intérêt au film (Luca ne peine pas pour apprendre à faire du vélo, par exemple).

Alberto et Luca rêvent d'une Vespa volante dans le film "Luca" d'Enrico Casarosa.
Alberto et Luca rêvent d’une Vespa volante dans le film d’Enrico Casarosa.

Luca : un Pixar inachevé, un film banal

Luca déçoit aussi du point de vue visuel tant il ne propose rien d’inédit. Son univers est insuffisamment riche (sa petite ville portuaire est un décor rempli de P.N.J.) et ne contient guère d’idées visuelles marquantes. La plus forte est un rêve qui donne à entrevoir ce que le film aurait pu être. En ce court moment, la réalisation d’Enrico Casarosa décolle et ne se cantonne pas au plan-plan routinier du film. Cela dure trop peu et il n’y a qu’une poignée d’instants aussi maîtrisés dans Luca. La musique fait peine tant elle tente d’apporter au film une émotion qui ne peut pas se développer, tant le film est trop peu construit.

Alberto et Luca dans le film "Luca" des studios Pixar.
Alberto et Luca dans le film Luca des studios Pixar.

Luca, disons-le pour conclure, manque trop des qualités de la plupart des films Pixar, comme Le voyage d’Arlo avant lui. Soit nous acceptons qu’il est produit par ce studio et que l’alchimie de Pixar ne se réalise désormais que par intermittence, soit nous refusons de voir que ce film porte le logo du studio. Un logo devenu une marque alors qu’il était bien plus : un laboratoire d’alchimistes de la dramaturgie, de l’animation et du graphisme qui reconstruisaient leurs films jusqu’à ce qu’ils soient les plus proches possibles de la perfection.

Auteur

  • Né en 1986, Jérémy Zucchi écrit et réalise des films documentaires tout en poursuivant l'écriture d'articles et d'essais. Il publie des analyses portant sur le cinéma, les arts visuels et sur la science-fiction.

5/10

Réactions (2)

  1. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette analyse. En effet, dans Luca, il manque la profondeur scénaristique des autres opus Pixar, mais Luca reste un très bon film de vacances sur les vacances.

    Il me rappelle quand, enfants, nous faisions du camping et que nos parents ne voulaient pas qu’on en sorte et quand, malgré tout, nous nous risquions à nous aventurer dans le monde extérieur, nous essayions inutilement de paraitre plus de 18 ans.

    Il me rappelle que d’acheter une glace par soi-même était toute une aventure. Que nous rêvions aussi au dernier Yamaha Booster qui allait nous donner la liberté quand nous aurions 14 ans.

    Ce film montre qu’une rencontre fortuite de vacances peut créer une passion pour toute la vie et pourquoi pas une vocation.

    C’est un film sur la nostalgie des vacances d’été et je ne vois pas trop pourquoi il faudrait ajouter une dramaturgie complexe avec des enjeux shakespeariens pour en faire un grand chef d’oeuvre. C’est tout simplement un petit chef d’oeuvre, comme un petit chateau de sable que la mer viendra balayer à la rentrée scolaire.

    1. Bonsoir Greg,

      Je vous remercie d’avoir partagé avec nous votre désaccord et votre vision du film, avec un lyrisme qui fait plaisir à lire.

      Je perçois très bien ce que vous écrivez des souvenirs d’enfance, des choses qui nous marquent pour la vie, des petites pierres qui font notre chemin… Je regrette de n’avoir pas éprouvé cela aussi intensément que vous.

      “Là-haut” des studios Pixar provoque en moi des émotions très profondes liées à mon enfance, qui me feraient aussi écrire avec beaucoup de lyrisme. Je n’ai pas retrouvé dans “Luca”, malheureusement, les qualités des films Pixar que j’aime, d’où ma critique assez dure… Mais parce que c’est Pixar, justement.

      Or, comme je le soulignais dans ma critique (mais il faudrait bien des articles pour l’étudier), ce qui distingue les films Pixar des autres production d’animation, c’est avant tout leur dramaturgie, il me semble. Vous parlez d’enjeux shakespeariens, mais c’est tout à fait cela ! Pas dans tous, pas toujours, mais dans les 3 premiers “Toy Story”, “Le Monde de Némo”, “Là-haut”, “Wall-E”, “Monstres et Cie”, “Coco”, “Vice-Versa”, et même “Ratatouille” !

      Par-delà les sujets de ces films Pixar (c’est surtout du sujet de “Luca” dont vous parlez), c’est la maitrise de leur récit et donc de leurs personnages qui fait leur force et, pour reprendre votre expression, les empêche d’être balayés par la mer. Et moi, je ne veux pas que la mer emporte les châteaux de Pixar, bien qu’elle emportera tout un jour…

      Merci encore pour votre lecture et notre désaccord, qui nous enrichit.
      L’auteur de l’article

Réagir à l’article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.