article coup de coeur

[Critique] L’Évènement : Un film puissant, maitrisé, déchirant et viscéral

Caractéristiques

  • Réalisateur(s) : Audrey Diwan
  • Avec : Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet-Klein, Luàna Bajrami, Louise Orry-Diquero, Louise Chevillotte, Pio Marmaï, Sandrine Bonnaire et Anna Mouglalis
  • Distributeur : Wild Bunch
  • Genre : Drame
  • Pays : Français
  • Durée : 100 minutes
  • Date de sortie : 24 novembre 2021

Un sujet maîtrisé

Second long-métrage d’Audrey Diwan (Mais vous êtes fous) et adaptation du roman éponyme d’Annie Ernaux, L’Evénement a reçu le Lion d’Or a la Mostra de Venise cette année. Le long-métrage raconte l’histoire d’Anne, très jeune femme qui décide d’avorter afin de finir ses études et d’échapper au destin social de sa famille prolétaire.

L’histoire de la France en 1963, d’une société qui condamne le désir des femmes, et le sexe en général. Une histoire simple et dure retraçant le chemin de personnes qui décident d’agir contre la loi. Anne a peu de temps devant elle, les examens approchent, son ventre s’arrondit…

Il y a des films qui marquent et L’Évènement en fait définitivement partie. Le scénario d’Audrey Diwan et de Marcia Romano est d’une efficacité remarquable. Anne est enceinte et ne veut pas garder l’enfant. Nous sommes en 1963 et l’avortement est puni de prison – il faudra encore attendre 12 ans pour que celui-ci soit autorisé. On ne parle pas de sexe, même entre jeunes. C’est un sujet tabou. Une autre époque… Comment faire ? Et là, le scénario nous plonge dans la tête d’Anne tout en nous montrant comment faisait les femmes dans les années 60.

Anne est une jeune fille brillante avec d’excellentes notes. Elle ne veut pas finir prolétaire comme le sont ses parents, gérants d’un bar. On comprend donc sa situation et on se met à sa place. Tout au long de son chemin de croix, les semaines s’afficheront à l’écran tel un compte à rebours inéluctable. La santé mentale de notre héroïne décroit, les amis se font rares et les solutions presque inexistantes. Et quand il y en a, elles sont dangereuses.

Une des puissances du récit vient de là, du sujet qu’il raconte, de façon simple, limpide, crue et sans superflu, tout en nous faisant parfaitement comprendre et ressentir ce que vit le personnage d’Anne. On a aussi le droit à des scènes avec des médecins qui nous montre le point de vue de ces derniers dans ces années-là.

Une réalisation simple mais inspirée

image Anamaria Vartolomei l'évenement

Il y a aussi cette réalisation, là aussi simple mais maîtrisée et inspirée, s’appuyant complètement sur ses acteurs. La réalisatrice nous montre ce qu’il y a à montrer et il se dégage une vraie puissance. Nous nous mettons complètement à la place d’Anne, de ce qu’elle vit et ce qu’elle ressent, de manière viscérale. Certaines scènes sont même très dures. Attention, ce n’est pas un film d’horreur, mais le ressenti de malaise, voire d’horreur, est très présent. Surtout dans trois scènes en particulier.

La photo donne l’effet naturel et réaliste qu’il faut pour nous plonger dans cette histoire. La recréation des années 60 est aussi de qualité, autant avec les décors qu’avec les costumes. La musique est utilisée avec parcimonie, mais toujours de façon efficace pour accentuer les scènes importantes. Le montage est aussi de qualité. Le rythme est très bon.  Seul petit défaut : deux coupes de fin de scènes qui sont sûrement trop abruptes. Rien de bien grave, donc.

Une performance magnétique

Louise Orry Diquéro l évenement

Ce qu’on retiendra surtout, c’est la performance magnétique et puissante d’Anamaria Vartolomei, qui est très clairement la révélation du film. La jeune actrice nous fait ressentir tout ce que son personnage subit. Elle est un super lead et chaque émotion qu’elle joue est parfaitement interprétée. Elle aura très certainement son mot à dire lors de la cérémonie des Césars et devrait avoir une très belle carrière si elle continue comme ça.

Elle est bien secondée par des acteurs et actrices aux performances solides : Kacey Mottet-Klein, Luàna Bajrami (qui a le droit à une scène émouvante), Louise Orry-Diquero, Louise Chevillotte, Pio Marmaï, Sandrine Bonnaire et Anna Mouglalis.

Comme indiqué dans notre titre, L’Évènement est un film puissant, déchirant et viscéral dont on ressort durablement retourné. Tout est maitrisé, que ce soit dans le scénario, la réalisation et l’interprétation. Définitivement l’un des meilleurs films de l’année et un très gros coup de cœur.

9/10

Réagir à l’article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.