[Test – Blu-ray] Blown Away – L’Atelier D’Images

Caractéristiques

  • Titre : Blown Away
  • Réalisateur(s) : Stephen Hopkins
  • Avec : Jeff Bridges, Tommy Lee Jones, Suzy Amis, Lloyd Bridges, Forest Whitaker...
  • Editeur : L'Atelier D'Images
  • Date de sortie Blu-Ray : 20 septembre 2022
  • Date de sortie originale en salles : 16 novembre 1994
  • Durée : 116 minutes
  • Acheter : Cliquez ici
  • Note : 7/10

Image : 4,5/5

Blown Away a été tourné en pellicule 35MM (Panavision Camera) et le Blu-ray, au format respecté 2.35:1, s’avère très bon avec quelques petits défauts. Concernant la définition, le résultat est très bon la plupart du temps, mais celle-ci peut baisser sur quelques plans, avec un grain plus présent. En tout cas, concernant le grain, celui-ci est présent de façon homogène et non figée. Tous les défauts de la pellicule ont été gommés.

Pour le reste, les détails sur les visages, costumes et décors sont bons. Les couleurs sont bonnes et saturées comme il faut. On retiendra évidemment la couleur orange lors des explosions. Les contrastes sont aussi de qualité. Les noirs sont assez profonds et pas trop bouchés. On retiendra de ce côté la scène d’ouverture dans la prison. La profondeur de l’image est aussi bonne. Un master HD très satisfaisant. Quelques très légers problèmes de compression, quelques très légères saccades, ont été détectés, mais rien de bien grave puisque cela n’entrave pas le visionnage. Le débit moyen  image est de 29,5 MBPS.

Son : 3,5/5

L’Atelier d’images ( F/X 1 et 2, Sanglantes Confessions) nous propose deux pistes en DTS-HD Master Audio 5.1. Puissantes comme il faut, bien réparties, précises et assez amples. Les dialogues sont clairs pour la version originale. Pour la version française, ceux-ci sont bien incorporés au mixage original, au bon volume, et n’empiètent pas sur les sons ambiants. Les effets (surtout les explosions, mais aussi quelques bons effets très bien placés) sont biens répartis et spatialisés, avec l’excellente musique d’Alan Silvestri qui vient compléter  le tout avec un mixage bien équilibré. Le caisson de basse est sollicité quand et comme il faut. Deux pistes qui plairont aux fans du film autant sur la VO que la VF. Le débit moyen des deux pistes est de 4 MBPS avec des montées à 5,4 MBPS.

Bonus : 2,5/5

  • Le Blockbuster mésestimé par Philippe Guedj  (21′)
  • Analyse de séquence (6′)
  • Making-of (20′)

Nous commençons les bonus avec une featurette inédite : Le Blockbuster mésestimé par Philippe Guedj. Dans celle-ci, le journaliste du Point Pop revient sur le contexte du film, l’écriture du scénario, les critiques acerbes de l’époque, son score au box-office, la comparaison avec Speed sorti trois semaines plus tôt, les personnages, la mise en scène, le tournage à Boston, la plus grosse explosion du film et la bande- originale d’Alan Silvestri. Un bon bonus pour nous replonger à l’époque de la création du film. L’Analyse de séquence, toujours avec Philippe Guedj, revient sur la scène où Kate et Lizzie rentrent des courses et que la mise en scène fait croire que chaque action va déclencher une bombe. Une bonne analyse de la réalisation de Stephen Hopkins sur cette scène forte en tension.

Enfin, concernant les anciens bonus, nous avons le making-of du film, qui se concentre sur la création de Blown Away mais  suit aussi une vraie brigade anti bombe pour la préparation du métrage. Un bon supplément d’époque.

Conditions du test

  • TV 4K UHD LG 49UH60
  • Lecteur Blu-ray Samsung 4K UHD UBD-M8500
  • Ampli Yamaha 4K UHD YHT-1840

Synopsis

Secouée par une série d’attentats sans précédent la ville de Boston rappelle sur le terrain le démineur Jimmy Dove sur le point de quitter son poste. Les premiers éléments révèlent que le terroriste qu’il doit affronter est plus habile et vicieux que tous ceux auxquels il a dû faire face. Ce redoutable adversaire n’est pas un inconnu et surgit d’un passé que Jimmy préfèrerait oublier. Leur affrontement est désormais inévitable…

Le Film

Blown Away fait partie de ces blockbusters mésestimés des années 90. Pourtant, avec une réalisation plaisante et inspirée, le film contient certaines scènes riches en suspense, avec une utilisation des sons et de la musique qui l’accentue parfaitement. De plus, le film est assez rythmé et nous permet de découvrir Boston. Un long-métrage explosif donc, avec au casting un Jeff Bridges impliqué et un Tommy Lee Jones qui en fait des tonnes. Un plaisir coupable efficace.

Cet article a été écrit par , qui a publié 1992 articles sur le site.

Adore le cinéma en général, que ce soit les gros blockbusters ou les plus petits films, les séries TV et les jeux vidéo. Il réalise de nombreux tests de blu-ray et films en UHD 4K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.